Pourquoi nous traitons les étrangers mieux que nous traitons nos proches ?

Nous ne devrions pas traiter nos proches avec moins de gentillesse que des étrangers. Pourtant, c’est ce que nous faisons souvent. Nous devons essayer d’améliorer notre tolérance avec les défauts de nos proches pour ne jamais regretter la manière dont nous les avons traités.

Mais ne faites pas cela parce que vous avez besoin de recharger votre tolérance pour les choses au sujet de vos proches qui vous agacent. Faites ceci pour acquérir une nouvelle perspective. Essayez d’apprécier les bonnes choses de vos proches pour avoir une vision équilibrée des choses qui vous frustrent à leur sujet.

Notre comportement est contraint par des mécanismes psychologiques qui ont évolué principalement dans le contexte d’interactions répétées avec des individus connus. Il y aura toujours des gens qui ne se soucient pas de vous. La plupart des étrangers ne justifient pas de fortes émotions. Ce que vous obtenez normalement, c’est de la politesse ou de l’agacement. Ils n’obtiennent peut-être pas le genre de négativité que nous poussons sur nos êtres chers, mais ils n’obtiennent pas non plus le fort amour que nous leur donnons.

Apparemment, ce n’est pas que nous traitons mieux les étrangers, nous ne les traitons pas avec une sorte d’émotion forte. Nous donnons des compliments et des sourires librement et naturellement. Oui, nous rencontrons tous la personne qui passe une mauvaise journée et qui peut être grognon. Nous tolérons généralement ces personnes et pouvons même être gentils et polis dans l’espoir de rendre leur journée meilleure alors qu’un petit geste mal placé d’un être cher nous met parfois dans un état incompréhensible.

Cela m’a rendu triste de réaliser que nous traitons mieux les étrangers que les gens avec lesquels nous vivons et que nous disons aimer ! Quand nous sommes occupés et que nous avons un million de choses à faire, nous pouvons facilement perdre patience. Nous avons tendance à pousser ceux qui nous tiennent à cœur et à ne pas prendre le temps d’aimer et de nourrir cette affection. Nous pouvons dire des choses grossièrement au lieu de poliment. Nous ne prenons parfois pas le temps d’écouter vraiment. Nous cassons et disons des choses méchantes. Nous nous inquiétons davantage de notre tâche que de la relation que nous devrions honorer. Si j’ai été victime de cela, ce qui me fait le plus peur c’est d’être terriblement coupable de cela.

Les étrangers ne sont pas concernés par nos défauts non plus. Parce que la maison est un endroit où les gens n’ont pas besoin de faire semblant, et la famille est supposée écouter et se tolérer les uns les autres. Les gens le savent, peut-être inconsciemment. Cependant, cette tolérance devient désinvolte, de sorte que les familles semblent souvent méchantes les unes envers les autres, ce qui est triste.

Nous sommes plus gentils avec les étrangers simplement parce qu’ils ne peuvent pas voir qui nous sommes en un court laps de temps. Dans notre famille, nous montrons nos vraies couleurs. Nous ne faisons plus l’effort de “paraître”. A juste titre. Nous ne pourrions pas maintenir une fausse image au sein de la famille tout au long de notre vie. C’est peut-être l’une des raison pour lesquelles nous n’arrivons pas à être gentil avec notre famille quand nous le devrions le plus.

Nous traitons souvent les étrangers avec un respect que nous n’avons plus pour nos proches. Nous sommes censés comprendre les tendances de notre être cher et savoir qu’ils ne veulent pas être impolis. Mais d’une manière ou d’une autre le contraire se produit parce que nous sommes trop occupés avec nos intentions égoïstes que nous devenons méchants avec eux. Parfois, nous ne nous en rendons même plus compte et préférons la compagnie d’une autre – nouvelle – personne. Nous nous sentons bien, nous avons à nouveau la force de faire des efforts. En quelque sort nous sommes dans une phase de séduction avec la libération des hormones qui vont avec. Nous faisons une montagne de petits détails insignifiants et une fois de retour à la maison, cela devient d’autant plus insupportable. Les conséquences de cela peuvent aller des disputes à la séparation. C’est peut-être cela le plus triste.

Cela ne signifie pas que toutes les choses merveilleuses que nous aimions de nos êtres chers nous ont progressivement répugné, mais notre tolérance envers toutes les choses que nous avons toujours détestées diminue invariablement avec le temps. Nous nous souvenons plus d’expériences négatives que d’expériences agréables.

Si ces choses sont humaines, nous devrions nous rappeler en permanence pour ne pas faire des choses que nous regretterions plus tard.

NE PARTEZ PAS SANS VOTRE EBOOK GRATUIT !

et recevez nos affirmations pour réinventer votre vie et la vivre à son plein potentiel.