Réforme de la chasse : La façon dont nous traitons les animaux reflète qui nous sommes

Je n’ai jamais voulu parler de politique sur ce blog mais la récente annonce de la réforme en faveur des chasseurs et la démission de Nicolas Hulot quelques heures plus tard (est-ce que cela à pesé dans la balance ? L’avenir nous le dira Edit : A priori, l’avenir à parlé) m’ont fait réfléchir. En effet, comme nous informe le HuffingtonPost, le prix du permis national de chasse sera bien divisé par deux, comme le réclamaient les chasseurs, a indiqué l’Élysée lundi 27 août, précisant les contours d’une plus vaste réforme de la chasse qui inquiète les défenseurs de l’environnement.

D’un point de vue purement biologique, aucune créature n’a intrinsèquement des droits au-delà de ce qu’elle a le pouvoir d’imposer. Mais notre monde n’est pas que biologie. Il est aussi éthique. “La force fait le droit” ne peut être le paradigme de fonctionnement dans un monde où la liberté, la compassion, l’humanité et l’amour sont souhaités et souhaitables.

Les humains capables d’utiliser leur technologie pour affecter et contrôler le monde de manière aussi large et profonde sont constamment confrontés à des choix éthiques. La vie moderne n’est pas une simple question de survie comme c’était le cas lorsque nous vivions dans la nature. C’est une opportunité de développer et de grandir en tant que personnes introspectives, sensibles et éthiques.

Chasser des animaux dans la nature pour trouver de la nourriture en utilisant seulement l’ingéniosité, la force et la rapidité est une question totalement différente de l’effacement de populations entières avec des fusils pour le “sport” ou le “plaisir” ou avec notre “empiétement urbain”.

Vivre dans la nature présenterait peu de choix éthiques. Les causes et la philosophie ont un moyen de rester en retrait lorsque la vie est consommée par la survie quotidienne. Mais une société avancée aux capacités technologiques presque illimitées est une toute autre histoire. Notre capacité de contrôler pratiquement toutes les créatures de la planète et de détruire virtuellement l’environnement terrestre nécessaire à la vie à l’échelle de la Terre exige des choix et une responsabilité éthique.

Le premier choix à faire, semble-t-il, est de savoir si nous souhaitons survivre ici à long terme ou non. En supposant que la réponse est oui, nous devons assumer la responsabilité fiduciaire de la planète et de son réseau de vie. Mais cela ne s’arrête pas là, comme semblent le penser certains mouvements. Pour survivre, nous devons également prendre la vie de la nourriture végétale et animale que nous consommons. C’est une réalité à laquelle nous sommes confrontés et, à supposer que nous souhaitions survivre, ce n’est pas une question d’éthique.

D’autre part, notre gestion et notre comportement vis-à-vis d’autres êtres vivants, y compris nos aliments, constituent des choix moraux. Cela crée également une ambiance donnant le ton à la façon dont nous nous traitons les uns les autres. Si nous trouvons facile de traiter les autres avec une certaine insensibilité, il est peu judicieux de nous traiter nous-même de la même manière.

Tuer des animaux pour le plaisir ou simplement parce que nous avons le pouvoir de le faire n’est ni rationnel ni éthique. C’est une forme de comportement psychopathique qui menace la trame de la vie dont nous dépendons et nous désensibilise à la valeur de toute vie. Nous appartenons à la Terre et non l’inverse

Les gens qui prennent plaisir à la douleur, à la souffrance et à la mort d’autres créatures menacent la civilisation elle-même. La limite est mince pour ceux qui se comportent de la sorte à étendre cette insensibilité envers les animaux aux humains.

Préférerions-nous vivre à côté de quelqu’un qui crée un habitat pour des créatures sauvages dans leur cour et capture les souris de sa maison pour les libérer à l’extérieur, ou quelqu’un qui piétine un insecte dès qu’il en voit. Préférerions-nous vivre à côté de quelqu’un qui enchaîne son chien à un piquet avant de l’utiliser pour tirer sur des oiseaux  avec un fusil à plombs à la recherche de “trophées” à exhiber ?

Les animaux élevées pour la nourriture ne devraient pas être considérées comme rien de plus que des “unités de production”, confinées de manière à ne jamais voir la lumière du jour, puis être manipulées et abattues de manière inhumaine. Ils devraient être élevés avec bonté dans un environnement libre et ouvert où ils pourraient profiter de la vie qu’ils ont. S’il est possible de faire preuve de compassion, pourquoi ne pas le faire plutôt que d’abuser et d’exploiter simplement parce que nous avons le pouvoir de le faire ?

Les scientifiques et une grande partie de la population justifient les expérimentations animales nécessaires pour trouver des remèdes contre la maladie, tester les toxines, vérifier la sécurité des mascara, etc.

Ceux qui y participent deviennent insensibles à la souffrance, perdent la compassion et apprennent à perfectionner leurs compétences de la justification obtuse. L’expérimentation médicale sur des animaux est inutile car chaque espèce réagit différemment aux toxines, aux médicaments et même à la chirurgie. D’ailleurs, chaque individu est biochimiquement différent. Ce qui pourrait être vrai pour une oie n’est pas pour un canard. Donc, un résultat scientifique provenant d’un laboratoire dans lequel des milliers de souris, de chiens ou de singes sont torturés ne donne pas de certitude quant à un effet chez l’homme ou chez d’autres espèces. Les différences biologiques faussent tous les résultats (source).

L’aspirine provoque des malformations congénitales chez le rat mais pas chez l’homme. Les humains et les cobayes ont besoin de vitamine C dans leur alimentation, mais la plupart des autres créatures le fabriquent eux-mêmes. Une dose d’opium capable de tuer un humain est inoffensive chez les chiens et les poussins. L’allylisothiocyanate causera le cancer chez le rat mâle, mais pas chez la femelle ou chez la souris. La pénicilline tue un cobaye mais peut sauver la vie d’une personne. La plupart des médicaments, des nutriments et des toxines ont un effet inverse: un bénéfice pour l’un est un danger à un autre. Mesurer de telles choses est presque impossible. Même la gentillesse dans un laboratoire peut modifier les résultats, comme le montre l’athérosclérose (le facteur de crise cardiaque) étant réduit de 60% chez les lapins manipulés, comparativement à ceux ignorés comme nous le montre le Dr. David W. Rowland

Le fait est que personne ne connaît toutes les variables lors de ces recherches. Nous ne pouvons qu’en contrôler certaines, deviner toutes les autres, puis faire une extrapolation, un grand saut dans la confiance avant que le budget alloué ne soit épuisé. C’est la raison pour laquelle les médicaments subissent des années d’essais à un coût de plusieurs ​​millions d’euros, peuvent tuer et mutiler une fois introduits sur le marché. (Pour plus d’informations sur l’accès au march” d’un médicament : https://www.kjer-france.org/wp-content/uploads/2013/03/Etapes-AMM.pdf)

Néanmoins, une telle expérimentation sans cœur se déroule au nom de la science et de la promesse de guérison. C’est dommage. Utiliser un peu de logique, ou d’autres outils de laboratoire tels que les techniques de culture de tissus, aurait également pu aboutir aux mêmes conclusions que celles tirées de l’expérimentation animale. Par exemple, les chercheurs ont utilisé 24 000 souris pour prouver que le 2-acétylaminofluorène était cancérigène. Basé sur la logique du contexte génétique, vous ou moi aurions pu leur dire le résultat sans mettre en cage ou torturer une souris. En effet, pourquoi un tel produit chimique synthétique ne serait-il pas nocif ?

L’idée populaire est que notre environnement, et toutes ses créatures, est une simple ressource que nous pouvons exploiter. C’est irrationnel si le bien-être humain à long terme doit avoir de l’importance. Il serrait tout aussi irrationnel que de penser ou imaginer que les humains n’ont pas de but plus élevé que cela.

Pour revenir au sujet principal, la chasse détruit des familles et perturbe les schémas naturels. Cela cause de la peur et du stress aux animaux qui compromettent leur système immunitaire, ce qui les empêche de prospérer. Certains m’opposeront qu’il faut contrôler les populations… Mais le fait est que nous n’avons pas besoin de tuer des animaux pour contrôler ces populations. Si nous laissons la nature à elle-même, les choses auront tendance à s’équilibrer toutes seules. Les prédateurs naturels aident à maintenir l’équilibre en tuant les individus les plus malades et les plus faibles.

Lorsque le contrôle de la population est nécessaire, il existe d’autres méthodes telles que les programmes de stérilisation et la collecte des œufs sans avoir recours à la chasse.

Un psychologue devrait essayer de passer une journée sur le terrain pour identifier ce qui sous-tend la motivation d’une telle pratique, en particulier les chasseurs de trophées : narcissisme, développement émotionnel arrêté, colère réprimée, le désir de domination…

Oui, la nature est impitoyable, mais nous – humains – pouvons et devons choisir de ne pas l’être. Les animaux apprécient leur vie et ils ne veulent pas mourir.

Dommage de voir que les personnes qui dirigent notre pays ne le comprennent pas et favorise de telles pratiques.

La façon dont nous traitons les animaux reflète qui nous sommes…

NE PARTEZ PAS SANS VOTRE EBOOK GRATUIT !

et recevez nos affirmations pour réinventer votre vie et la vivre à son plein potentiel.