Changer d’état d’esprit: Une nouvelle psychologie de la réussite

Regardez vos mains. Depuis combien de temps sont-elles comme ça ? Aussi longtemps que vous vous en souvenez, non ? C’est parce que nous n’avons pratiquement aucun contrôle sur notre apparence et nos caractéristiques, comme notre taille, la forme de notre nez ou la couleur de nos yeux.

Ce que nous contrôlons, en revanche, ce sont nos compétences et nos capacités, du moins selon les dernières recherches. Carol Dweck est l’une de ces chercheuses. Dans son livre Changer d’état d’esprit: Une nouvelle psychologie de la réussite, elle distingue deux attitudes : la mentalité fixe et la mentalité de croissance.

Les personnes ayant une mentalité fixe pensent que le talent est tout. Si elles ne sont pas douées de la capacité de faire quelque chose, elles pensent qu’elles sont condamnées à l’échec. Leurs compétences semblent être inscrites dans leurs gènes, tout comme leur physique, ce qui explique qu’elles n’essaient jamais de s’améliorer dans un domaine où elles sont nulles.

À l’inverse, les personnes qui ont un état d’esprit de croissance pensent que tout ce qu’elles veulent réaliser est à leur portée, à condition qu’elles travaillent dur, qu’elles se consacrent à leur objectif et qu’elles s’entraînent autant qu’elles le peuvent.

Voici mes trois leçons préférées du livre :

  • Le monde de l’entreprise transforme la plupart d’entre nous en drones à l’esprit fixe.
  • L’esprit de croissance découle principalement d’un désir fort et authentique d’apprendre.
  • Nous sommes tous nés avec un état d’esprit de croissance, et nous pouvons le réapprendre à tout moment.

Leçon 1 : Le monde de l’entreprise transforme la plupart d’entre nous en drones à l’esprit fixe.
Les grandes entreprises comme McKinsey ou Goldman Sachs recrutent les meilleurs diplômés et attendent d’eux des performances parfaites et instantanées. Au lieu d’être formés sur le tas, les employés sont jetés dans le grand bain et surveillés de près pour détecter les erreurs. Quiconque ne fait pas un excellent travail immédiatement est licencié. Cela engendre un état d’esprit fixe.

Dans un monde à mentalité fixe, la performance est reine. Naturellement, les gens veulent avoir l’air talentueux en permanence.

En poussant les gens à mettre en valeur leurs performances au lieu de les réaliser, les employeurs se privent non seulement de personnes de qualité, mais leur raisonnement en noir et blanc cultive également un état d’esprit fixe chez les autres. Puisque les candidats supposent déjà qu’ils seront toujours jugés comme bons ou mauvais, le comportement des employeurs transforme cette situation en une prophétie auto-réalisatrice.

En conséquence, la plupart des employés passent leur temps à essayer de ne pas avoir l’air stupide au lieu de travailler de manière productive pour que leurs dirigeants ne les considèrent pas comme des ratés.

Leçon 2 : L’état d’esprit de croissance découle principalement d’un désir fort et authentique d’apprendre.
Si vous donnez aux enfants des problèmes de mathématiques difficiles, ils adorent travailler dessus et veulent en avoir d’autres du même genre. Voilà l’état d’esprit de croissance en quelques mots. L’envie des enfants de relever des défis plus nombreux et plus difficiles ne vient pas nécessairement du désir d’avoir de meilleures notes. Il vient plutôt de la satisfaction qu’ils éprouvent à se surpasser. Ils adoptent le mantra « C’est en forgeant qu’on devient forgeron ».

Deux exemples célèbres de mentalité fixe et de mentalité de croissance sont Lee Iacocca, qui a dirigé Chrysler, et Lou Gerstner, ancien PDG d’IBM. Tous deux sont arrivés au moment où leurs entreprises étaient au plus bas et ont réussi à les redresser. La différence réside dans ce qui s’est passé ensuite.

Iacocca est devenu complaisant. Il s’est attribué tout le mérite, s’est entouré d’adorateurs et s’est davantage préoccupé de sa propre image que de l’entreprise. La recherche de l’approbation des autres pour compenser sa faible estime de soi l’a conduit à prendre de mauvaises décisions. Il n’a pas tenu compte de la baisse des ventes et a même licencié des concepteurs innovants, ce qui a entraîné une nouvelle chute de l’entreprise.

Gerstner, quant à lui, s’est rendu compte que les luttes internes chez IBM ne favorisaient pas le travail d’équipe et le service à la clientèle. Il a donc brisé les anciennes hiérarchies et s’est même mis au niveau des employés pour bien communiquer. En se concentrant sur le travail d’équipe et en tirant les leçons des échecs passés, il a fait preuve d’un véritable état d’esprit de croissance et a apporté un succès durable à IBM.

De la même manière, un golfeur furieux à l’esprit fixe pourrait renvoyer son caddy ou jeter ses chaussures dans la foule. Michael Jordan, en revanche, n’a jamais laissé une erreur l’arrêter.

« J’ai raté plus de 9000 tirs dans ma carrière. J’ai perdu près de 300 matchs. 26 fois, on m’a confié le tir gagnant du match et je l’ai manqué. J’ai échoué encore et encore et encore dans ma vie. Et c’est pourquoi je réussis. »

Son Altesse a parlé – et il est devenu le premier basketteur milliardaire de l’histoire.

Essayer d’éviter les situations difficiles est caractéristique d’un état d’esprit fixe. Si Christopher Reeve, l’acteur des premiers films Superman, avait adopté ce type d’état d’esprit, il serait probablement mort peu après son accident d’équitation, qui l’a paralysé à partir du cou. Au lieu de cela, il s’est battu avec acharnement et est devenu un militant de la recherche sur la moelle épinière. Il a fini par pouvoir à nouveau bouger ses bras, ses jambes et le haut de son corps. Il a même traversé le fond d’une piscine.

Leçon 3 : Nous sommes tous nés avec un état d’esprit de croissance – et nous pouvons le réapprendre à tout moment.
Étonnamment, nous naissons tous avec un état d’esprit de croissance. Les bébés ne connaissent aucune limite, ils veulent apprendre tout et n’importe quoi. Cependant, entre l’âge de 1 et 3 ans, un état d’esprit peut déjà être déterminé. Les bébés qui ont une mentalité de croissance ont tendance à essayer d’aider les autres bébés qui pleurent, alors que cela dérange et ennuie les bébés à mentalité fixe.

Outre nos parents, nos professeurs jouent également un rôle majeur dans l’évolution de notre état d’esprit. Un mauvais professeur peut dire à une élève D qu’elle n’arrivera jamais à rien. Mais un bon professeur l’encouragera à étudier davantage et à faire mieux au prochain test.

Enfin, tout le monde peut développer un état d’esprit de croissance. Pour commencer, essayez ceci : La prochaine fois que vous renversez votre café, ne dites pas : « Je suis maladroit ! » et associez l’échec à votre identité. Considérez plutôt cet échec comme un événement externe et ponctuel et prenez la résolution de faire mieux la prochaine fois. Par exemple, essayez de dire : « Je ne peux pas changer ce qui a été fait. Je vais juste éponger et faire plus attention la prochaine fois. »

De cette façon, vous passerez plus de temps à travailler pour atteindre vos objectifs et vos rêves – et moins de temps à vous inquiéter de ce qui ne va pas chez vous.

Revue de Mindset
Mindset m’a beaucoup rappelé le livre Learned Optimism, dans lequel la différence entre le succès et l’échec réside dans la perspective que vous choisissez d’adopter. Ce livre explique très bien d’où viennent les deux mentalités, quelles sont leurs conséquences et comment adopter soi-même une mentalité de croissance.

RECEVEZ CHAQUE MATIN UNE AFFIRMATION POSITIVE
Réfléchir, rêver, grandir
Développez un état d’esprit de croissance, surmontez les croyances auto-limitantes et transformez votre façon de penser et de ressentir la vie avec nos affirmations positives.

Service 100% gratuit – Désabonnez-vous à tout moment

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *