« Arrêtez de pleurnicher »

Mon premier carnet était une tablette Big Five, offerte [à l’âge de 5 ans] par ma mère avec les suggestions sensées que j’arrête de pleurnicher et que j’apprenne à m’amuser en écrivant mes pensées.

Joan Didion

La mère de Joan Didion n’était pas une idiote. Son attitude « pas de pleurnicheries » a jeté les bases d’une très grande écrivaine américaine. Joan Didion est un autre exemple de l’utilisation d’un carnet de notes comme outil de réussite.

Cet article est réservé aux abonnés.

Vous n'êtes plus qu'à un clic de créer une vie qui vous ressemble.

2.99€ par mois, résiliation à tout moment

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *