Croire ou ne pas savoir ?

Savoir… un mot plutôt étrange lorsqu’on y pense. Dans notre monde occidental, nous considérons une personnes si elle a des connaissances.

De ce fait, nous sommes constamment en train d’essayer de cacher nos lacunes dans nos connaissances, les choses que nous ne savons pas. Je ne connais pas de mot pour exprimer simplement et sans jugement l’opposé de “savoir”. Certains dictionnaires nous donnent l’ignorance et l’ânerie comme le contraire du savoir. Mais pas un seul mot de la liste exprime un simple “non-savoir” sans biais négatif.
Vous allez obtenir une de ces étiquettes négatives dès que vous ne connaissez pas la définition d’un mot. Nous apprécions les connaissances et déprécions le reste. Le “non-savoir” est d’aucune utilité pour nous, il n’y a donc pas de mot pour cela. N’est-ce pas stupide ?

Tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien – Socrate

D’où vient la connaissance ? Avant qu’une chose devienne ce qu’elle est, il n’y avait rien. Une toile blanche, un écran vide, une page vierge…. Voilà ce qu’est ce “non-savoir”, la liberté totale d’aller dans la direction que vous voulez.

Ode à la toile blanche

La liberté de penser ne peut se faire qu’avec une toile blanche. Une fois que vous commencez à ajouter des choses, vous êtes engagé dans une direction. Cette direction offre certes de nombreuses possibilités mais vous impose de certaines obligations. Ces obligations font partie de la vie de tous les jours.

De par sa conception, l’esprit humain moderne aspire la connaissance, en particulier dans les endroits où nous pouvons en trouver aucune. Face à l’absence d’information, nous allons faire quelque chose – nous allons croire et assumer. Cette tendance semble être universelle – dans chaque culture, une certaine forme de croyance se pose pour combler le manque de connaissance. Chaque sous-culture dispose d’un ensemble de croyances visant à avoir le dernier mot sur tel ou tel sujet visant à défendre et soutenir une prétendue ‘vérité’.

Ne sachant pas vraiment un problème dans le monde ces jours-ci, mais pourquoi est-ce? Pourquoi est-ce que si vous avez déjà rempli votre tasse vous applaudi, mais si vous offrez une tasse vide, que vous êtes méprisés.

Croire ou savoir

Prenez place au calme et laisser votre esprit vagabonder. Il ne faudra pas longtemps avant qu’une pensée traverse votre esprit. Pour toutes ces choses, demandez-vous si elles sont le fruit de vos croyances ou une chose que vous avez réellement vécue. Vous allez vite découvrir que beaucoup de choses que vous «savez» ne sont rien de plus que des croyances.

Deux exemples très simples : Il fait froid au pôle Nord et il est difficile de respirer sur le sommet du mont Everest. Avez-vous personnellement vécu cela ? Pourtant vous prétendez connaître ces deux états et vous les croyez vrais.

Ces deux exemples sont extrêmes et n’ont d’autres objectifs que de vous montrer le facteur de croyance. L’acceptation de ces deux affirmations n’est pas difficile, mais la différence entre croyance et savoir est importante. Soudain, la terre sur laquelle vous avez construit votre vie commence à glisser, parfois, elle ne glisse même plus, elle n’est tout simplement plus là.

Une croyance qui s’effondre peut provoquer un effet de cascade qui brise d’autres croyances…Le ‘non-savoir’ devient effrayant non ? Peut-être, mais le ‘non-savoir’ a un énorme avantage sur les croyances. Il est toujours vrai. Il ne va aller nulle part. Le ‘non-savoir’ est votre toile blanche. Briser les croyances vous permet de réellement commencer à expérimenter et connaître.

Alors, qu’est-ce qui est pire, croire ou ne pas savoir ?

NE PARTEZ PAS SANS VOTRE EBOOK GRATUIT !

et recevez nos affirmations pour réinventer votre vie et la vivre à son plein potentiel.