Obsédé par l’idée du meilleur à tout prix ?

Récemment, j’ai rencontré un homme qui avait une entreprise importante et prospère, son style de vie était incroyable, il était marié et avait de nombreux amis qui feraient n’importe quoi pour lui. Cependant, me regardant avec un air très sérieux, il m’a dit qu’il devrait embaucher un coach pour l’aider à “atteindre le prochain niveau”.

Étonné, je lui ai demandé quel était le niveau suivant.

Il a répondu que ce n’était pas clair pour lui, et que pour cette raison, il avait besoin d’un coach pour lui montrer ses faiblesses et ce qui se perdait dans la vie.

Il était évident que cet homme était prêt à dépenser beaucoup d’argent pour résoudre un problème qu’il ne savait même pas de quoi il s’agissait.

– ah! Et … que se passe-t-il s’il n’y a rien à réparer ? – lui ai-je demandé. – Qu’est-ce que tu veux dire ? – m’a-t-til demandé.

– Que se passe-t-il s’il n’y a pas de “niveau suivant” ? Et si c’est juste une idée que vous avez en tête? Que se passe-t-il si vous êtes déjà à ce niveau mais que vous ne le réalisez pas et que vous insistez pour poursuivre constamment autre chose, un objectif évasif ? Et si vous refusiez de profiter de ce que vous avez déjà ? “

L’homme s’est senti irrité par ces questions. Il était évident qu’il ne les avait pas considérés.Finalement il dit:

– Je pense qu’il y a toujours quelque chose à améliorer.

Et il termina la discussion ici.

Cette histoire, racontée par le journaliste Mark Manson (en anglais), pourrait être un problème qui nous concerne tous. 

Et si nous souffrions de la maladie du “vouloir plus” ?

La maladie de “vouloir plus”

Pat Riley, célèbre entraîneur de basketball de la NBA, a déclaré que la chute des Lakers après leur période de gloire et de célébrité dans les années 1980 était due au fait que les joueurs se concentraient trop sur eux-mêmes et en voulaient toujours plus.

Rappelez-vous qu’au début, les joueurs voulaient seulement remporter le championnat, mais une fois devenus champions, cela ne suffisait plus. Leur attention s’est déplacée vers d’autres choses: gagner plus d’argent, faire plus de publicités télévisées, recevoir plus de soutien et de louanges, jouer plus, attirer davantage l’attention des médias…

En conséquence, ce qui était autrefois un groupe soudé a commencé à s’user. Lorsque la maladie de “vouloir plus” est arrivée , comme l’appelait l’entraîneur, la chimie parfaite de l’équipe s’est transformée en une catastrophe toxique.

Ce n’est pas la première équipe sportive à vivre cette situation et ce ne sera même pas la dernière. Mais le fait est que nous pouvons tous souffrir de la maladie du “vouloir plus” et être pris au piège du labyrinthe d’insatisfaction accumulé par nous-mêmes.

“plus” n’est pas toujours meilleur

Tout au long de l’histoire , les psychologues se sont concentrés sur l’analyse de la cause des problèmes mentaux. Leur intérêt pour le bonheur est très récent. L’une des premières études dans ce domaine était une simple enquête dans laquelle les participants devaient répondre à deux questions:

1) Sur une échelle de 1 à 10, à quel point vous sentez-vous heureux maintenant ?

Continuez votre lecture :  6 choses que vous devez absolument savoir sur l'établissement d'objectifs

2) Que s’est-il passé qui a provoqué ces sentiments ?

Ed Diener, psychologue à l’Université de l’Utah, a recueilli des milliers d’évaluations auprès de centaines de personnes de tous les horizons. Il découvre ainsi un phénomène surprenant et en quelque sorte assez ennuyeux.

Presque tout le monde mettait un 7 la plupart du temps.

Même lorsque les problèmes étaient énormes, les niveaux de bonheur diminuaient de 2 à 5, mais pour de courtes périodes, puis augmentaient rapidement.

La même chose s’est produite avec des événements très positifs, comme gagner à la loterie, partir en vacances ou même se marier, les évaluations ont augmenté rapidement, mais ce n’est que pour une courte période de temps pour revenir se stabiliser sur le chiffre 7.

Ces résultats montrent que personne n’est complètement heureux la plupart du temps, même pas complètement malheureux. Il semble que nous pensons constamment que les choses vont bien, mais qu’elles pourraient aller beaucoup mieux.

Cette constante de 7, à laquelle nous revenons toujours, nous donne un piège mortel car elle nous dit: “Si vous pouviez avoir un peu plus, vous pourriez atteindre 10 et les conserver”.

De cette façon, nous vivons la plupart de nos vies à la poursuite de ce 10. Nous pensons que nous serons plus heureux lorsque nous aurons cet emploi idéal, lorsque nous achèterons la nouvelle maison, lorsque nous irons en vacances à cet endroit, lorsque nous trouverons notre âme sœur … Le problème est qu’il y a toujours ce “plus”. 

Nous voulons toujours plus.

En psychologie, la recherche constante du plaisir s’appelle “routine hédonique”, ce qui signifie que nous luttons constamment pour avoir une “vie meilleure”, mais au final, la seule chose que nous obtenons est de consommer beaucoup d’énergie pour toujours revenir au même point : le 7.

Est-ce que cela signifie que nous devrions nous asseoir les bras croisés et ne rien faire ?

Non, cela signifie que nous pouvons nous sentir heureux ici et à ce moment précis, car nous ne devons pas conditionner cela à des choses ou à des objectifs que nous pourrions avoir ou atteindre. Il y a toujours place à l’amélioration, mais il n’est pas nécessaire de différer notre bonheur en le conditionnant à ce que nous pouvons ou ne pouvons pas réaliser à l’avenir.

Après tout, dans la vie, tout ne se résume pas à une amélioration continue, toujours en avoir plus et aller de plus en plus loin. 

À un moment donné, la vie devient avant tout un jeu de compensation. Lorsque nous atteignons un certain niveau, aller au-delà peut signifier dépenser trop de temps et d’énergie dans des activités qui ne feront pas vraiment la différence et ne nous rapprocheront pas du 10 dont nous rêvions.

Par conséquent, essayez de ne pas vivre comme s’il s’agissait d’une liste de choses à faire ou d’une montagne à gravir. 

La vie est plutôt un jeu de compensation dans lequel nous devons choisir ce que nous sommes prêts à donner pour avoir une autre montée d’adrénaline, un autre voyage, un autre succès …

VOUS AVEZ RAISON !

Ceux qui réussissent savent des choses que les autres ignorent

Vous n’avez pas à laisser votre passé de dicter votre avenir.

Abonnez gratuitement durant 7 jours

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Formation continue : Transformez votre vie |

RESTEZ INSPIRé(e)

Inscrivez-vous gratuitement et recevez chaque matin une ressource inspirante pour réfléchir, rêver, évoluer