La seule définition qui compte

Avez-vous déjà chassé un désir pour découvrir après l’avoir atteint que ce n’était pas tout ce qu’il était censé être ?

Je soupçonne que la plupart d’entre nous en ont fait l’expérience à un moment de leur vie.

Qu’est-ce qu’il ne va pas chez nous ?

Sommes-nous destinés à être des chercheurs perpétuels ? Est-ce la nature humaine de chercher continuellement quelque chose de nouveau, de mieux ? 

Peut être. 

Mais cela vaut également la peine de vérifier si vous essayez de répondre à la définition du succès de quelqu’un d’autre.

Il y a des années, mon mariage, ma carrière et même ma voiture reflétaient l’idée du succès de quelqu’un d’autre. Après avoir passé trop de temps avec des choses qui n’étaient pas mon idée d’un bon moment, j’ai réalisé que ce n’était pas ce qu’il me fallait.

En conséquence, j’ai peint une image bien différente qu’avant ; une image bien plus épanouissante que ce que je n’avai jamais rêvé. 

Vous serez peut-être surpris de comprendre d’où viennent vos «ressentis», mais il est essentiel de prendre contact avec eux. Quel est l’intérêt de devenir des maîtres manifestants si nous créons des choses qui ne nous apportent pas une vraie joie ?

Prenez le roi du Bhoutan, par exemple, qui a déclaré que la mesure de la prospérité de son pays était le BNB (bonheur national brut) plutôt que le PIB traditionnel. Il utilise le bien-être plutôt que la consommation comme mesure du succès. 

N’est-ce pas génial ?

Vérifiez vos intentions actuelles et vos projets de manifestation. 

Sont-ils vraiment les vôtres ? Ou sont-ils l’idée de quelqu’un d’autre de ce que devrait être le vôtre ?

Comme me l’a dit un jour un mentor avisé :  «Il n’y a qu’une seule définition du succès qui compte : la vôtre.

NE PARTEZ PAS SANS VOTRE EBOOK GRATUIT !

et recevez nos affirmations pour réinventer votre vie et la vivre à son plein potentiel.