Communication : Qu’est-ce qu’un sophisme ?

Qu’est-ce qu’un sophisme ?

Tous les débats, disputes ou autres querelles ont la même structure de base : ‘A donc B’. Ils commencent donc avec un ou plusieurs éléments (A), qui est un fait ou une hypothèse sur laquelle repose l’argument. Ils appliquent ensuite un principe logique (donc) pour arriver à une conclusion (B).
Un exemple d’un principe logique est celle de l’équivalence. Par exemple, si vous commencez avec le fait que A = B et B = C, vous pouvez appliquer le principe de l’équivalence logique pour conclure que A = C. Nous avons tous appris ceci durant nos années de scolarité.
Une erreur de logique, un sophisme, est un principe logique faux ou inexact. Un argument qui repose sur une erreur de logique n’est donc pas valable. Il est important de noter que si la logique d’un argument est valide, la conclusion doit également être valide. Cela signifie que si les prémisses sont toutes vraies, alors la conclusion doit aussi être vraie.

Voici une liste des sophismes les plus couramment utilisés:

Anatomie d’un argument

Reprenons ce que nous avons vu précédemment. Un argument logique, que nous en soyons conscients ou non, suit une certaine structure de base. Ils commencent avec un ou plusieurs éléments que l’argument prend pour acquis au point de départ. Ensuite, un principe de logique est appliqué afin de parvenir à une conclusion. Cette structure est souvent représenté symboliquement par l’exemple suivant:

Premisse 1 : A = B, Premisse 2 : B = C connexion logique : Alors. Conclusion: A = C

Pour qu’un argument puisse être considéré comme valide la forme logique de l’argument doit être valide. Un argument valable est celui dans lequel les prémisses sont vraies. Toutefois, si une ou plusieurs prémisses est fausse alors l’argument logique valide peut conduire à une conclusion erronée. Un argument solide est celui dans lequel la logique est valable et les prémisses sont vraies, dans ce cas, la conclusion doit être vrai.

En outre, il est important de noter que l’argument peut utiliser des informations erronées ou une logique défectueuse pour parvenir à une conclusion qui se trouve être, par hasard, vraie. Un argument non valide ou défectueux ne prouve pas nécessairement une conclusion fausse.

Briser un argument en ses composantes est un exercice très utile, car il nous permet d’examiner à la fois nos propres arguments et ceux des autres et d’analyser de façon critique leur validité. Il s’agit d’un excellent moyen d’aiguiser sa pensée, en évitant les arguments inefficaces.

Examinez vos prémisses

Comme indiqué ci-dessus, pour qu’un argument soit vrai, toutes ses prémisses doivent être vraies. Souvent, nous parvenons à des conclusions différentes, car nous commençons avec des prémisses différentes. Ainsi, l’examen de toutes les prémisses de chaque argument est un bon point de départ.

Il existe trois types de problèmes potentiels avec les prémisses. Le premier, et le plus évident, est que la prémisse peut-être fausse. Si l’on affirme, par exemple, que la théorie de l’évolution est fausse, car il n’existe pas de fossiles de transition, cet argument n’est pas valable parce que la prémisse – pas de fossiles de transition – est fausse. En fait, il y a beaucoup de fossiles de transition.

Un autre type d’erreur se produit lorsque la prémisse est une hypothèse injustifiée. Le principe peut être ou ne pas être vrai, mais il n’a pas été suffisamment établi pour servir de prémisse à un argument. Identifier toutes les hypothèses sur lesquelles un argument est dépendant est souvent l’étape la plus critique dans l’analyse d’un argument. Fréquemment, des conclusions différentes arrivent à cause de différentes hypothèses.

Souvent, les gens vont choisir les hypothèses qui correspondent au mieux à la conclusion qu’ils veulent. En fait, certaines expériences psychologiques montrent que la plupart des gens commencent avec les conclusions qu’ils désirent, puis trouvent des arguments pour les soutenir – Ce processus est appelé la rationalisation.

Certains arguments sont souvent “hypothétiques” ou précédés de la mention “supposons, pour les besoins du raisonnement, que”. Ainsi, si deux personnes examinent leurs arguments, ils se rendront compte que leur désaccord peut être résolu en clarifiant leurs hypothèses et ainsi, essayer de trouver une solution convergente.

Le troisième type de difficulté est le plus insidieux : la prémisse cachée. Le principe inexprimé. Évidemment, si un désaccord se fonde sur une prémisse cachée, le désaccord sera insoluble. Ainsi, lorsque vous vous trouvez dans une impasse, revenir en arrière et voir s’il y a des prémisses implicites qui n’ont pas été abordés pas être une bonne chose à faire.

