Comment prenons-nous nos décisions ?

Comment prenons-nous nos décisions ?

Je me demande souvent comment certaines personnes peuvent prendre certaines décisions alors que la bonne décision morale semble tellement évidente.

Lawrence Kohlberg, psychologue à Harvard, tente de répondre à cette question en étudiant la façon dont les gens répondent à des questions qui n’ont pas de réponses moralement bonnes ou mauvaises.

De ses études, Lawrence Kohlberg ressort 3 niveaux de pensée morale :

  1. La morale pré conventionnelle
  2. La morale conventionnelle
  3. La morale post-conventionnelle

Selon lui, tout le monde passe par les trois étapes dans l’ordre indiqué, mais à des vitesses différentes. Certains n’atteignent jamais le niveau post conventionnel.

Au niveau pré conventionnel, les gens décident que quelque chose est juste si elle se traduira par une récompense et le mal si elle se traduira par une punition.
Le niveau conventionnel permet aux gens de définir si une chose est bonne lorsqu’elle est socialement acceptable et mal lorsqu’elle est socialement inacceptable.
Au dernier niveau – post conventionnel – les gens décident ce qui est bien ou mal en fonction des principes moraux internes. A ce niveau nous pouvons rencontrer une grande variété dans la façons qu’on les gens à prendre des décisions. Aussi, nous ne connaissons pas les raisons sous-jacentes qui pourraient influencer les gens à prendre telle oui telle décision.

Un exemple donné par Kohlberg est lorsqu’une personne vole un blouson. D’un point de vue extérieur, et pour la majorité d’entre nous, vouloir un nouveau blouson sans le payer ressemble à un mauvais jugement moral. Cependant, il peut exister une meilleure raison qui pousserait à vouloir le voler. Peut-être essayait-il simplement de tenir sa famille à l’abri au chaud.

Bien que l’explication de Lawrence Kohlberg peut couvrir un large éventail de bases, il ne tient pas compte de tout, comme la prise de décision émotionnelle. Il semble facile de regarder un scénario et dire que vous réagiriez de telle ou telle façon, mais être mis dans une situation peut nous amener à faire des choses que nous n’aurions pas pensé faire en raison de la façon dont nous nous sentons émotionnellement.
Cependant, la théorie de Kohlberg aide à comprendre pourquoi les gens font certaines choses et nous montre qu’il est probablement préférable de réserver son jugement sur les actions des autres car il est très peu probable que nous savons réellement ce qui les pousse à prendre leurs décisions.

Des étapes simples pour devenir la meilleure version de vous-même.

Découvrez les étapes simples mais puissantes pour devenir la meilleure version de vous-même

Rejoignez plus de 2500 personnes

qui ont pris leur vie en main

DÉCLENCHEZ LE CHANGEMENT POUR UNE VIE PROFONDÉMENT ÉPANOUISSANTE

Embrassez l’authenticité, surmontez les obstacles et devenez la meilleure version de vous-même en travaillant sur chacune des sept sphères de la vie.

Recevez chaque jour une affirmation positive et un contenu exclusif pour réfléchir, rêver et évoluer.

Service 100% gratuit. Vous pourrez vous désabonner à tout moment