Pourquoi devriez-vous pardonner (même si vous ne voulez pas)

“Pardonne et oublie.”… Si seulement c’était si simple. Bien que ce soit un conseil judicieux, ce dicton implique que le pardon est une chose facile à faire. Un acte isolé qui pourrait avoir des conséquences sur le reste de notre vie. Pourtant, lorsque vous éprouvez de la colère ou de la douleur longtemps après avoir été blessé par quelqu’un, il est facile de se demander pourquoi vous n’êtes pas encore “passé à autre chose”.

Dans la tradition de la pleine conscience, le pardon est la pratique continue de vous libérer de la souffrance par la pratique de la compassion. C’est reconnaître la douleur qui vous blesse vient de sa propre souffrance profonde. Comme décrit par Thich Nhat Hanh, si nous sommes les victimes des personnes qui nous font souffrir, il faut garder à l’esprit que ces mêmes personnes sont également victimes de souffrance. Bien qu’il ne justifie jamais les abus ou la violence, comprendre que la souffrance provient d’une autre souffrance peut aider à faciliter le processus de pardon et offrir progressivement une certaine liberté spirituelle et émotionnelle.

Dans une recherche récente, le pardon offre un secours psychologique pour aider à réduire l’anxiété, la colère et la dépression. Le pardon est généralement défini comme le processus de renoncer à la vengeance, le ressentiment et le jugement sévère contre une personne qui a causé des blessures et répondre avec gentillesse, compassion et générosité. Le pardon peut se faire avec ou sans réconciliation directe entre la personne blessée et la personne ayant blessé.

Dans la pratique philosophique orientale, le pardon est reconnu comme un processus. Parfois, il peut être rapide et parfois il peut prendre toute une vie. Ce qui varie grandement, ce sont les opinions sur la façon et la raison pour lesquelles nous devrions pardonner. Certains y voient un acte noble et d’autres pour lesquels le pardon est inconcevable.

L’avantage du pardon face à la rancune

La physiologie du pardon

Dans une étude publiée en 2011 dans le Journal of Behavioral Medicine, les chercheurs ont exploré le lien entre le pardon et la longévité. Plus de 1 000 hommes et femmes âgés de 75 ans en moyenne ont été interrogés sur leurs pratiques du pardon. Bon nombre de personnes ont indiqué pratiquer le pardon conditionnel : “Avant que je puisse pardonner aux autres, ils doivent s’excuser pour ce qu’ils ont fait”, “Avant que je puisse pardonner aux autres, ils doivent promettre de ne pas refaire la même chose”.

Les résultats de cette étude ont révélé que, lorsqu’on contrôlait les variables telles que la religion et la santé, le pardon conditionnel donnait une indication statistiquement significative de la mortalité. En d’autres termes, choisir de ne pardonner à quelqu’un que lorsque certaines conditions sont remplies était lié à un risque accru de décès pendant la durée de l’étude.

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles cela pourrait être le cas, cela nécessiterait une étude plus approfondie, mais certains chercheurs soupçonnent que cela pourrait avoir un lien avec l’impact psychologique et physique de l’attente. Les conditions préalables au pardon ne sont souvent pas possibles : la personne ayant blessé peut ne plus être en vie, plus être joignable, ou simplement être en désaccord avec le point de vue de la partie offensée.

Pardonner seulement lorsque des conditions particulières sont remplies pourrait avoir un impact négatif sur notre santé, ce qui peut avoir un impact sur la mortalité. Le pardon inconditionnel – la pratique de pardonner avec compassion – peut réduire les niveaux de dépression et peut également moduler le bien-être physique.

Le pardon demande de la patience et de la pratique, mais cela en vaut la peine.

2 réflexions sur “Pourquoi devriez-vous pardonner (même si vous ne voulez pas)”

  1. Charlot

    Merci pour cet article concis.

  2. Gaetane

    Bonjour, je découvre ton blog à l’instant. C’est très enrichissant

NE PARTEZ PAS SANS VOTRE EBOOK GRATUIT !

et recevez nos affirmations pour réinventer votre vie et la vivre à son plein potentiel.