triangle stone window

Le Triangle de Karpman : Le triangle dramatique expliqué

Table des matières :

Le triangle dramatique de Karpman

Le triangle de Karpman (ou triangle dramatique) définit les rôles que les gens assument (et peuvent basculer entre eux) dans des situations stressantes, émotionnelles ou très conflictuelles. Le Dr Stephen Karpman a identifié trois rôles principaux qui émergent : le persécuteur, la victime et le sauveteur.

Nous pouvons souvent nous retrouver attirés par un rôle particulier. Cependant, la réalité est que nous tournons autour des trois rôles. Différentes circonstances nous poussent vers un modèle particulier de comportement ou un autre.

Le triangle dramatique a été décrit pour la première fois par Stephen Karpman dans les années 1960. C’est un modèle d’interactions sociales dysfonctionnelles et illustre un jeu de pouvoir qui implique trois rôles : Victime, Sauveur et Persécuteur, chaque rôle représentant une réponse commune et inefficace au conflit.  

Le voyage autour du triangle peut être fait avec soi-même ou un autre, comme un conjoint, un enfant, un collègue, etc. La plupart d’entre nous sont neurologiquement programmés pour jouer ces trois rôles, et nous choisissons consciemment ou inconsciemment un rôle en fonction du contexte particulier. 

Les trois rôles du triangle expliqués 

Dans le triangle dramatique, chaque joueur d’un jeu mental particulier commence par assumer l’un des trois rôles typiques : 

Le triangle de Karpman
Le triangle de Karpman

Victime – « Pauvre moi. »

Les victimes se sentent souvent piégées, impuissantes et sans espoir. Ils pensent qu’ils sont à la merci de la vie. Ils ne veulent pas assumer la responsabilité de leur situation indésirable et ne pensent pas avoir le pouvoir de changer leur vie.  

Les victimes se supposent impuissantes ou incompétentes et blâment les persécuteurs (il peut s’agir d’autres personnes ou d’une situation particulière). Ils recherchent toujours des sauveteurs pour résoudre le problème à leur place. Si les Victimes continuent à rester dans une position « découragée », cela les empêchera de prendre des décisions, de résoudre des problèmes, de changer l’état actuel ou de ressentir une satisfaction ou un accomplissement. 

Sauveteur – « Laissez-moi vous aider. » 

Les sauveteurs interviennent constamment au nom des victimes et essaient de sauver les victimes du préjudice perçu. Ils se sentent coupables de rester les bras croisés et de « regarder les gens se noyer ».  

Les sauveteurs peuvent avoir toutes les bonnes intentions et s’efforcer « d’aider » d’autres personnes comme ils le jugent nécessaire. Ils ne se rendent pas compte qu’en offrant des solutions à court terme aux victimes, ils les maintiennent dépendantes et négligent leurs propres besoins. C’est pourquoi les sauveteurs se retrouvent souvent sous pression, fatigués et n’ont peut-être pas le temps de terminer leurs propres tâches, car ils sont occupés à combattre les incendies pour les victimes au fur et à mesure qu’elles surviennent ! 

Persécuteur – « Tout est de ta faute. » 

Les persécuteurs sont comme des «parents critiques» qui sont stricts et fermes et qui établissent des limites. Ils ont tendance à penser qu’ils doivent gagner à tout prix.  

Les persécuteurs blâment les victimes et critiquent le comportement des sauveteurs, sans fournir de conseils appropriés, d’assistance ou de solution au problème. Ils sont critiques et doués pour trouver des défauts et contrôler avec ordre et rigidité. Ils maintiennent les victimes opprimées et peuvent parfois être un tyran. 

Êtes-vous une victime, un sauveur ou un persécuteur ? 

Vous connaissez maintenant le triangle dramatique et les rôles dans le cadre triangulaire. Alors, êtes-vous une victime, un sauveur ou un persécuteur ?  

Si vous êtes humain, il y a de fortes chances que vous vous voyiez vous-même ou que vous soyez vu par d’autres, comme les trois dans des scénarios différents. 

Il est important de souligner que les joueurs du triangle dramatique peuvent changer de rôle au cours d’un jeu d’esprit, et si quelqu’un dans ce triangle change de rôle, les deux autres rôles changent également. 

Exemple 

Vous trouverez ci-dessous un exemple fictif qui montre le triangle dramatique en mouvement et la façon dont les joueurs passent d’un rôle du triangle à un autre.  