Revenons à l’exemple des fossiles de transition à nouveau. Pourquoi est-ce que les scientifiques pensent que nous avons beaucoup de fossiles de transition et les négationnistes de l’évolution (créationnistes ou les promoteurs de conception intelligentes) croient que nous n’en avons pas. Cela semble être une chose de facilement vérifiable non ? Parfois les négationnistes de l’évolution ignorent tout simplement ces éléments ou font preuve de malhonnêteté intellectuelle.

Quand un paléontologue parle de fossiles “transition”, il fait référence à des espèces qui occupent un espace morphologique situé entre deux espèces connues. C’est peut-être un ancêtre commun, auquel cas le fossile de transition sera plus ancienne que les deux espèces descendantes ou il peut être temporellement entre deux espèces, le descendant de l’un et l’ancêtre de l’autre. Mais en réalité, nous ne savons (souvent) pas si l’espèce de transition est un ancêtre réel ou juste étroitement liée au véritable ancêtre.
Parce que l’évolution est un processus touffue, et non linéaire, la plupart des spécimens que nous trouvons sont sur une branche latérale de l’évolution (un oncle plutôt qu’un parent). Mais s’ils comblent une lacune morphologique des espèces connues, ils sont -pour moi en tout cas – la preuve d’un lien évolutif et donc considérée comme transitoire.

Lorsque les négationnistes de l’évolution disent qu’il n’y a pas de fossiles de transition leur principe inexprimé majeur est qu’ils ont recours à une définition différente de la transition que ce qui est généralement accepté dans la communauté scientifique.
Ils définissent le coté transitoire comme une sorte de monstre improbable avec des structures à moitié formées et/ou inutiles.

Une autre prémisse cachée dans leur argumentation est la notion quantitative de fossiles de transition que nous devrions avoir. Ils vont, bien sûr, toujours supposer un nombre arbitrairement élevé pour prétendre qu’il n’y en ait pas assez.

Introduction aux sophismes logiques

Le cerveau humain est une merveilleuse machine avec des capacités qui, à certains égards, sont plus puissantes que celles des super-ordinateurs. Nos cerveaux, cependant, ne semblent pas avoir évolué spécifiquement pour avoir une logique précise. Il y a beaucoup de pièges logiques auxquels nos esprits ont tendance à céder si nous n’en sommes pas conscients et faisons des efforts pour les éviter.

Les humains ont tendance à utiliser des raccourcis logiques, appelées heuristiques. Ce sont des processus de pensée qui ne sont pas strictement valable dans leur logique, mais sont vrais la plupart du temps et sont donc susceptible d’être vrai. Ces raccourcis peuvent nous attirer des ennuis lorsqu’ils se substituent à une logique valide.

Aussi parce que, comme nous l’avons vu précédemment, il y a une tendance à commencer avec les conclusions souhaitées, puis construire les arguments qui les soutiennent, beaucoup de gens seront heureux de puiser dans des erreurs logiques pour faire valoir leurs arguments.
En fait, si une conclusion n’est pas vrai, il faut soit utiliser une fausse prémisse ou une erreur logique dans le but de construire une argumentation qui conduit à cette conclusion. Rappelez-vous, un argument solide (avec des prémisses vraies et une logique valide) ne peut pas conduire à une conclusion erronée. Ainsi, afin d’éviter d’utiliser des sophismes pour construire des arguments non valides, nous devons comprendre comment identifier la logique fallacieuse.

Ci-dessous je vais énumérer les erreurs logiques les plus courantes avec des exemples pour chacun de ces sophismes.

L’argument ad hominem

Un argument ad hominem est tout ce que tente de contrer réciproquement leurs prétentions ou conclusions en attaquant la personne, plutôt que l’argument lui-même. Les vrais croyants commettent souvent cette erreur en contrant les arguments des sceptiques en affirmant que les sceptiques ne sont pas ouverts d’esprit. Les sceptiques, d’autre part, peuvent tomber dans le piège de rejeter les revendications des croyants aux ovnis, par exemple, en disant que les gens qui croient aux ovnis sont fous ou stupides.

Il est à noter que le simple fait de faire “une attaque” ad hominem n’est pas en soi une erreur de logique. Ce n’est qu’un sophisme que de prétendre que l’argument est erroné en raison d’une caractéristique négative de quelqu’un qui apporte un argument. Par exemple “Jean est un imbécile.” N’est pas une erreur de logique, “Jean a tort parce que c’est un imbécile.” Est une erreur de logique.

L’argument ad ignorantiam (argument de l’ignorance)

L’argument de l’ignorance stipule essentiellement qu’une croyance spécifique est vraie parce que nous ne savons pas ce que ce n’est pas vrai. Les défenseurs de la perception extrasensorielle, par exemple, vont souvent trop insister sur ce que nous ne savons pas sur le cerveau humain. Il est donc possible, disent-ils, que le cerveau peut être capable de transmettre des signaux à distance.

Les partisans d’ovnis sont probablement les contrevenants les plus fréquentes de cette erreur. Presque toutes les dépositions des témoins oculaires d’OVNI sont finalement un argument de l’ignorance – des lumières ou des objets aperçus dans le ciel sont inconnues, donc ce sont des vaisseaux spatiaux extraterrestres.

La conception intelligente est presque entièrement basée sur cette erreur. L’argument de base pour la conception intelligente est qu’il y a des structures biologiques qui n’ont pas été entièrement expliquée par l’évolution donc un créateur puissant intelligent doit les avoir créés.

L’argument d’autorité

Souvent, cet argument est implicite en insistant sur les nombreuses années d’expérience ou les diplômes officiels obtenus par la personne qui fait une demande spécifique. L’inverse de cet argument est parfois utilisé. Si quelqu’un ne possède pas d’autorité, ces revendications doivent être fausses. (Cela peut aussi être considéré comme un sophisme ad hominem – voir ci-dessous).

En pratique, cela peut être une erreur logique complexe à traiter. Il est légitime de considérer la formation et l’expérience d’un individu lors de l’examen de leur évaluation d’une demande particulière. Pourtant, il est toujours possible pour des personnes très instruites de se tromper.

Cette erreur de logique surgit dans des manières plus subtiles lorsque les adeptes d’OVNI font valoir que les observations ont été faites par des pilotes de ligne et doivent, par conséquent, être prises au sérieux car ce sont des observateurs qualifiés, des personnages fiables et sont formés à ne pas paniquer en cas d’urgence. En substance, ils font valoir que nous devrions faire confiance à l’autorité du pilote comme un témoin oculaire.

Il existe plusieurs ‘sous-types’ de l’argument d’autorité, essentiellement en faisant référence à une source implicite d’autorité. Un exemple courant est l’argument ad populum – une croyance doit être vraie parce qu’elle est populaire, en présumant l’autorité des masses.

L’argument des conséquences finales

De tels arguments (appelés aussi téléologique) sont basés sur un renversement de cause à effet, car ils estiment que quelque chose est causée par l’effet ultime qu’il a ou le but qui est desservi. Certains créationnistes ont fait valoir, par exemple, que l’évolution doit être fausse parce que si c’était vrai, cela conduirait à l’immoralité.

L’argument de l’incrédulité personnelle

Je ne peux pas expliquer ou de comprendre cela, donc ce n’est pas vrai.

Reformuler la question

Ici, le but recherché est d’assumer une conclusion dans la question. Ceci est presque similaire à un raisonnement circulaire ou la prémisse et la conclusion sont les mêmes.

L’exemple classique de ce point serait de vous demander si vous avez cessé de battre votre femme. Dans ce cas, la question suppose que vous avez battu votre femme.

Corrélation et causalité

Ici, nous allons supposer une relation de cause à effet simplement parce que les événements se produisent au même moment. Par exemple, durant les années 1990, l’extrémisme religieux et la consommation de substances illicites étaient à la hausse. Ce serait une erreur de conclure que, par conséquent, l’un est la cause de l’autre. Il est possible que les deux variables sont indépendantes les unes des autres et qu’il s’agisse d’une simple coïncidence que tous les deux augmentent en même temps.

Cette erreur, cependant, a tendance à être abusée ou appliquée de façon inappropriée. Nous vous recommandons la lecture de notre article sur la différence entre corrélation et causalité

Confondre l’inexpliquée avec l’inexplicable

Parce que nous n’avons pas actuellement d’explication satisfaisante d’un phénomène ne signifie pas qu’il sera toujours inexplicable ou qu’il défie donc les lois de la nature ou nécessite une explication paranormale.

La fausse analogie

Les analogies sont très utiles car elles nous permettent de tirer des leçons et de les appliquer face à l’inconnu. “La vie est comme une boîte de chocolats – on ne sait jamais sur quoi on va tomber”

Une fausse analogie est un argument fondé sur une ressemblance supposée entre deux choses, des gens ou des situations alors qu’en fait les deux choses comparées ne sont pas similaires à la manière invoquée.

La fausse dichotomie

Réduire arbitrairement un ensemble de possibilités en deux solutions possibles. Par exemple, l’évolution n’est pas possible, nous devons donc avoir été créé (en supposant que ce sont les deux seules possibilités).

Le sophisme génétique

Le terme «génétique» ne fait pas référence à l’ADN ou les gènes, mais à l’histoire (et donc une connexion à travers le concept d’héritage). Ce sophisme suppose que quelque chose utilité actuellement est dictée par et limitée par son utilité historique. Ceci est plus facile à démontrer avec des mots – une utilisation courante des mots peut être totalement étrangère à ses origines étymologiques.

NE PARTEZ PAS SANS VOTRE EBOOK GRATUIT !

et recevez nos affirmations pour réinventer votre vie et la vivre à son plein potentiel.