Le pouvoir des affirmations positives

Les affirmations sont des déclarations d’objectifs et de responsabilités très puissantes. Grâce aux affirmations, nous pouvons déclarer que nous sommes en bonne santé, réussis, aimables, patients, confiants, courageux, responsables ou tout ce qui nous aide à nous aimer davantage.

Tant que l’individu laisse son esprit retenir ses pensées de haine, de condamnation, d’envie, de jalousie, de critique, de peur, de doute, de suspicion et laisse ces pensées générer de l’irritation en lui, il obtiendra un résultat certain: désordre et malheur dans sa vie, déception dans ses rêves, désastres dans son esprit, dans son corps et dans l’environnement, auxquels il est lié par de subtils fils d’action et de réaction.

Tant que l’homme garde en tête ces pensées négatives, envers les personnes proches de lui, les conditions de vie, le travail, les proches, sa nation, lui-même, inconsciemment, force ses énergies à créer situations négatives qui, avec la pensée, attirent et nourrissent. Lui seul est donc responsable de son malheur et du malheur dans lequel il entraîne les autres. Et donc il est aussi responsable de “cette grisaille” qui pèse sur le monde et qu’il est lui-même le premier à condamner.

Vous êtes sur le point de rejoindre le petit cercle de personnes qui connaissent le pouvoir des affirmations et des croyances et qui ont appris à les utiliser pour améliorer la qualité de leur vie.

Nous faisons tous des déclarations mais nous n’en sommes pas toujours conscients. Il y a plusieurs façons de faire des déclarations: si par exemple une personne dit “Personne ne me comprend” ou “La vie est dure”, elle fait des déclarations très négatives, même si elle pense dire une grande “vérité”.

Avant d’aborder le sujet des affirmations et de leur pouvoir, il y a deux choses à savoir:

  1. l’esprit ne fait pas de distinction entre les affirmations et la «vérité»; il considère tout ce que nous affirmons comme “vrai” …
  2. l’esprit ne fait pas de distinction entre les déclarations réfléchies et les déclarations prononcées (car, avant de les prononcer, il faut les penser!).

Lorsque nous utilisons l’expression «je suis» suivie d’un nom ou d’un adjectif, comme «je suis un glissement de terrain» ou «je suis malheureux», nous utilisons le pouvoir créateur de l’esprit.

Le pouvoir créateur de l’esprit ? 

Oui, je parle du pouvoir créatif de l’esprit!

Nos pensées sont des «choses» qui parcourent le monde et provoquent leurs effets, tant positifs que négatifs, selon la qualité de la pensée que nous pensons. Le pouvoir des affirmations est tel que nos pensées peuvent changer la biochimie de notre cerveau et, à travers le cerveau, influencer tout le corps et ses fonctions.

Il existe des preuves du pouvoir de guérison des revendications, ainsi que des études documentant l’efficacité thérapeutique de la prière. En fait, c’est un domaine qui est encore largement inexploré et fascinant, et je crois que la science nous aidera bientôt à expliquer et à comprendre beaucoup mieux le pouvoir des affirmations et de la visualisation créative.

Que se passe-t-il lorsqu’une personne utilise le pouvoir des affirmations pour déclarer “je n’ai pas de chance”? Le cerveau enregistre cette affirmation comme “vraie” et se comporte en conséquence, produisant l’humeur correspondante chez la personne.

Comment une personne se sent-elle convaincue qu’elle n’a pas de chance? Triste, faible et découragé! Ce type de pensée affaiblit donc la personne et la rend plus fragile et moins réactive, la prédisposant à affronter la vie en tant que victime plutôt qu’en tant que personne gagnante. Les défis de la vie nécessitent force, lucidité mentale et détermination. Comment pouvons-nous changer nos habitudes mentales afin de nous renforcer, d’être plus lucides et mentalement plus déterminés?

En utilisant des affirmations positives!
Voici les sept étapes pour gagner avec la puissance des affirmations positives:

1. Définissez vos objectifs
2. Formulez un plan
3. Reconnaissez et reformulez vos affirmations négatives
4. Créez de nouvelles stratégies
5. Focus
6. Affirmations de pleine conscience
7. Apprenez des erreurs

Définissez vos objectifs


Dans les paragraphes suivants, je partagerai avec vous quelques outils qui peuvent vous aider à développer une attitude positive envers votre réussite (gagner!) En utilisant le pouvoir de la visualisation et des affirmations positives.

À l’aide de ces informations, vous pouvez facilement formuler vos objectifs et développer la concentration et l’attitude correctes qui vous permettront de les atteindre grâce à un chemin de sensibilisation et de force intérieure.

Lorsque vos énergies mentales sont consciemment dirigées vers la réalisation du but que vous vous êtes fixé, vous deviendrez un allié des forces de la Création; vous cesserez de travailler “contre” et commencerez à travailler “pour”.

De cette façon, l’efficacité de votre travail sera multipliée.
Contrairement à ce que vous pensez du succès, c’est un processus qui commence et se termine dans votre esprit.

Si vous commencez à changer vos pensées, vos actions seront plus ciblées et vos résultats seront plus conformes à ce que vous voulez.

Tout d’abord, il est important que vous vous concentriez sur vos objectifs.

Votre esprit gère votre chemin à tout moment et assure le succès uniquement si vos énergies intérieures sont ALIGNÉES.

Bien sûr, dans chaque activité humaine, il y a des gens qui réussissent (rappelez-vous la devise: “l’esprit positif gagne”?).

Si nous étudions la vie de ces personnes, nous découvrons qu’elles sont animées par une grande passion pour ce qu’elles font et qu’elles le feraient indépendamment de toute autre considération, car travailler avec passion est gratifiant et stimulant pour elles.

Donc, comme première étape vers la réussite, demandez-vous quelles sont les choses qui vous passionnent et utilisez cette indication pour formuler vos OBJECTIFS.

Il peut arriver de découvrir que les entreprises dans lesquelles nous nous sommes lancés ne correspondent pas vraiment à nos aspirations intimes, à nos passions.

Cela peut se produire lorsque nous nous laissons influencer et influencer par le jugement et les évaluations des autres, tels que les parents ou d’autres personnes faisant autorité dans notre vie.

Pour cette raison, nous verrons ensemble comment utiliser les affirmations pour mieux comprendre ce que nous voulons VRAIMENT.
Le succès n’est pas qu’une question d’argent.

Je me souviens qu’au début des années 80, j’ai trouvé un travail qui me donnait beaucoup de satisfaction d’un point de vue économique et qui au début me gratifiait aussi beaucoup d’un point de vue professionnel.

Après un an, j’avais appris tout ce que je pouvais apprendre et le travail était devenu extrêmement ennuyeux.

J’ai donc réalisé que l’argent n’était pas tout et qu’il ne pouvait pas compenser le sentiment de vide et de frustration que j’éprouvais chaque jour en allant travailler.

Cela n’en valait tout simplement pas la peine.

Avez-vous essayé une expérience similaire?

Vous et vous aurez donc vite compris que l’argent n’est que la cerise sur le gâteau.

La véritable essence du succès réside dans ce que l’on aime et la prospérité est un avantage accessoire qui vient naturellement.

Voyons donc comment nous concentrer sur ce qui vous passionne, ce que vous aimez vraiment.

En réalité, lorsque nous voulons créer une entreprise ou créer une certaine situation dans notre vie, c’est parce que notre esprit associe la réalisation de cet objectif à un ÉTAT D’ESPRIT POSITIF spécifique.

Atteindre l’objectif est important car il produira en nous l’humeur que nous voulons vivre, que nous voulons VIVRE.

Voici ce que vous pouvez faire:

Prenez un moment de silence et de calme; vous vous asseyez simplement tranquillement en silence et essayez de vous brancher sur votre monde intérieur, le monde de vos pensées et de vos émotions.

Essayez de garder toutes les pensées de jugement, positives ou négatives, hors des autres ou de vous-même hors de cet exercice.

Après environ cinq minutes de ce calme intérieur, prenez une feuille de papier et écrivez vos objectifs sous cette forme: “De toutes mes forces je veux”.

Voici quelques exemples: “De toutes mes forces, je veux devenir écrivain!”, “De toutes mes forces, je veux trouver un emploi d’enseignant!”, “De toutes mes forces, je veux retrouver ma paix intérieure!”

Écrivez quatre ou cinq de ces phrases, puis lisez-les attentivement, en vous attardant sur chacune d’elles pendant quelques minutes.

Arrêtez le raisonnement logique et traitez ces affirmations comme vous le faites avec un vin que vous souhaitez déguster: quelle impression vous donnent-elles?

Quel goût ont ces déclarations pour vous?
Les sentez-vous vrais ou y a-t-il quelque chose de déplacé?
Comment vous sentirez-vous lorsque vous aurez atteint cet objectif?

Si la déclaration sur laquelle vous travaillez est hors de propos, fausse et superficielle, corrigez-la, corrigez votre tir et concentrez-vous sur un autre aspect.

Par exemple, si votre affirmation était: “De toutes mes forces, je veux trouver un emploi en tant qu’enseignant!”, Vous constaterez peut-être que ce qui vous motive vraiment, c’est l’idée de traiter avec des enfants et donc vous pouvez corriger l’énoncé de cette manière: “De toutes mes forces, je veux travailler avec des enfants!”.

Cela aussi ne pourrait être qu’une indication à développer davantage.

La déclaration finale pourrait être par exemple: “De toutes mes forces, je veux faire du bénévolat avec des enfants du tiers monde!”.

Comment savoir si une déclaration est la bonne?

C’est très simple. Avec chaque déclaration que vous lisez ou faites, demandez-vous: quelle est la vérité de cette déclaration?

L’exercice se termine lorsque vous en trouvez deux ou trois (ou même un seul!) Affirmation que vous pouvez vous sentir comme inconditionnellement vrai pour vous en ce moment.

Faire un plan

Lors de la première session, nous avons vu combien il est important d’identifier vos objectifs réels.

Pour nous concentrer sur les objectifs que nous voulons VRAIMENT, nous avons en quelque sorte fait appel à la sensibilité et à l’intuition.

Quelques heures de plus consacrées à la clarté que vos objectifs réels peuvent vous faire économiser des jours, des mois ou des années d’efforts inutiles et de grosses déceptions.

Après tout, vous ne pouvez jamais aller où vous voulez si vous ne savez pas où vous voulez aller!
Maintenant que vous vous êtes concentré sur votre objectif, élaborez un plan pour l’atteindre.
Pour ce faire, voici une méthode simple en trois étapes.

ÉTAPE n. 1 – Divisez l’objectif en objectifs plus petits.
De cette façon, vous pouvez donner une base solide à votre projet et dissiper tous les doutes.

Si votre objectif est: “De toutes mes forces, je veux faire du bénévolat avec des enfants du tiers monde!” vous pouvez commencer à diviser cet objectif en quatre ou cinq sous-objectifs, qui sont les étapes à suivre pour y parvenir.

Par exemple:
“Assister à un cours préparatoire pour devenir volontaire pour les pays du tiers monde”
“Se préparer en particulier aux problèmes des enfants du tiers monde”
“Organiser mes affaires personnelles et professionnelles de façon à ce que je puisse m’absenter pendant de longues périodes”
“Faire des contacts et des accords avec certaines organisations bénévoles et choisissez-en une “
” Préparez un plan au cas où quelque chose ne se passe pas dans le bon sens “
À ce stade, formulez ces sous-objectifs comme des AFFIRMATIONS et essayez de ressentir dans quelle mesure elles sont vraies pour vous.

Le premier sous-objectif devient ainsi: “De toutes mes forces, je veux suivre un cours préparatoire pour les volontaires du tiers monde”.

Bien sûr, selon la façon dont cela «sonne», vous pouvez le modifier, l’élargir ou le réduire.

Même l’objectif principal pourrait être modifié à la lumière de cette nouvelle étape que vous prenez et c’est bien.

Si vous n’êtes pas vraiment sûr de ce que vous voulez faire, il vaut mieux que vous le découvriez dès que possible.

ÉTAPE n. 2 – Identifiez les actions clés et réalisez-les!

Le moment est maintenant venu de METTRE EN ŒUVRE le plan que nous avons formulé, mais il est d’abord nécessaire d’identifier les actions clés pour chaque sous-objectif.

Prenez à nouveau en considération les quatre ou cinq sous-objectifs que vous avez établis et, pour chacun d’eux, définissez les ACTIVITÉS, c’est-à-dire les choses à faire pour les atteindre.

De très bons plans échouent (presque incroyablement) parce que les gens refusent de faire le premier pas.

Les choses à faire (activités) pour le premier sous-objectif “Suivre un cours préparatoire pour les volontaires du tiers monde” pourraient être:

Trouvez les noms des organisations bénévoles qui s’occupent des enfants sur Internet et prenez rendez-vous avec l’un des dirigeants.

Maintenant que vous avez la première étape devant vous pour atteindre vos objectifs, la seule chose vraiment importante est ACTION!

Faites ce pas et une fois que vous avez fait le “saut intérieur” pour entreprendre la première action consciente pour atteindre votre objectif, rien ne sera plus le même qu’avant car VOUS ATTEINDREZ DÉJÀ VOTRE OBJECTIF AUJOURD’HUI!

Renforcez votre première réalisation en utilisant des affirmations positives.

Par exemple, vous pourriez dire mentalement (avec concentration et pleine conscience): «Je suis parfaitement conscient que j’ai fait le premier pas aujourd’hui pour atteindre mon objectif de faire du bénévolat avec des enfants du tiers monde. J’en suis conscient, j’en suis heureux et je me sens chaque jour plus fort et plus proche de l’objectif ».

Chaque fois que vous prenez une mesure pour atteindre votre objectif, vérifiez que vous allez dans la bonne direction et que vous allez VRAIMENT dans cette direction et que vous ne vous éloignez pas vers des objectifs différents, voire opposés.

Préparez-vous à affronter les obstacles

Les événements ne satisfont pas toujours nos désirs ou ne sont pas conformes à nos plans.

Lorsque cela se produit, il y a toujours une leçon à tirer.

Vous pouvez vous préparer à affronter les désagréments en augmentant votre conscience du fait que votre “interlocuteur” dans la réalisation de votre objectif est la “vie” et que celle-ci est dotée d’une grande sagesse, même si parfois elle ne fait pas ce que nous voulons ou ce que nous pensons qu’il “devrait” faire.

Tout d’abord, notez que quelque chose d’inattendu est survenu et essayez de le définir aussi clairement que possible.

Pour revenir à l’exemple précédent, vous pourriez vous dire: “Je ne trouve aucune organisation bénévole qui m’accepte”, ou: “Toutes les organisations que j’ai contactées m’offrent des activités qui ne m’intéressent pas”.

Comment vous sentez-vous face à ces considérations?
Quelle est l’humeur qui se dégage de vous lorsque vous faites ces déclarations?

La vie nous apprend à ne pas nous laisser altérer par des événements contingents et le fait souvent en affrontant l’inattendu.

La prochaine étape consiste donc à demander à la vie ce qu’elle essaie de nous apprendre et voici comment nous pouvons le faire.

Rappelez-vous votre objectif ou un sous-objectif qui connaît actuellement des difficultés et formulez mentalement cet énoncé:

“Je veux fortement atteindre cet objectif (et ici remplacer les mots” atteindre cet objectif “” par votre objectif spécifique) Et je trouve cette difficulté (et ici remplacer les mots “je trouve cette difficulté” par le problème qui se présente). J’accepte cette situation comme une leçon de vie et je demande à la partie créative de mon esprit de me montrer ce que je peux apprendre et comment je peux utiliser cet apprentissage pour atteindre mon objectif. “

Dans notre cas, ce sera: «Je veux suivre un cours de bénévolat et je ne trouve aucune organisation bénévole qui m’accepte. J’accepte cette situation comme une leçon de vie et je demande à la partie créative de mon esprit de me montrer ce que je peux apprendre et comment je peux utiliser cet apprentissage pour atteindre mon objectif. “

Si nous disions «MAIS» à la place de “ET”, cela signifierait que nous pensons que la vie est en contradiction avec elle-même (nous aussi, nous faisons partie de la vie!) Et cela n’a aucun sens.

La contradiction n’est qu’apparente, elle n’est que dans notre esprit et c’est précisément à cause de cette contradiction que nous sommes confrontés à des difficultés.

Pour cette raison, nous utilisons “ET” et non “MAIS”.

Bien sûr, il y aura toujours de petits revers et parfois des difficultés plus importantes.

Appliquez cette méthode de manière systématique et intelligente, en choisissant avec bon sens les difficultés qui peuvent vraiment contenir des leçons de vie pour vous.

Ne perdez jamais de vue l’objectif et continuez avec calme et persévérance.
Les résultats viendront certainement!
À ce stade, il est important de rester concentré.

Nous en parlerons lors d’une des prochaines sessions.

Pour le moment, il est important de continuer à mettre en œuvre les actions que nous avons planifiées chaque jour et de ne jamais perdre de vue l’objectif.

Reconnaissez et reformulez vos déclarations négatives

Au cours des sessions précédentes, nous avons vu combien il est important de fixer vos propres objectifs et de formuler un plan pour les atteindre.

Cela ne signifie pas que notre esprit change complètement sa façon de fonctionner du jour au lendemain.

Nous avons tous des habitudes et notre esprit est également habitué à formuler des pensées et des réflexions sur la base d’un grand nombre d’habitudes, c’est-à-dire de mécanismes plus ou moins automatiques.

Puisque nous nous efforçons maintenant de permettre à l’esprit de nous aider à atteindre notre objectif, il est important de prendre conscience d’au moins certaines de nos habitudes mentales et de les mettre à jour pour nous aider sur cette voie.

Dans cette session, nous verrons comment reconnaître et reformuler les affirmations négatives qui peuvent entraver la réalisation de votre objectif.

Dans ce cas, le mot «négatif» ne signifie pas qu’il y a de «mauvaises» choses dans votre esprit, mais seulement que ces choses à ce moment ne vous aident plus, ce sont des habitudes qui autrefois auraient pu avoir une raison d’être mais qui maintenant doivent être mis à jour.

Et c’est exactement ce que nous ferons ensemble: reconnaître vos déclarations vous amènera à atteindre un plus grand niveau d’énergie, de santé et de liberté.

Les déclarations que nous faisons sont souvent «cachées» dans l’esprit et restent à l’arrière-plan, comme si elles étaient «derrière» les pensées.

Pour cette raison, j’appelle ces déclarations, et les croyances dont elles dérivent, avec le nom de «pensées rétro».

Par exemple, il peut parfois arriver que pendant que nous disons une chose avec des mots, une petite voix à l’intérieur de nous dit exactement le contraire.

S’il vous semble que ces choses vous arrivent, ne vous inquiétez pas, vous êtes parfaitement normal: l’esprit humain n’est pas “tout en un” mais est composé de plusieurs parties, par plus d ‘”interlocuteurs internes” qui travaillent ensemble pour notre équilibre total.

Pour cette raison, l’être humain peut penser à une chose et en même temps à son contraire.

L’esprit subconscient, qui a pour tâche de protéger notre intégrité physique et mentale, suggère sa «vérité» à voix basse, parfois pour nous encourager parfois pour nous retenir.

La dynamique de l’esprit découle à plusieurs reprises du dialogue entre l’esprit conscient et subconscient: les deux ont leur propre vérité et veulent le meilleur pour nous.

Ce mécanisme n’est pas difficile à comprendre: dans notre système nerveux autonome ou neuro-végétatif, il existe un mécanisme similaire de «dialogue des contraires» entre les systèmes sympathique et parasympathique.

Le premier “accélère” et le second “freine”; lorsque l’organisme est sain, les deux systèmes trouvent un équilibre dynamique, un peu comme un conducteur qui accélère un peu et freine le long d’une route de montagne.

De ces considérations naît la PREMIÈRE RÈGLE du système des affirmations positives: ne déclenchez pas une bataille intérieure, ne vous jugez pas.

Les deux parties de l’esprit sont toutes les deux “bonnes” et il n’est pas nécessaire de se battre.

Au contraire: nous verrons qu’il est important (même si à première vue cela peut paraître fou) de demander au subconscient quel est son but et, après avoir reçu la réponse, de trouver une nouvelle stratégie pour lui permettre d’obtenir ce qu’il veut (nous protéger) sans entraver la notre succès.

Nous explorerons ce sujet dans la prochaine session.

Comment pouvons-nous devenir plus conscients de nos déclarations, qu’elles soient parlées ou pensées?

En premier lieu, essayez de faire attention à toutes les phrases que vous prononcez et qui contiennent l’expression “je suis …” suivie de mots qui expriment une limite ou un concept négatif.

Si vous vous retrouvez en train de dire une phrase comme celle-ci, vous pouvez faire plusieurs choses: ARRÊTEZ d’abord et prenez conscience de ce que vous dites.

Penses-tu vraiment cela? Voulez-vous vraiment ÊTRE comme ça ou parlez-vous d’une condition transitoire, quelque chose qui se produit dans cette période mais qui ne fait généralement pas partie de votre réalité?

AIMEZ-VOUS ce que vous dites et acceptez-vous comme faisant partie de VOUS?

Par exemple, si vous avez dit “je n’ai pas de chance”, faites cet exercice (à un moment où vous savez que personne ne vous dérange).

Essayez de dire à haute voix ou mentalement, en imaginant que vous parlez à une autre personne très proche de vous: “JE VEUX être malchanceux parce que …” et voyez ce qui en sort!

Rappelez-vous qu’aucune partie de notre esprit n’est stupide ou superficielle: si l’esprit formule ces affirmations que nous considérons négatives, il le fait parce que, dans sa logique, elles servent à nous protéger d’un pire mal!

Il est possible que la réponse que vous entendez sortir de votre bouche vous surprenne, mais ne vous arrêtez pas et continuez à demander “pourquoi?” à tout ce que vous dites.

De cette façon, vous arriverez presque certainement à la conviction sous-jacente, que vous pouvez écrire dans un cahier, afin de la fixer dans la mémoire et la conscience pour y travailler plus tard.

C’était la deuxième étape.