Pierre :  Alex, le rapport sur l’état du programme doit être remis à midi aujourd’hui. Pourriez-vous s’il vous plaît me l’envoyer dès que possible? (P) 

Paul :  Ah ! Je ne l’ai pas encore fait, je n’étais pas sûr de ce qui était nécessaire et j’ai été submergé par les autres priorités de mon programme. (V) 

Pierre :  La demande et le modèle de rapport vous ont été envoyés la semaine dernière. Si vous n’étiez pas sûr de l’exigence, pourquoi n’avez-vous pas demandé? (P) 

Paul :  J’étais débordé et je n’en avais pas la capacité. (V) 

Pierre :  Il est déjà 10 heures du matin, pouvez-vous préparer rapidement quelque chose pour votre programme ? (P) 

Marie :  Mark, de quelles informations avez-vous besoin de notre programme ? (S) 

Pierre :  les points principaux du programme, principaux risques et problèmes, jalons et dépendances. (S) 

Marie :  Nous produisons déjà pas mal de rapports de programme pour le portefeuille. Ne pouvez-vous pas simplement modifier les informations pour obtenir ce dont vous avez besoin ? (P) 

Pierre :  Savez-vous combien de mises à jour du programme je dois rassembler pour les mises à jour du portefeuille ? (V) 

Paul :  Honnêtement, je pense que le rapport de situation est exagéré ! (P) 

Marie :  Peu importe, donnez-moi une demi-heure. Je mettrai à jour le rapport d’état et l’enverrai. (S)  

Et la conversation peut durer indéfiniment, tout comme les chances des rôles. 

Échapper au triangle dramatique de Karpman

C’est votre travail d’être conscient des rôles que vous jouez ou dans lesquels vous avez été placé, et s’ils vous piègent dans le triangle dramatique, de trouver des moyens de vous sortir de cette position. Se déplacer vers le centre signifie que vous arrêtez d’agir en tant que victime, sauveteur ou persécuteur. Remarquer vos réactions immédiates et faire une pause entre le stimulus et votre réponse peut vous aider. 

Cela peut simplement vous arrêter dans votre élan et vous éviter de glisser dans la dynamique du triangle dramatique.

Refusez d’accepter la force de votre adversaire. 

Arrêtez de lutter. 

Évitez soigneusement les positions embarrassantes, indéfendables ou déraisonnables. Une fois que vous vous déplacez vers le centre, votre adversaire reculera probablement. Cela peut être une tactique simple et pourtant remarquable.

Tout cela vous oblige à examiner tous les schémas de pensée enracinés que vous souhaitez modifier et à adapter ou à remplacer. Vous pouvez simplement refuser d’être supérieur ou inférieur – cela brise le triangle. Une fois que vous arrêtez le jeu, le drame s’arrête aussi. Vous pouvez arrêter d’agir comme le « pauvre de moi », d’ignorer vos propres besoins, de céder aux autres même lorsque ce n’est pas une bonne idée, ou de toujours prendre le blâme. Pour cesser d’être une victime, vous devez accepter la relation avec l’autre, faire face au fait que c’est vous qui devrez changer, faire face à vos peurs et prendre de meilleures mesures. Vous pouvez également arrêter d’essayer de réparer les gens. Les sauveteurs sont des gardiens naturels et c’est une habitude difficile à briser car elle implique de lourdes émotions comme la culpabilité et l’obligation. Vivre au-delà des rôles du triangle dramatique consiste à gérer ses propres limites et à avoir un sens aigu de sa propre agence et de sa valeur.

Rien de tout cela ne signifie que vous vous souciez moins des gens. Cela signifie simplement que vous serez en mesure de faire de meilleurs choix pour vous-même et pour les autres qui sont coincés dans leurs propres triangles dramatiques.

Êtes-vous un persécuteur, un sauveur ou une victime ?

Le triangle de Karpman est un modèle qui montre les 3 rôles des relations improductives, intenses et potentiellement toxiques. Le persécuteur, le sauveur et la victime (PSV). Le Triangle de Karpman peut aider les gens à adopter ces trois rôles pour échapper au redoutable triangle dramatique des relations conflictuelles. Ils le font en sachant que premièrement ces rôles existent et deuxièmement comment chaque rôle joue un rôle dans le triangle. C’est le triangle dramatique expliqué.

