La blessure de rejet : la blessure émotionnelle la plus profonde

Il y a des blessures que vous ne pouvez pas voir, mais qui peuvent être enracinées et vivre dans notre âme pour le reste de notre vie. Ce sont des blessures émotionnelles, des cicatrices issues des problèmes auxquels nous sommes confrontés depuis l’enfance et qui, parfois, déterminent notre qualité de vie en tant qu’adulte.

L’une des blessures émotionnelles les plus profondes est le rejet. Ceux qui en souffrent le sentent intérieurement, interprétant tout ce qui se passe autour d’eux à travers le filtre de cette cicatrice et se sentent rejetés même s’ils ne le sont pas.

Les origines du rejet

Rejeter signifie résister, mépriser ou refuser, ce qui peut être traduit par “ne pas aimer” quelque chose ou quelqu’un. Cette blessure peut être causée par des parents qui rejettent leurs enfants, ou parfois par des enfants qui se sentent rejetés par les parents, même s’il n’y a aucune raison de ressentir cela.

Dès la première expérience du rejet, un masque commencera à se développer en tant que protection contre ce sentiment déchirant qui est lié à une sous-valorisation et qui se caractérise par une personnalité évasive, selon l’étude menée par Lise Bourbeau. De cette façon, la première réaction lorsqu’une personne se sent rejetée est de s’enfuir et il n’est pas rare que les enfants inventent un monde imaginaire.

Dans le cas d’une sur-protection, l’enfant se sentira rejeté car il n’est pas accepté comme il l’est.

Les caractéristiques des personnes blessées par le rejet

Une partie de notre personnalité est formée à partir des blessures émotionnelles subies alors que nous sommes enfants. Pour cette raison, la personne qui souffre de la blessure liée au rejet a tendance à se sous-estimer et essaye d’atteindre la perfection à tout prix.

Selon Lise Bourbeau, le parent du même sexe est le plus susceptible de causer cette blessure. C’est de ce parent que l’enfant veut l’amour et l’acceptation et l’enfant sera très sensible à tout commentaire provenant de ce parent.

Les mots «rien», «inexistant» et «disparaître» forment une partie du vocabulaire quotidien, confirmant la croyance et le sentiment de rejet profondément ancrés. De cette façon, il est normal de préférer la solitude. S’il est nécessaire de partager des expériences avec plus de gens, ils auront du mal à se dévoiler. Et s’ils parlent, auront besoin de se rassurer.

Ils vivent dans une ambivalence constante et lorsqu’ils sont choisis, ils ont du mal à le croire. S’ils ne sont pas choisis, ils se sentent rejetés. Avec le temps, si un individu ne guérit pas cette blessure, il pourra devenir méchant et même haineux… il deviendra le produit de la souffrance qu’il a traversé.

Plus la blessure du rejet est profonde, plus il est probable que la personne soit rejetée ou rejeter les autres.

Comment guérir la blessure du rejet

L’origine de toute blessure émotionnelle vient de l’incapacité de pardonner ce que nous avons fait ou ce qui nous a été fait.

Plus la blessure du rejet est profonde, plus nous nous rejetons ou rejetons les autres. Aussi, il y aura une tendance à fuir, mais ce n’est qu’un masque pour se protéger des souffrances causées par ces blessures.

La meilleure façon de guérir la blessure de rejet est de développer l’estime de soi, de se valoriser et d’être confiant sans avoir besoin d’approbation d’autrui. Pour y parvenir, l’une des étapes essentielles est d’accepter la blessure comme partie intégrante de la personne que nous sommes. Si nous nions la présence de nos souffrances, nous ne pourrons pas travailler pour les guérir.

Une fois accepté, la prochaine étape consiste à pardonner. Cela nous aidera à nous libérer du passé. Soyons conscients qu’il est très probable que la personne qui nous a blessé souffre également d’une blessure profonde ou d’une expérience blessante.

Bien que nous ne puissions pas effacer les souffrances que nous avons vécues dans le passé, nous pouvons toujours atténuer nos blessures et les aider à guérir afin que la douleur puisse disparaître ou – au moins – être soulagée. Parce que, comme l’a dit Nelson Mandela, d’une certaine manière, nous sommes maîtres de notre destin, capitaines de notre âme.

3 réflexions sur “La blessure de rejet : la blessure émotionnelle la plus profonde”

  1. Joséphine

    Je viens de découvrir votre site. pourriez-vous m’inscrire à votre mailing list ?

  2. Raoul

    C’est un véritable plaisir de vous lire.

  3. Léontine

    Merci pour ce partage Bruno !

NE PARTEZ PAS SANS VOTRE EBOOK GRATUIT !

et recevez nos affirmations pour réinventer votre vie et la vivre à son plein potentiel.