Comment apprendre l’optimisme à son enfant ?

Pouvez-vous apprendre à votre enfant à être plus optimiste ? Les études sont plutôt claires : l’optimisme est une compétence essentielle pour le bonheur, la santé et la réussite. En tant que parent, il m’est difficile d’entendre ma fille dire qu’elle ne veut pas essayer car elle n’y arrivera de toute façon pas. Il me semble donc normal de vouloir apprendre l’optimisme à son enfant.

Lorsque nous comparons les optimistes aux pessimistes, nous constatons que les optimistes sont moins susceptibles de devenir déprimés ou anxieux et, de manière générale, ils réussissent mieux dans les études ainsi que dans le milieu professionnel.
Alors que la génétique joue un rôle plus ou moins important dans l’attitude des enfants, il est tout à fait possible de les aider à regarder le bon côté plus souvent. En effet, contrairement à la couleur des yeux, des cheveux ou la taille, l’optimisme est quelque chose que nous pouvons enseigner à nos enfants grâce a des gestes simples effectués au quotidien.

Qu’est ce que l’optimisme ?

L’optimisme est la croyance que des bonnes choses vont arriver dans le futur et que vous pouvez apporter des changements positifs dans votre vie et dans celle des autres. L’optimisme nous fait sentir heureux et confiant, l’optimisme nous motive à continuer d’essayer, même lorsque nous rencontrons des obstacles.

Malheureusement, il n’est pas toujours facile d’être optimiste. Certains pièges du pessimisme sont très communs. A tel point qu’il est extrêmement facile de tomber dedans. Apprendre à son enfant à les éviter est un cadeau précieux que nous pouvons/devons lui faire. Voici les pièges les plus courants :

Mettre l’accent sur la mauvaise

En tant qu’êtres humains, nous semblons être conditionné à prêter plus d’attention aux mauvaises choses qui arrivent qu’aux bonnes choses. C’est ce qu’on appelle le biais de négativité. Ce biais de négativité nous incite à constater, retenir et ruminer toutes les informations négatives et minimiser ou mettre de côté les informations positives. Ainsi, la querelle du petit déjeuner prendra plus d’importance que le bouquet de fleurs ou les croissants. Ces choses négatives persistent alors que les bonnes choses tendent à disparaître. Plus nous nous concentrons sur le négatif, plus l’inquiétude, la frustration, la colère et la tristesse prendront de place.

Traquez les bonnes choses !

Heureusement, cette tendance à passer plus de temps à penser aux mauvaises choses est réversible. Je ne suggère bien sûr pas de faire l’autruche et nier que les mauvaises choses arrivent. Mais nous pouvons, cependant, être plus équilibré dans nos choix. Une façon simple de construire et développer l’optimisme de votre enfant est de l’aider à apprendre comment traquez les bonnes choses.

La prochaine fois que vous allez vous promenez avec votre enfant, demandez-leur de vous montrer tout ce qu’ils les fait sourire. Un oiseau qui se pose sur une branche, la couleur d’une voiture, l’image sur une publicité dans la rue, la tenu d’un passant… Cette activité simple enseigne à votre enfant à partager les petits moments positifs de tous les jours et renforcera leur optimisme et leur bonheur.

Les monologues négatifs

Nous avons tous une voix à l’intérieur de nous qui regorge de créativité pour essayer de nous saper notre humeur et épuiser notre confiance. Les monologues négatifs sont communs, en particulier dans les périodes de stress. Les enfants, comme les adultes, sont souvent leurs propres pires ennemis. Peu d’entre nous parlent aussi méchamment aux autres comme nous nous le faisons à nous-mêmes.

Faites taire cette voix

Vous pouvez aider votre enfant à modifier ces pensées en l’aidant à combattre ces accusations difficiles. Quand vous entendez votre enfants être trop négatif, votre tendance naturelle est d’essayer de lui remonter le moral. Mais si nous abusons trop des fausses louanges, votre enfant apprendra à garder le silence sur ses craintes et ses déceptions. Ainsi, au lieu de leur remonter le moral par tous les moyens, écoutez ce qu’il à à dire et compatissez. Après s’être exprimé, posez-lui des questions qui vont l’aider à lutter contre ces pensées trop pessimistes :

Quelle est la chose que tu as fais de bien aujourd’hui ? : Cette question aide les enfants à accumuler un début de preuve qui prouve que leurs croyances négatives ne sont pas tout à fait vrais.

Qu’est-ce tu pourrais faire cette semaine pour faire mieux la prochaine fois ?  :  Cette question aide les enfants à se concentrer sur une solution et non le problème. En créant un plan d’action, leur confiance se construit et leur anxiété diminue.

En tant que parent, nous pouvons enseigner à notre enfant comment penser avec optimisme et la façon d’aborder les problèmes et les obstacles avec une certaine capacité d’adaptation. Ce faisant, nous leur permettront d’accroître leur sentiment général de bien-être. Et ce genre de chose est assez pour mettre un sourire sur le visage de tout parent.

Une attitude optimiste encourage l’action positive. En encourageant une approche optimiste, nous donnons à notre enfant l’une des clés d’une vie plus saine et heureuse.

NE PARTEZ PAS SANS VOTRE EBOOK GRATUIT !

et recevez nos affirmations pour réinventer votre vie et la vivre à son plein potentiel.