Le Triangle de Karpman ? Que veut-on dire par triangle dramatique

Le triangle de Karpman est un modèle social d’interaction humaine. Le triangle représente un type d’interaction destructrice qui peut se produire entre les personnes en conflit. Le modèle du triangle dramatique est un outil utilisé en psychothérapie, plus précisément en analyse transactionnelle.

Ma compréhension est que le triangle dramatique fournit un modèle qui nous aide à mieux comprendre les relations – l’interaction sociale. Deuxièmement, il peut être utilisé pour comparer ce modèle de relations improductives au nôtre, pour savoir si nos relations sont toxiques ou non. Pour savoir si nos relations sont réactives et non responsabilisées. Un peu comme une carte qui nous montre où nous sommes, pour ensuite savoir où nous voulons être.

Mieux comprendre les 3 rôles du Triangle : Persécuteur, sauveur et victime

Chaque rôle est unique et s’accompagne de ses propres sentiments, dictons, désirs et responsabilités. Rappelez-vous que ce sont des rôles malsains et formés par des habitudes comportementales habituelles.

Persécuteurs

Le rôle du persécuteur – colère

Les persécuteurs peuvent aussi être appelés le méchant, le bourreau, le traître, l’oppresseur ou l’accusateur. Le rôle d’un persécuteur est à blâmer. C’est un rôle basé sur la honte – le « principe du père de l’ombre ». Ressembler à un parent critique. Ils doivent toujours avoir raison et en blâmant ils nient leur vulnérabilité qu’ils craignent de devenir eux-mêmes une victime. Ils critiquent et blâment.

Souvent, cette personne a subi des violences mentales ou physiques dans son enfance. Les persécuteurs bouillonnent souvent secrètement parce qu’ils ont été « abusés » et ont maintenant décidé de ne plus jamais être une victime, et plutôt d’être un survivant, et la seule façon de survivre est d’être tout sauf un « perdant harcelé ». Leur persécution est un moyen de se protéger en faisant presque le premier coup.

Le « travail » d’un persécuteur est de maintenir la victime dans un sentiment d’oppression – d’être une victime. Ils ne résolvent pas les problèmes et leur pouvoir est utilisé négativement et peut être très destructeur – « Je vais bien, tu ne vas pas – je rabaisse les autres pour me sentir bien ». Les persécuteurs ne se plient pas et ne peuvent pas être vulnérables.

Si le persécuteur ne maintient pas la victime opprimée, la victime peut se lever, et alors le persécuteur n’a aucun rôle, car la victime quitte le triangle. Ce rôle est le plus extrême des 3, bien que vous puissiez trouver des persécuteurs plus passifs-agressifs.

Les mots du persécuteur

  • ‘Tout est de ta faute’.
  • « Ils ont tort et j’ai raison ».
  • « Vous ne pouvez rien faire de bien ».
  • À la victime : « Vous êtes responsable de tout ce qui ne va pas ».

Comment reconnaître la personnalité d’un persécuteur

  • Dénigre la valeur des autres
  • Persécute pour se sentir supérieur
  • Réduction de la valeur et de l’intégrité des autres
  • Agressif
  • En colère
  • Jugement
  • Critique
  • Blâmer
  • Contrôler
  • Supérieur
  • Fait mal

La relation recherchée par le persécuteur dans le triangle

Le Persécuteur cherche des victimes. En gardant une victime opprimée, ils se maintiennent en persécuteur.

Sauveteurs

Le rôle du sauveteur – Peur

Les Sauveteurs sauvent les personnes qu’ils croient vulnérables et ils aident sans qu’on leur demande. « Je vais bien, tu ne vas pas » – J’assume la responsabilité de la victime de se sentir bien. Pas le mien. Les sauveteurs veulent s’occuper d’autres personnes, et ont même besoin de le faire pour se sentir bien dans leur peau, tout en se négligeant ou en ne prenant pas la responsabilité de leurs propres besoins. Ils veulent se sentir valorisés et il n’y a pas de meilleur moyen que d’être un sauveur.

Leur conviction est que s’ils prennent soin des autres, ils finiront par s’occuper d’eux. Cela vient du fait que leurs besoins n’ont pas été satisfaits lorsqu’ils étaient enfants. Croient que leurs propres besoins ne sont pas importants et que leur seul moyen d’obtenir de la valeur est de se connecter avec les autres et de les sauver.

Les sauveteurs sont surmenés, fatigués, pris, coincés, presque un style de type martyr, tandis que le ressentiment se construit sous la surface. Leur rôle est à l’extrême opposé du Persécuteur. Ils pourraient être décrits comme un aspect obscur du principe de la mère, mais au lieu de soutenir et de nourrir, ils contrôlent et étouffent, ce qui est une compréhension erronée de l’autonomisation.

Ils ne peuvent pas permettre à la victime d’aller mieux ou de réussir parce que la victime quitterait le triangle, ce qui empêcherait sa capacité à « secourir ».

Les mots du sauveteur

  • ‘Laissez-moi vous aider’.
  • ‘Je peux vous aider’.
  • « Vous ne pouvez pas le faire vous-même ».
  • « Pauvre toi, laisse-moi t’aider ».
  • ‘s’ils faisaient ce que je dis, ils seraient heureux’.

Comment reconnaître la personnalité d’un sauveteur

  • Dénigre les compétences des autres
  • Aide à se sentir supérieur
  • Analgésique
  • Réduit la capacité des autres à penser par eux-mêmes
  • Facilitateur
  • Maintient la victime dépendante
  • Trop utile
  • L’abnégation
  • Doit être nécessaire
  • Sauve quand ce n’est pas nécessaire
  • Se sent coupable s’ils ne sauvent pas
  • craint de ne pas être nécessaire
  • Maintient la victime dépendante d’eux
  • Remises que la victime pourrait être en mesure de résoudre elle-même le problème

Victime

Les mots de la victime et monologue intérieur

  • ‘Pauvre de moi. Tellement injuste’.
  • « Ça m’arrive toujours ».
  • « Je n’ai jamais de pause ».

Le rôle de la victime – Tristesse

Les victimes sont dépassées par leur propre vulnérabilité et n’assument pas la responsabilité de leur situation. Ils nient toute responsabilité pour leurs circonstances négatives et nient la possession du pouvoir de changer ces circonstances. Les victimes ont de réelles difficultés à prendre des décisions, à résoudre des problèmes, à trouver beaucoup de plaisir dans la vie ou à comprendre leurs comportements qui se perpétuent.

« Je ne vais pas bien, j’aide les autres à se sentir bien. »

Ce rôle est l’ombre de notre enfant intérieur blessé. La partie innocente, vulnérable et nécessiteuse de nous. Dépendance paralysante aux relations primaires. Cassé et irréparable. Finalement, la Victime à un échec en a assez de l’être et cherchera à uniformiser les règles du jeu, ce qui signifie qu’elle cherchera à se venger en devenant un persécuteur (Blâmer les autres) ou un sauveteur (Aider les autres).

Comment reconnaître la personnalité d’une victime

  • Se déprécie
  • Évite les responsabilités pour se sentir inférieur
  • Remises auto
  • Impuissant
  • Désespéré
  • Piégé
  • Bloqué
  • Opprimé
  • Sans espoir
  • Se plaint de besoins non satisfaits
  • Abattu
  • Comportement de l’enfant
  • Remises sur leur propre capacité à résoudre le problème
  • Rêve refusé

La relation du triangle de Karpman avec laquelle chaque rôle veut le plus faire face

La Victime cherche le Sauveur, un sauveur pour qu’elle puisse rester la Victime. S’ils s’approchent de cette personne et refusent de la « sauver », la Victime peut alors la transformer en persécuteur. Imaginez l’exemple :

– Victime : « Je n’ai pas d’argent parce que le gouvernement continue de me taxer ».

– Sauveur souhaité : ‘Tout le monde est taxé. C’est comme ça’.

– Victime : « Toi non plus tu ne me prêtes jamais d’argent. Tu veux que je sois malheureux’. La victime fait du Sauveur un Persécuteur.

Le Persécuteur cherche quelqu’un à blâmer et le Sauveur cherche quelqu’un à sauver. Chacun des trois rôles joue son propre schéma dysfonctionnel.

Les avantages d’être dans le triangle dramatique

La plupart des articles que vous lisez ne partageront pas les avantages d’être dans le triangle dramatique, car être dans le triangle est considéré comme mauvais. Pourtant, nous avons tous fait partie du triangle plus que nous ne voudrions l’admettre. Alors pourquoi avons-nous?

Parce que dans le triangle, les persécuteurs peuvent se sentir supérieurs, les sauveteurs peuvent se sentir bien dans la prise en charge et les victimes sont prises en charge. Qu’est-ce qu’il ne faut pas aimer ? ! Le coût est qu’ils continuent avec ces relations malsaines. Les persécuteurs n’arrivent jamais à contester correctement ce qui aboutit à un résultat positif. Les sauveteurs n’arrivent jamais à vraiment aider quelqu’un à long terme (nourrir un homme avec du poisson). Et les victimes n’arrivent jamais à s’aider elles-mêmes.

Conséquences de la vie en triangle dramatique

Vivre dans le triangle est toxique, malsain et voué à la misère et à la souffrance. Le coût de chacun des rôles vivant dans cette existence triangulaire est une douleur mentale, émotionnelle et peut-être même physique. Alors que nous nous poursuivons autour du triangle, nous vivons en réaction. Au lieu de vivre de manière proactive, spontanée ou par choix personnel, nous vivons dans un monde d’action et de réaction, qui est ennuyeux, douloureux et malheureux.

Passer du Triangle de Karpman au Triangle Autonome est un défi pour nous tous.

Comment nous évoluons entre les 3 rôles de persécuteur, de sauveteur et de victime

Nous entrons chacun dans le triangle de Karpman à notre valeur par défaut. Un des 3 rôles. C’est notre défaut et c’est notre identité. Notre porte de départ, et le rôle que nous assumons, nous définissent et se cristallisent généralement dans notre enfance. Ce sera un chemin parcouru et un script familier utilisé encore et encore pour nous aider à être nous. Si vous placez les 3 rôles sur une ligne horizontale, ils ressembleront à ceci :

Persécuteur — Victime — Sauveur

Lorsque vous entrez, vous finissez par devenir une victime. Déplacement d’un des 2 hauts; soit le Persécuteur soit le Sauveur et glissant vers le bas vers celui du bas – la Victime. Nous finissons tous en victimes. Impuissant et impuissant. C’est l’un des problèmes avec l’entrée dans le triangle dramatique, vous vous retrouvez toujours à l’endroit inévitable où vous vous sentez triste, impuissant et impuissant.

Karpman a partagé ses réflexions sur le passage d’un rôle à l’autre en utilisant le conte de fées du Petit Chaperon Rouge. Dans Le Petit Chaperon Rouge, l’héroïne commence en tant que sauveteur. Apporter de la nourriture à sa grand-mère, qui est la Victime. Puis elle devient la Victime du Grand Méchant Loup, qui est le Persécuteur. Puis, plus tard, le petit chaperon rouge devient le persécuteur lorsqu’elle coud des pierres dans le ventre du loup, qui est maintenant devenu la victime.

Le Petit Chaperon Rouge joue tous les rôles du triangle dramatique. L’intensité du drame augmente avec le nombre d’interrupteurs qu’elle a. Par exemple, si nous sommes le persécuteur qui blâme quelqu’un et que nous passons ensuite à la victime, nos sentiments sont encore plus prononcés. Nous étions « à l’aise » à blâmer et maintenant nous avons changé de rôle, avec de nouvelles pensées et de nouveaux sentiments, qui ressemblent à des montagnes russes émotionnelles. Il prend son péage.

Se déplacer autour du triangle de Karpman

Non seulement nous entrons dans le triangle avec les gens, mais aussi dans notre esprit. Nous nous déplaçons continuellement autour du triangle dans nos têtes. Considérez cet exemple :

Vous manquez la date limite d’un projet. Dites-vous d’être paresseux et incompétent – le persécuteur. Vous vous dites que vous n’êtes qu’humain et que vous avez fait de votre mieux – le Sauveur. Et vous vous dites que vous êtes surchargé de travail par l’entreprise et qu’elle devrait être plus solidaire – la victime.

Le programme qui joue continuellement dans nos têtes perpétue le triangle dramatique et devient notre propre machine à faire honte. Malsain et dans un monde où la pleine conscience et la santé mentale sont de plus en plus nécessaires, ce triangle est une force indifférente et destructrice dont nous devons être conscients.

Qu’est-ce qui cause le « triangle dramatique » ?

Un triangle dramatique se produit lorsqu’une situation demande à quelqu’un de se sentir comme une victime ou un persécuteur. Ils assument alors l’un de ces rôles. Cette personne enrôle alors le sauveteur dans la situation. Chaque rôle agit égoïstement pour répondre à leurs besoins, par exemple pour que le persécuteur blâme quelqu’un.

Comment échapper au triangle de Karpman ?

S’échapper du triangle dramatique redouté consiste à agir comme un adulte. Donner l’exemple en tant que leader. Ce n’est ni le vol ni le combat, mais cette voie médiane où faire la bonne chose est inconfortable, mais mieux pour toutes les personnes impliquées. Une prise de conscience que vous jouez l’un de ces rôles nécessite une grande conscience de soi. Passer au « Triangle d’autonomisation » est la clé. Le triangle dramatique est l’endroit où le « drame » se produit, et le triangle d’autonomisation est l’endroit où l’autonomisation se produit. Qu’il s’agisse d’être pris dans tout cela ou d’assumer la responsabilité de votre rôle.

Si quelqu’un une personne « se réveille » du triangle, il peut prendre en charge les 3 rôles sortant du triangle. Surtout si la victime se réveille parce que c’est le rôle le plus difficile à échapper et sans doute le rôle le plus difficile à échapper. La raison pour laquelle une personne peut briser le triangle est que c’est un peu comme Batman et le Joker. Batman a besoin du Joker pour devenir un super-héros. Sans lui, il n’a aucun rôle – ils sont codépendants l’un de l’autre.

La première étape pour échapper au triangle dramatique est de savoir que vous y êtes.

Admettre que vous avez adopté l’un des trois rôles est difficile mais essentiel pour aller de l’avant. Entraînez votre observateur interne à reconnaître les signes indiquant que vous devenez l’un des trois rôles.

La deuxième étape consiste à vous demander : « Qu’est-ce que je veux vraiment ? » – Est-ce que je veux passer de relations réactives à un sentiment d’autonomie dans vos relations ?

La troisième étape nécessite des changements dans votre état d’esprit, puis dans vos comportements. De réagir à choisir. Démolir pour construire. De dire à demander. Concentrez-vous moins sur ce que vous ne voulez pas et plus sur ce que vous voulez.

Nous ne sommes jamais des victimes sans le choisir

Une fois que vous connaissez votre rôle par défaut, lisez ce que votre rôle peut faire pour échapper au triangle dramatique :

Je suis un persécuteur mais je veux être un challenger

Acceptez que vous êtes le « méchant ». Vous avez blâmé. A gardé une victime en tant que victime. C’est votre première étape et c’est une étape critique et une étape difficile. Rester où l’on est est plus facile, s’échapper est difficile.

Votre prochaine étape consiste à rester ferme et pourtant juste. Assertif – Pas agressif. Considérez la victime comme une personne et défiez-la – ne la blâmez pas. Tenez les gens responsables. Par exemple, « Si vous tenez votre part du marché, je ferai de même ». Tu peux le faire. Demandez-vous – qui a été difficile et pourtant juste dans votre vie ? Utilisez-les comme modèle. Soyez fier d’aider la victime à apprendre et à grandir, avec votre soutien.

Je suis sauveteur mais je veux être coach

Cette phrase est la plus utile pour échapper au rôle de sauveteur :

Donnez un poisson à un homme, et vous le nourrissez pendant une journée. Apprenez à un homme à pêcher et vous le nourrirez toute sa vie.

Aidez les victimes à s’aider elles-mêmes. Leur apprendre. Coachez-les et prenez toujours soin d’eux, mais en vous mettant d’accord sur les limites de la quantité d’enseignement et de coaching que vous ferez pour les aider. Après tout, ils doivent s’aider eux-mêmes.

La toute première étape consiste à poser des questions ouvertes et une bonne première question consiste à leur demander : « Que voulez-vous vraiment ? ».

Je suis une victime mais je veux être un créateur

Apprenez des techniques de résolution de problèmes, méditez et demandez-vous « que pouvez-vous faire ? ». 

Soyez plus axé sur les résultats et moins sur les problèmes. Créez une liste de gratitude des choses qui sont bonnes dans votre vie – « Je peux le faire ». 

La première étape consiste à identifier une étape pratique et facile que vous pouvez suivre pour atteindre le résultat souhaité.

Rocketman, le film sur la vie d’Elton John raconte le merveilleux partenariat entre Elton et Bernie. Bernie écrit les paroles et Elton les chante. 

Plusieurs fois dans la vie en montagnes russes d’Elton de sexe, de drogue et de rock & roll, il essaie de faire de Bernie le persécuteur ou le sauveur. À chaque fois, Bernie soutient, guide et résiste à entrer dans le triangle dramatique avec Elton en l’encourageant à résoudre ses propres problèmes. Toujours fait avec compassion et empathie et toujours avec les meilleurs intérêts d’Elton à cœur. Un excellent exemple de ne pas entrer dans le triangle du drame.

Eric Berne, le psychiatre, a écrit un livre en 1964 intitulé « Des jeux et des hommes ». Essentiellement, c’était le début du concept que nous connaissons comme les 3 états du moi du parent, de l’enfant et de l’adulte.

La première moitié du livre voit Berne introduire l’analyse transactionnelle, qui est un moyen d’interpréter les interactions sociales ou de comprendre les comportements des gens. Dans la seconde moitié, Eric explique que de nombreux comportements négatifs peuvent être attribués au changement ou à la confusion de ces rôles. Ce livre vaut vraiment la peine d’être lu.

Les variantes du Triangle de Karpman

Karpman a écrit de nombreuses variantes de sa théorie originale . Nous avons résumé certains d’entre eux ci-dessous et vous pouvez lire plus directement de Karpman dans le lien. De l’avis de cet écrivain, ne plaisante pas avec l’original – c’est la meilleure version !

Le triangle « OK » ou 10 %

Stephen a inclus cela, en particulier pour la thérapie de couple . Ce triangle propose que :

  • Il y a au moins 10 % de bonnes raisons dans chacun des rôles.
  • Chaque idée exprimée contient au moins 10 % de vérité.
  • 10% de la population réagirait de la même manière.
  • 10% de ce que vous dites n’est pas vrai de toute façon.

Le triangle du point d’interrogation

Ce triangle offre trois motifs derrière toute action inexpliquée.

Les triangles de la fausse perception

Ce triangle concerne la confusion de la fausse perception dans la lecture d’une situation peut-être telle qu’on veut qu’elle soit, plutôt que telle qu’elle est.

RECEVEZ CHAQUE MATIN UNE AFFIRMATION POSITIVE
Réfléchir, rêver, grandir
Développez un état d’esprit de croissance, surmontez les croyances auto-limitantes et transformez votre façon de penser et de ressentir la vie avec nos affirmations positives.

Service 100% gratuit – Désabonnez-vous à tout moment

A lire également

9 Commentaires

  1. Mon partenaire et moi sommes tombés sur un autre site et avons pensé qu'il serait bon d'y jeter un coup d'œil. J'aime ce que je vois, alors je vous suis. J'ai hâte de consulter votre page web régulièrement.

  2. J'aime ce que vous faites habituellement. Ce genre de travail intelligent et de couverture ! Continuez à faire du bon travail, je vous ai ajouté à mon blogroll.

  3. Valentin dit :

    Merci pour cette merveilleuse publication ! J'ai pris beaucoup de plaisir à le lire ; vous êtes un excellent auteur. Je vais m'assurer de mettre votre blog en favoris et j'y reviendrai peut-être un jour. Je vous encourage à continuer vos excellents articles et je vous souhaite une bonne fin de semaine !

  4. Excellent article, cependant, je me demandais si vous pouviez développer un peu plus sur ce sujet ?

  5. Cela vous dérange-t-il si je cite quelques-uns de vos articles, à condition que je mentionne le crédit et les sources qui renvoient à votre blog ? Mon blog est dans la même thématique que la vôtre et mes utilisateurs pourraient bénéficier de certaines des informations que vous fournissez ici. Veuillez me faire savoir si vous êtes d'accord. Je vous remercie.

  6. Certains d'entre nous savent que vous présentez des étapes importantes sur ce blog et que vous encouragez fortement la contribution d'autres personnes sur ce sujet, alors que notre propre enfant découvre vraiment beaucoup de choses. Je vous souhaite beaucoup de plaisir pour le reste de l'année.

  7. Votre engagement à faire passer le message s'est avéré très efficace et a permis à des employés comme moi d'atteindre lesobjectifs souhaités.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *