Comment lutter contre la procrastination

La procrastination est l’ennemi juré de la productivité. Sur notre chemin du développement personnel, nous devons constamment repousser la procrastination à coups de pied et, bien souvent, elle réapparaît quelques mètres plus loin.

Certains d’entre nous s’en sortent mieux que d’autres dans le concours incessant entre la procrastination et la productivité, mais peu d’entre nous ont pris le temps de bien comprendre ce qu’est vraiment la procrastination, d’où vient-elle et comment lutter efficacement contre elle.
En fait, la plupart d’entre nous ne connais que deux choses au sujet de la procrastination : une définition sommaire (la fameuse partie immergée de l’iceberg et qui ne faut pas le faire.

Le fait de savoir qu’il ne faut pas tergiverser est insuffisant. Comment pouvons-nous apprendre à lutter contre la procrastination si nous ne la comprenons pas ? Vous ne voudriez probablement pas vous engager dans n’importe quelle autre bataille sans étudier votre adversaire. Il en est de même ici. Il est temps de connaitre votre ennemi.

Quelles sont les tâches pour lesquelles vous procrastinez ?

Nous savons tous – dans un très générale et relativement vague sentiment – quand nous avons tendance à remettre quelque chose à plus tard, mais un examen plus attentif des tâches que nous repoussons peut nous montrer exactement où nous sommes enclins à céder à la procrastination.

La plupart d’entre nous suivent certains comportements, ce qui retarde certains types de tâches avec des attributs spécifiques. Le psychologue Edwin Van Hooft affirme que trois principaux traits d’une tâche causeraient une certaine aversion de la tache agissant ainsi comme catalyseur de la procrastination :

La difficulté de la tâche

Les gens ont tendance à tergiverser lorsqu’ils sont confrontés à des tâches ‘difficiles’.

L’importance des tâches

Les gens ont tendance à tergiverser quand ils estiment qu’une tâche est ‘sans importance’.

L’efficacité au travail

Les gens ont tendance à tergiverser quand ils estiment ne pas êtres ‘bon’ pour la tâche à accomplir.

La procrastination structurée

La procrastination structurée implique une réorganisation des tâches en fonction de leur véritable importance. Face à une tâche ennuyeuse mais importante comme déclarer vos impôts, vous pourriez découvrir des choses moins importantes à faire, comme laver votre voiture ou faire de l’exercice. Vous pouvez même inventer des tâches qui appartiennent à l’inutile, comme la désinfection de votre bureau ou le contrôle de la pression des pneus. Il s’agit ici de trouver des raisons valables pour ne pas faire le travail le plus important.

Cela semble inoffensif, voire semi-productif, mais la procrastination structurée est un problème grave. Votre liste de choses à faire est à l’envers.

Attendre que l’envie vous frappe

Au lieu de passer à l’action comme pour la procrastination structurée, certaines personnes ont la réaction inverse. Elles deviennent paralysées par la procrastination. Plutôt que d’éviter une tache en se tournant vers des plus petites et insignifiantes, elles rester focaliser sur leur cible sans nécessairement l’a faire. Les procrastinateurs se sentent souvent en sécurité tant qu’ils sont “en position de”, même s’ils ne font pas réellement de progrès.

Continuez votre lecture :  Cette voix

L’exemple classique est l’étudiant avec une grande feuille de papier à rendre pour le lendemain. L’étudiant se trouve paralysé devant son clavier, aucun mot n’arrive sur son écran mais il pense que s’il part, il ratera LE moment d’inspiration tant attendu. L’étudiant peut ne pas ressentir l’angoisse, il n’évite pas son travail, en fait, il lui fait face … littéralement. Mais, il ne le fait pas réellement.

Le perfectionnisme

Le perfectionnisme est souvent présentée comme une qualité positive à avoir, mais le perfectionnisme est souvent un catalyseur de la procrastination. Les travaux ne pourront pas commencer si les conditions ne sont pas parfaites et ils ne seront pas terminés tant que les résultats ne sont pas impeccables.
C’est le genre de comportement qui empêche de commencer une séance d’entraînement car vous n’êtes pas entièrement reposé, parfaitement hydraté et nourri de façon optimale grâce à un régime de pré-entraînement.

Comment pouvons-nous lutter contre la procrastination ?

Comprendre les saveurs de la motivation. La motivation interne est le résultat de vos propres valeurs et de vos objectifs. La motivation externe implique des récompenses – comme un salaire – pour l’exécution des tâches et des sanctions – comme un examen médiocre – pour l’échec.
Autant nous aimerions que notre motivation vienne de l’intérieur, nous avons tendance à donner la priorité aux taches associées à la motivation extérieure. En d’autres termes, vous voudriez vraiment passer une soirée avec votre famille, mais vous sentez que vous devez terminer un rapport avant minuit.

Certaines personnes pensent que la volonté est une chose innée, une chose avec laquelle vous êtes né avec (ou sans). Cela ressemble à une avenue facile pour les excuses et la procrastination. Rien ne vous empêcherait d’hausser les épaules et proclamer: “Je n’arrive pas à avoir la volonté”, comme s’il n’y avait aucun moyen de prendre l’initiative de faire le travail.

L’excuse n’est tout simplement pas viable. La volonté n’est pas un pouvoir donné à la naissance. C’est une compétence que vous pouvez développer, améliorer ou totalement négliger. Pensez à vos compétences volitives comme les muscles, vous pouvez les aider, mais vous pouvez également les épuiser.

Arrêter de vous considérer comme un procrastinateur. Si vous devenez trop à l’aise avec la procrastination, vous finirez par vous retrouver à négliger votre travail, votre famille et votre santé personnelle.
Au lieu de vous déclarer procrastinateur, mentionnez plutôt vos intentions productives et rappelez-vous de vos objectifs. Comme David Campbell a déclaré :

La discipline c’est se rappeler ce que vous voulez

VIVEZ ENFIN LA VIE DONT VOUS RÊVEZ !

Et si une vie épanouissante, heureuse et satisfaisante, exempte d’anxiété, d’insécurité, de ressentiment, de doute de soi et de peur, était vraiment possible ?

Et si la seule chose dont vous aviez besoin était un accès aux bons outils ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Formation continue : Transformez votre vie

RESTEZ INSPIRé(e)

Inscrivez-vous gratuitement et recevez chaque matin une ressource inspirante pour réfléchir, rêver, évoluer