Mieux que le bonheur…

Cela peut sembler étrange de la part de quelqu’un qui a écrit des dizaines d’articles sur le bonheur. Mais, en termes de qualité de vie, d’esprit et de degré d’épanouissement personnel, certaines choses jouent un rôle beaucoup plus important que les sentiments de bonheur. J’y viendrai dans une minute.

Il y a quelques années, j’ai lu un livre qui a changé ma vie. C’était un livre du psychiatre et neurologue viennois Viktor Frankl.

Frankl venait d’être libéré d’un camp de concentration dans lequel il était emprisonné depuis plusieurs années. Peu de temps après avoir appris que les nazis avaient exécuté toute sa famille, y compris son épouse, enceinte de leur premier enfant, son frère et ses deux parents.

Ce que Frankl a personnellement vu et vécu lors de son incarcération l’a amené à conclure que, à ce jour, il s’agit de l’une des déclarations les plus succinctes et les plus profondes jamais écrites sur la condition humaine.

Tout peut être pris d’une personne sauf une chose, la dernière des libertés humaines : choisir son attitude dans n’importe quel contexte. Les circonstances dans lesquelles Frankl a vécu pendant les années de guerre étaient inouïes. Ses écrits n’étaient pas simplement l’expression d’une théorie, mais reposaient sur son auto-réflexion quotidienne sur sa propre expérience et sur l’observation d’innombrables autres détenus et sur la manière dont ils réussissaient ou non à survivre dans des conditions indicibles.

Frankl a découvert que la principale variable qui influait sur la probabilité que ses codétenus survivaient ou non dépendait de la mesure dans laquelle ils étaient identifiés à une finalité plus grande qu’elle-même, en particulier dans laquelle ils se considéraient comme contribuant de manière significative à l’amélioration de la qualité de vie des autres.

Il a affirmé que les prisonniers qui avaient subi les cruautés physiques et mentales des camps et avaient réussi à survivre avaient également tendance à être ceux qui cherchaient et trouvaient des moyens de partager le peu qu’ils avaient, un mot rassurant, une croûte de pain ou un acte de gentillesse avec les autres. Donner aux autres n’était certes pas une garantie de survie, mais c’était une façon de maintenir un sens de la raison d’être et une signification face à des conditions extrêmement brutales.

Bien qu’il soit naturel de préférer le bonheur à la souffrance, Frankl a reconnu le paradoxe selon lequel un sentiment de but et de sens naît souvent de l’adversité et de la douleur, et il a compris la valeur potentiellement rédemptrice de la souffrance. La reconnaissance du fait que nos expériences les plus douloureuses peuvent générer des avantages peut être le facteur central du processus de transformation de la souffrance en un objectif.

De nos jours, le bonheur est généralement associé ou confondu avec le plaisir, qui consiste à faire l’expérience de sentiments et de sensations agréables. Nous nous sentons heureux lorsqu’un besoin ou un désir est satisfait, lorsque nous obtenons ce que nous voulons.

Une étude réalisée en 2011 a conclu que les personnes qui ont un sens dans leur vie grâce à un objectif clairement défini accordent une plus grande satisfaction à la vie, même lorsqu’elles se sentaient mal, que celles qui n’en ont pas le sens.

Plusieurs années avant d’écrire son livre, Viktor Frankl vivait déjà d’un profond sens de la raison qui l’obligeait parfois à renoncer à ses désirs personnels au profit de son engagement à réaliser d’autres intentions motivées par un but. En 1941, l’Autriche était occupée par les Allemands depuis trois ans déjà. Frankl savait que ce n’était qu’une question de temps avant que ses parents soient emmenés. A l’époque, il était déjà distingué sur le plan international pour ses contributions au domaine de la psychologie et avait une réputation répandue. Il avait demandé et obtenu un visa pour l’Amérique où sa femme et lui seraient à l’abri des nazis, mais comme il devenait évident que ses parents seraient inévitablement envoyés dans un camp de concentration, il a reconnu qu’il devait choisir entre le rejet de son visa en Amérique pour aider ses parents à faire les ajustements pénibles et difficiles dans les camps, ou aller en Amérique pour se sauver, sauver sa femme et poursuivre sa carrière. Après de longues délibérations, il comprit que son objectif le plus profond était sa loyauté et sa responsabilité envers ses parents vieillissants. Il a pris la décision de mettre de côté ses activités personnelles, de rester à Vienne et de consacrer sa vie à servir ses parents et, plus tard, les autres détenus des camps.

Les expériences de Frankl au cours de cette période ont servi de base à son travail théorique et clinique, qui a depuis eu un impact profond sur la qualité de vie de millions de personnes dans le monde.

Viktor Frankl est décédé en 1997 à l’âge de 92 ans. Il a passé ses années d’après-guerre à incarner son engagement à servir par son enseignement, ses écrits et de nombreuses autres formes de contribution au bien-être de l’humanité. Sa vie a été un exemple frappant de l’extraordinaire capacité d’un homme à trouver et à donner un sens à une vie qui était parfois caractérisée par une souffrance physique et émotionnelle indescriptible. Il était littéralement la preuve vivante de l’affirmation selon laquelle nous avons tous le pouvoir de choisir notre attitude quelles que soient les circonstances, le choix que nous faisons est le facteur déterminant de la qualité de notre vie. Il peut arriver que la capacité de choisir de se sentir heureux ne nous semble pas possible, mais il n’y a jamais une période où nous ne sommes pas en mesure de choisir notre attitude. La vie de Frankl, plus que ses mots écrits, affirme que nous possédons tous le pouvoir de faire et d’agir sur ce choix.

NE PARTEZ PAS SANS VOTRE EBOOK GRATUIT !

et recevez nos affirmations pour réinventer votre vie et la vivre à son plein potentiel.