Il faut du courage pour poser des questions

Nous faisons toutes sortes d’hypothèses car nous n’avons pas le courage de poser des questions. Miguel Ruiz.

Avez-vous déjà remarqué qu’un film de deux heures serait terminé en dix minutes si l’un des personnages se tournait simplement vers l’autre pour lui demander : “Pourquoi es-tu contrarié ?” Au lieu de cela, nous obtenons deux heures de devinettes, de récriminations, de commérages et de chagrins avant que les deux personnages se rendent compte que leurs suppositions étaient erronées et tombent dans les bras l’un de l’autre au fur avant que le générique de fin fasse son apparition ?

La même chose se produit dans la vie réelle. Au lieu de demander pourquoi quelqu’un semble en colère, nous faisons des suppositions sur la raison pour laquelle il pourrait être en colère. Au lieu de demander pourquoi telle ou telle personne ne nous a pas rappelé, nous faisons des suppositions comme «Je ne dois pas être important» ou «Elle ne m’aime pas». Au lieu de demander pourquoi quelqu’un semble être fâché, nous essayons de «lire» le langage du corps derrière l’air menaçant apparent et supposons que nous avons fait quelque chose pour le contrarier.

Nous passons d’innombrables heures à conjecturer avec des amis pour savoir pourquoi quelqu’un ne nous a pas souri ou pourquoi notre email et resté sans réponse ou pourquoi on nous a dit “non” alors que nous nous attendions à un “oui” au lieu de simplement demander à la personne par “pourquoi vous ne l’avez pas fait (ce à quoi je m’attendais) ?”

Le silence n’est pas d’or. Si nous ne demandons pas pourquoi une personne a fait ou n’a pas fait quelque chose, il ne nous reste plus que nos suppositions et notre imagination. Et ces suppositions et ces imaginations peuvent nuire à nos relations.

William Masters et Virginia Johnson sont devenus célèbres pour leurs recherches sur le sexe au cours des dernières décennies.

En 1937, à l’âge de 22 ans, Bill Masters est tombé amoureux de Geraldine Oliver, qu’il a appelé Dody.

Quelques années plus tard, Dody a été hospitalisée près de chez elle à Buffalo. Bill fréquentait la faculté de médecine de Rochester et, dès qu’il a entendu la nouvelle, il a pris la route et conduit toute la nuit pour se rendre aux côtés de Dody.

Malheureusement, quand il est arrivé à l’hôpital, il ne pouvait rejoindre Dody parce qu’elle récupérait et ne pouvait pas être dérangée. Bill est reparti pour Rochester, mais a laissé un magnifique bouquet de fleurs et une note à l’infirmière de garde pour être sûr qu’elle les donne à Dody le plus tôt possible.

Des semaines plus tard, Bill est retourné à Buffalo pour voir Dody après son départ de l’hôpital. Dody semblait distraite. Bill mourait d’envie de demander pourquoi elle se sentait mal à l’aise et si elle avait aimé les fleurs, mais il ne l’a jamais fait. En supposant que Dody s’était désintéressé de lui lors de son hospitalisation et de sa convalescence, Bill et Dody se sont séparés.

Bill s’est marié, a eu deux enfants et a divorcé après 28 ans pour épouser sa compagne, Virginia Johnson, à qui il était marié depuis 22 ans.

En 1991, à l’âge de 76 ans, Bill a demandé le divorcer pour pouvoir épouser l’amour de sa vie. Il avait revu Dody par hasard. Ni l’un ni l’autre ne cherchaient activement de nouvelles. Dody avait elle-même été mariée, divorcée et veuve d’un deuxième mariage.

55 ans plus tard, Bill Masters a découvert que l’infirmière de nuit n’avait jamais offert les fleurs à Dody. Ne lui avant jamais posé la question, Dody avait supposé que Bill avait perdu tout intérêt et son silence était sa façon de le faire réagir.

Il a fallu 55 ans pour que Dody et Bill soient réunis, ce qui aurait pu se produire 55 ans plus tôt, s’il avait simplement demandé: “Alors, as-tu aimé les fleurs ?” ou si elle avait simplement demandé: “Pourquoi n’es-tu pas venu me voir quand j’étais à l’hôpital ?

Il faut du courage pour poser des questions. Mais la vie est courte, économisez-vous beaucoup de temps et de peine.

NE PARTEZ PAS SANS VOTRE EBOOK GRATUIT !

et recevez nos affirmations pour réinventer votre vie et la vivre à son plein potentiel.