La différence entre sentiment et émotion

Les sentiments et les émotions semblent être la même chose, mais il existe de réelles différences. Confondre les deux entraîne souvent des souffrances. Pour voir pourquoi, voyons deux stratégies de réponse aux sentiments négatifs.

Certains ignorent ou cachent ce qu’ils ressentent. Certaines personnes cherchent à être une forteresse de fer froide, jamais perturbée par la douleur ou l’anxiété. Ils réussissent largement et ont une existence émotionnellement sourde. Mais parfois, leur mur protecteur se brise. Vous pouvez appeler cette personne le répressif .

Imaginez alors quelqu’un pour qui chaque sentiment détermine sa réalité. La sensation nourrit des pensées comme «je ne suis pas aimé», «le monde est injuste» et «rien ne fonctionne». Quand ils se sentent heureux, alors le monde est coloré d’une manière beaucoup plus lumineuse. Des pensées comme «je suis aimé», «le monde est beau» et «tout va bien» remplissent leur journée. Cette personne est à la merci de ses sentiments. Vous pouvez appeler cette personne les montagnes russes .

Ces deux personnes font le même genre d’erreur : Elles confondent les sentiments et les émotions.

Étant donné que nous utilisons les deux mots de manière interchangeable, cela n’est pas surprenant. Mais la philosophie ancienne du stoïcisme et les sciences modernes les distinguent, ouvrant un moyen d’éviter de devenir l’un des deux types.

La distinction découle de la prise de conscience que notre expérience émotionnelle est profondément liée à nos jugements. Ce n’est pas seulement ce que l’on ressent, mais ce que l’on pense qui colore notre expérience. Par conséquent, les psychothérapeutes se sont éloignés de l’analyse des motivations subconscientes pour discuter des schémas de pensée et des croyances de leurs patients. Ils ont adopté le modèle cognitif de l’émotion . Ce modèle prédit que nos croyances façonnent nos émotions. Mais c’est un aperçu que l’on peut avoir sans les outils et l’expérience de la psychothérapie moderne. Comme le notent les hommes d’État, orateur et philosophe romains Cicéron:

Le simple fait que les hommes endurent plus facilement la même douleur lorsqu’ils la subissent volontairement pour le bien de leur pays que lorsqu’ils la subissent pour une cause moindre, montre que l’intensité de la douleur dépend de l’état d’esprit du malade, non sur sa propre nature intrinsèque.

En d’autres termes, il y a des sentiments et des émotions. Un sentiment, sans jugement, n’est qu’une sensation. Ce n’est que lorsque nous jugeons une douleur, que nous la jugions insupportable ou qu’elle en vaille la peine, que nous éprouvons une émotion à part entière. Sénèque, philosophe, politicien et dramaturge stoïcien, décrit l’idée comme suit:

Un homme se croit blessé, veut se venger, puis – étant dissuadé pour une raison quelconque – il se calme rapidement. Je n’appelle pas cela de la colère, mais une impulsion mentale cédant à la raison. La colère est ce qui surpasse la raison et l’emporte.

L’impulsion mentale ou le sentiment sont les sensations dans le corps. Le jugement quant à savoir si ce qui se passe est finalement bon ou mauvais; c’est de l’émotion.

D’où la maxime stoïcienne :

Les hommes sont dérangés, non par les choses, mais par les principes et les notions qu’ils se font des choses.

Épictète

Avec le modèle cognitif de l’émotion, la psychothérapie et le stoïcisme s’alignent. En fait, l’influence des stoïciens sur la psychothérapie est bien documentée. Les fondateurs ont été inspirés et influencés par la philosophie grecque et romaine antique .

Des travaux récents de la science cognitive confirment ce point de vue. Nos réponses émotionnelles ne sont pas nécessairement le résultat d’événements; ce sont plutôt des interprétations. Il n’y a pas une seule chose “tristesse” qui est déclenchée de manière fiable par les événements dans le monde. Au lieu de cela, la «tristesse» est construite à partir de notre expérience. Ce que c’est, diffère d’une personne à l’autre, d’une culture à l’autre.

Selon cette théorie construite de l’émotion , les émotions sont des concepts. Ce sont des regroupements d’expériences passées, de l’état actuel du monde et de l’état de son corps. Le dernier morceau est surprenant mais essentiel. Les émotions jouent un rôle dans la gestion de l’énergie, et pour ce faire, elles doivent être sensibles à l’état du corps.

Comme le déclare le spécialiste du comportement Nick Chater:

C’est notre interprétation de l’état de notre propre corps qui nous fait interpréter les mêmes pensées confuses comme désespérées, pleines d’espoir ou tranquillement résignées.

La peur existentielle ou la joie ravissante peuvent avoir plus à voir avec la banalité de la gestion de notre corps qu’autre chose!

À titre d’exemple, imaginez des sentiments de chaleur se précipiter sur votre visage. On pourrait l’interpréter comme de la colère, de l’embarras ou de l’affection. Nous pouvons être plus susceptibles d’interpréter la sensation comme de la colère si nous sommes dans une dispute, plus susceptibles d’être gênés après avoir dit quelque chose de maladroit, et plus susceptibles d’éprouver de la fierté en regardant un être cher réussir. Potentiellement, la sensation peut n’avoir rien à voir avec l’émotion et plus à voir avec ce que nous mangeons!

Ce que nous pensons compte. Les émotions ne sont pas des réponses fatales au monde. Au lieu de cela, les jugements et l’expérience façonnent ce qu’ils sont. Lorsqu’on lui a demandé dans quelle mesure les gens contrôlent leurs émotions, Lisa Feldman Barret, l’une des pionnières de la théorie construite de l’émotion, déclare:

Votre cerveau est capable de prendre des morceaux d’expériences passées et de les combiner de nouvelles manières. Pensez-y comme ceci: si vous avez un ensemble d’ingrédients généraux dans votre cuisine, vous pouvez les combiner de manière originale pour créer de nouvelles recettes que vous n’avez jamais faites auparavant.

En d’autres termes, en réfléchissant à nos jugements et à nos expériences passées, nous pouvons contrôler la façon dont nous réagissons au monde. Ainsi, la théorie stoïcienne de l’émotion reçoit le soutien de vues populaires dans la recherche contemporaine. Il y a bien sûr quelques différences. La théorie construite de l’émotion utilise des avancées de la philosophie, des probabilités et des neurosciences auxquelles les stoïciens ne pouvaient pas accéder. De plus, les stoïciens ont peut-être surestimé le degré auquel nous contrôlons nos émotions. Pourtant, la perspicacité fondamentale demeure: les émotions sont, en partie, le produit de la raison et du jugement.

Maintenant, nous pouvons revenir au “répressif” et aux “montagnes russes”.

L’erreur du répressif est de traiter les sentiments négatifs comme intrinsèquement nuisibles. Ils font cela parce qu’ils croient que les sentiments négatifs sont problématiques – en d’autres termes, ils ont déjà construit les jugements nécessaires pour ressentir des émotions négatives. Le répressif n’a pas pris à cœur la maxime d’Epictète. En s’éloignant des sentiments négatifs, ils affirment l’idée que les sentiments négatifs sont dérangeants. Cela sous-estime le rôle que joue notre jugement. De plus, il ignore l’espace pour simplement accepter ce que nous ressentons.

Cette stratégie a deux coûts élevés. Premièrement, cela encourage à éviter l’inconfort à court terme. Sacrifier vivre selon ses valeurs pour un confort immédiat n’est pas la recette du succès. Il optimise les remords plutôt que le bonheur. Deuxièmement, la stratégie du répressif risque également d’ignorer les informations utiles de ses sentiments. Les sentiments et les sensations sont des données, soit sur le monde, soit sur l’état de son corps – et nous nous en déconnectons à nos risques et périls.

L’erreur des montagnes russes est de traiter les sentiments négatifs comme une réalité. Ils passent trop rapidement du sentiment à l’émotion, permettant aux sentiments de dicter leur raison. Alors que la vie répressive peut être émotionnellement assourdie, la vie des montagnes russes est hors de contrôle. Cette personne est trop rapide pour adopter des jugements extrêmes sur le monde. Tout stress signifie un désastre, tandis que tout avantage est un signe de succès ultime. La réalité est plus compliquée.

En remettant les rênes, les montagnes russes prendront de pires décisions qu’elles ne le feraient autrement. Comme le détaille Sénèque, cela est particulièrement évident dans le cas de la colère et de la fureur, où les explosions peuvent entraîner des erreurs irrévocables. Mais cela peut aussi arriver dans des sensations plus agréables, comme le montrent de nombreux partenariats et mariages ratés.

Au lieu d’embouteiller ses sentiments ou de leur donner les clés, l’objectif est de vivre en accord avec nos valeurs. Traitez les sentiments comme des informations. Les sentiments négatifs ont leurs rôles et leurs utilisations. Ils n’ont pas toujours besoin d’être réprimés. Ne soyez pas aveugle à ses sentiments si quelque chose ne semble pas être jugé, et agissez de manière appropriée même si c’est difficile à expliquer. Soyez conscient de ne pas sauter trop rapidement d’un sentiment à une émotion. Toutes les impulsions mentales ne devraient pas surpasser la raison. Le cas échéant, recadrez les sensations des papillons dans l’estomac en excitation au lieu d’anxiété, de la chaleur en amour au lieu de colère. 

PODCAST

DÉCLENCHEZ LE CHANGEMENT POUR UNE VIE PROFONDÉMENT ÉPANOUISSANTE

Embrassez l’authenticité, surmontez les obstacles et devenez la meilleure version de vous-même en travaillant sur chacune des sept sphères de la vie.

Recevez chaque jour une affirmation positive et un contenu exclusif pour réfléchir, rêver et évoluer.

Lost your password?

NE PARTEZ PAS SANS VOTRE LIVRE GRATUIT