La Terre, c’est nous

La planète sur laquelle nous vivons est notre seule et unique planète. Et elle est peut-être ainsi pour une raison. Dans notre apprentissage et notre compréhension de la planète, nous commençons sans aucun doute à nous comprendre nous-mêmes.

Mais parce que c’est notre “seule planète”, nous craignons également de la perdre. Nous y sommes attachés pour notre survie évidente et comprenons qu’il n’ya vraiment pas d’autre choix à faire… du moins pour le moment.

Au cours de notre évolution vers une conscience plus profonde de l’équilibre nécessaire que doit posséder la Terre, la peur, la panique, l’obsession et la culpabilité commencent à s’immiscer à mesure que nous commençons à prendre conscience que notre Terre est aussi un être vivant. Ces émotions viennent parce que nous l’avons, non seulement, polluée, mais nous l’avons aussi creusée et ignorée.

Cela ressemble beaucoup aux émotions que nous commençons à ressentir lors de notre propre éveil à nous-mêmes ! N’avons-nous pas aussi les mêmes émotions quand nous voyons que nous nous sommes pollués, enfoncés dans nous-mêmes et que nous nous sommes ignorés ? 

Et si nous, responsables de notre corps, portons les émotions qui disent ces choses, ces émotions ne reviendront-elles pas nous hanter dans nos vies et nos corps ?

Bien sûr. 

C’est ce qui se passe avec l’énergie que nous retenons. Elle revient toujours à la surface à un moment ou à un autre. 

Elle doit être vue et reconnue avant de pouvoir être effacée. Ainsi, en tant que responsables de notre corps, nous analysons constamment nos propres “problèmes”, les équilibrons, puis créons ce que nous désirons dans une perspective beaucoup plus large et moins limitée.

Nous comprenons maintenant que nous ne pouvons pas faire pression pour rester en bonne santé. Nous ne pouvons pas nous forcer à nous conformer ou fuir ce qui se passe consciemment en nous.

Mais que nous voyons-nous faire avec la Terre ? 

Nous estimons que certaines choses sont mauvaises sur le plan environnemental, nous essayons de les réparer, nous luttons contre leur ampleur et blâmons d’autres parties de nous-mêmes pour leur existence.

Où est la guérison ?

Ce n’est pas dans le jugement, ce n’est pas dans la réparation, ce n’est pas dans la lutte et ce n’est pas dans le blâme. La guérison de la terre viendra de l’intérieur de nos êtres, une personne à la fois, à mesure que nous apprenons à nous guérir nous-mêmes. 

La guérison de la Terre se produira beaucoup plus rapidement et efficacement si elle devient véritablement une extension de notre corps physique et est considérée comme telle.

Lorsque vous touchez la Terre, lorsque vous vous tenez dans la boue et que vous la sentez entre vos orteils, la communication énergétique et l’allocation qui peut en découler sont remarquables. Ce n’est pas seulement vous permettre de ressentir sans jugement, mais c’est aussi accepter les choix de chaque individu humain qui est passé par là. Et à mesure que l’équilibre se produit à l’intérieur de soi et de la Terre, les méthodes naturelles de croissance, de purification et d’utilisation commenceront naturellement à se produire.

Nous devons nous rappeler que la Terre, c’est nous. C’est notre extension. Comment pouvons-nous nous servir au mieux dans notre propre processus de guérison ?

NE PARTEZ PAS SANS VOTRE EBOOK GRATUIT !

et recevez nos affirmations pour réinventer votre vie et la vivre à son plein potentiel.