La troisième et dernière étape consiste à reformuler nos affirmations négatives, en commençant à affirmer PAS exactement le contraire (car nous ne pouvions pas croire ce type d’affirmations) mais en ouvrant l’esprit à la possibilité d’accepter un changement.

Donc, si la déclaration négative que vous avez faite est: “Je n’ai pas de chance”, la nouvelle déclaration pourrait être: “J’accepte d’abandonner la croyance que je n’ai pas de chance et d’ouvrir mon esprit à de nouvelles possibilités”.

Ce type d’affirmations positives neutralise l’effet des affirmations négatives correspondantes MAIS sans déclencher une “guerre intérieure” entre deux parties de l’esprit.

Bien. Nous avons terminé pour cette semaine.

Créer de nouvelles stratégies

Lors de la session précédente, nous avons vu comment reconnaître vos déclarations négatives et comment les reformuler.

Parfois, nos affirmations négatives sont exprimées de manière ouverte et directe: dans ce cas, il est assez facile de les reconnaître et de commencer à les neutraliser.

À d’autres moments, nos affirmations négatives se cachent derrière d’autres mots et d’autres idées et tirent leur force de nos croyances limitantes, des idées négatives que nous avons sur nous-mêmes et sur le monde.

J’appelle ces déclarations et les croyances “rétro-pensées” qui y sont liées.

Lorsque nous pouvons identifier une ou plusieurs de ces affirmations négatives, nous pouvons arrêter puis formuler de nouvelles affirmations qui ouvrent l’esprit à de nouvelles possibilités, à de nouvelles stratégies.

L’élaboration de nouvelles stratégies est le sujet de cette session.

Construire de nouvelles stratégies signifie enrichir l’esprit de nouvelles possibilités, de nouvelles façons de gérer les circonstances de notre vie.

Si dans une certaine situation nous nous mettons en colère ou attristés, nous pouvons créer de nouvelles stratégies pour permettre à notre esprit de se comporter différemment en présence des mêmes stimuli externes, en mettant en place des comportements et des humeurs plus appropriés.

Encore une fois, il ne s’agit pas de lutter contre quelque chose qui ne va pas dans notre esprit mais d’augmenter les options dont nous disposons.

Notre esprit, lorsqu’il peut choisir, adopte toujours la meilleure stratégie.

Après tout, lorsque nous n’avons qu’une ou deux stratégies disponibles, nous RÉAGISSONS simplement dans des circonstances, alors que si nous en avons dix ou du vent, nous pouvons RÉPONSE VRAIMENT et cela nous rend beaucoup plus productifs, efficaces et heureux!

Voici les sept étapes que vous pouvez suivre pour créer de nouvelles stratégies:

1 . Identifiez l’affirmation négative et / ou la croyance limitante à laquelle elle se réfère.
2 . Demandez à votre subconscient quel est son objectif en créant cette croyance, contre quoi il veut vous protéger.
3 . Demandez à votre subconscient s’il serait disposé à accepter de nouvelles stratégies pour atteindre le même résultat.
4. Demandez à la partie créative de votre esprit de vous montrer quelques “films” (quatre ou cinq) sur la façon dont vous pourriez vous comporter d’une manière nouvelle et créative dans ces circonstances. .
5. Analysez les stratégies alternatives que l’esprit créatif vous a proposées et choisissez les deux ou trois qui vous semblent les meilleures.
6. Soumettez ces stratégies au subconscient et demandez-leur de les accepter si elles les jugent réalisables.
7. Remerciez à la fois le subconscient et l’esprit créatif pour leur contribution.
Pour faire cet exercice, prenez une demi-heure dans un endroit calme où vous savez que vous ne serez pas dérangé.

1. Rappelez-vous de l’affirmation négative ou de la croyance limitante et concentrez-vous dessus en en étant profondément conscient.

Dites-vous mentalement: “Je me rends compte que dans mon esprit il y a cette affirmation négative (ou cette croyance limitante) …” puis rappelez les mots avec lesquels votre esprit vous a présenté l’affirmation négative ou la croyance limitante.

Par exemple, si vous pensez “Je n’ai pas de chance”, vous pouvez vous dire mentalement: “Je me rends compte que dans mon esprit il y a une affirmation négative -Je n’ai pas de chance-“.

2. Demandez à votre subconscient de vous dire quel est son objectif. Cet esprit est TOUJOURS très intelligent.

Le jeu de mots qui dit “l’esprit ment” est un non-sens.
Bien sûr, cela ne signifie pas que nous ne nous disons pas de mensonges.

Cela signifie que si nous le faisons, c’est parce que nous n’avons pas de meilleure stratégie qui soit vraiment praticable pour nous à l’époque.

Donc, notre subconscient nous protège en créant pour nous la croyance que nous n’avons pas de chance.

Que peut-il se passer quand on lui demande pourquoi elle le fait?

Il existe plusieurs possibilités.

Il peut arriver que vous ayez une intuition et qu’une sorte de voix interne suggère une réponse.

Il se peut qu’un appel d’un épisode passé contenant un message pour vous émerge de votre conscience.

Il se pourrait que rien ne se passe. Dans ce cas, acceptez simplement le silence comme un signe que le subconscient veut attendre pour voir quel type de travail vous allez faire et ensuite décider.

Un commentaire entre parenthèses: je sais que cette façon de voir l’esprit peut sembler étrange mais ça marche!

Un de mes amis à ce stade de l’exercice a entendu une voix interne dire “non!”.

Après l’exercice, nous en avons discuté et il s’est avéré qu’elle s’était tournée vers son subconscient plus ou moins en ces termes: “Écoutez un peu: vous me causez toujours beaucoup de problèmes mais dites-moi maintenant pourquoi vous me donnez cela aussi croyance négative! “.

Si vous aviez été à la place de son subconscient, à quoi auriez-vous répondu?

Quelle que soit la réponse et même s’il n’y a pas de réponse, ne vous battez en aucune façon et laissez les choses “couler”; ne jugez pas et n’ouvrez pas les hostilités.

Le secret est l’harmonie en tout.

Prenez note (mentalement ou physiquement) de la réponse et passez à l’étape suivante.

3. Demandez à votre subconscient s’il est prêt à accepter de nouvelles stratégies pour atteindre le même résultat.

L’esprit subconscient a pour mission de protéger votre intégrité physique et mentale.

Dans l’exemple de la personne qui pense “Je n’ai pas de chance”, le subconscient pourrait penser que “les gens chanceux se redressent et font de graves erreurs qui les conduisent à la ruine”.

Pour cette raison, qui est certainement basée sur une expérience passée, le subconscient renouvelle le pouvoir de cette croyance.

Nous demandons donc au subconscient de s’ouvrir à de nouvelles possibilités (au fond nous lui demandons seulement de faire la même chose que nous avons fait lors de l’exercice de la première séance).

Comment puis-je savoir ce que le subconscient me répond?

La réponse vient toujours, mais elle ne se présente pas nécessairement sous la forme d’une voix, de souvenirs ou d’images.

Il se peut que vous ressentiez une chaleur interne dans une partie du corps, une tension qui fond ou que vous sentiez que votre respiration s’approfondit.

Il se peut que votre humeur change et que vous ressentiez une paix intérieure que vous ne ressentiez pas auparavant.

Bien sûr, ce sont des signaux qui peuvent également être produits par l’autosuggestion, mais qu’est-ce que l’autosuggestion sinon un signal de l’esprit?

Dans tous les cas, acceptez volontiers, sans juger ni engager de conflits, toute réponse.

L’absence de réponses est également significative et signifie “allez-y, on verra plus tard”.

Si au lieu de cela vous entendez un “non” fort et clair, comme celui que mon amie a reçu, présentez vos excuses au subconscient (elle l’a fait) et continuez.

4. Demandez à la partie créative de votre esprit de vous montrer quelques “petits films” (quatre ou cinq) sur la façon dont vous pourriez vous comporter d’une manière nouvelle et créative dans ces circonstances.

C’est certainement l’étape la plus amusante.

La partie créative de votre esprit se fera un plaisir de vous aider et pourra montrer votre imagination inépuisable.

Revenons à l’exemple de la personne qui pense qu’elle n’a pas de chance.

Dans quelles circonstances le pensez-vous?

Peut-être qu’il le pense quand il se rend compte qu’il y a une nouvelle possibilité, une possibilité de SUCCÈS!
Bien.

Dans ce cas, l’esprit créatif pourrait créer et montrer à la personne des sketchs, disons quatre ou cinq, dans lesquels la personne agit d’une manière complètement nouvelle, même drôle ou paradoxale.

Par exemple, il pourrait se voir accepter le défi et se transformer en géant, ou accepter le défi et inventer une “cloche intérieure” qui signale immédiatement chaque pensée de fierté, afin d’éviter de se lever la tête …

Les possibilités ne sont limitées que par notre imagination.

Il y a cependant une observation à faire: essayez de ne pas être VOUS pour construire délibérément cette scène avec l’esprit analytique mais laissez l’esprit créatif le faire, pendant que vous vous limitez à l’observation en tant que spectateur.

Avec un peu de pratique, ce sera très facile pour vous.

Fondamentalement, ce n’est qu’une question de «rêverie»: pendant de nombreuses années de notre vie, nous l’avons fait sans effort.

Essayez de vous assurer que ces images sont aussi claires et fortes que possible, “vivantes”, comme s’il s’agissait de “vraies” expériences.

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, l’esprit ne fait pas de distinction entre les expériences réelles et imaginées de façon vivante.

Observez les sketchs sans critiquer ni censurer, acceptez-les dès leur arrivée et si vous le souhaitez, prenez des notes rapides, pour ne pas les oublier.

À l’étape suivante, vous les analyserez.

5. Analysez les stratégies alternatives que l’esprit créatif vous a proposées et choisissez les deux ou trois qui vous semblent les meilleures.

À ce stade, l’esprit conscient, c’est-à-dire VOUS, entre en scène.
L’esprit conscient a pour mission de résoudre les problèmes.
Ensuite, analysez les sketchs et sélectionnez les deux ou trois qui semblent meilleurs, plus “praticables”.
Ne rejetez pas les sketchs parce qu’ils sont un peu drôles ou semblent irréels.
Ne jetez que celles qui ne contiennent pas réellement de nouvelles stratégies.
Une fois cette sélection effectuée, passez à l’étape suivante.

6. Soumettez ces stratégies au subconscient et demandez-leur de les accepter si elles les jugent réalisables.

À ce stade, vous avez identifié l’affirmation négative, vous avez découvert la croyance limitante qui la maintient en vie, vous avez développé de nouvelles façons d’obtenir le même résultat avec d’autres comportements.

Vous devez maintenant soumettre vos créations au subconscient.

N’oubliez pas que le subconscient n’est pas la source de vos problèmes mais la garantie de votre survie.

Ne vous battez pas contre votre esprit.

Proposez-lui ces stratégies et laissez-la faire le reste.

Si vous ressentez un sentiment de soulagement ou de paix intérieure, de libération ou de force, cela signifie que l’esprit a accepté les stratégies et les a fait siennes.

Dans d’autres cas, acceptez simplement de ne pas recevoir de commentaires immédiats.

Les circonstances que vous vivrez dans les prochains jours vous diront si l’exercice a «fonctionné» ou non.

7. Remerciez à la fois le subconscient et l’esprit créatif pour leur contribution.

Traitez les différentes parties de votre esprit comme de précieux collaborateurs et non comme des esclaves.

Remerciez-les pour le travail qu’ils ont fait pour vous, car vous vivez mieux, plus heureux et plus intact.

Rappelez-vous: ne jugez pas et ne créez pas de tension: si l’exercice ne se déroule pas comme prévu, laissez la nouveauté faire surface et apprenez de cette nouvelle expérience.

Mise au point

Au cours des premières séances, nous avons vu comment définir les objectifs, les décomposer en sous-objectifs et commencer à les atteindre.

En poursuivant le travail, nous rencontrerons certainement à la fois nos habitudes mentales négatives passées et d’autres types de difficultés, plus ou moins grandes.

Nous pourrons y faire face et les surmonter en mettant en pratique les techniques d’affirmation positive que nous avons examinées lors des deux dernières séances.

Afin de savourer les fruits de votre travail, vous devez être capable de garder votre concentration mentale sur votre objectif malgré tout ce qui se passe.

Si vous naviguez sur un voilier, le vent et les vagues peuvent vous obliger à manœuvrer en continu pour garder le bon cap.

Vous pouvez être contraint de changer de direction plusieurs fois, de ralentir ou même de vous arrêter si le vent est calme.

À tout moment, cependant, tous vos actes et toutes vos pensées sont concentrés sur votre objectif, qui est la destination, le port que vous devez atteindre.

De la même manière tout au long de votre journée, vous ne devez jamais perdre de vue votre objectif.

Si vous vous sentez incertain et hésitant, si votre esprit est confus, vous n’êtes pas suffisamment concentré sur votre objectif et peut-être que vous vous promenez comme ceux qui se perdent dans la forêt.

Si c’est le cas, vous devriez peut-être vous demander (avec les techniques de la première session) si vous voulez vraiment atteindre cet objectif.

Si vous trouvez que l’objectif est authentique, alors le problème est la concentration.

Être concentré signifie toujours être présent «là où nous sommes» par rapport à notre objectif et ne pas laisser les distractions et les émotions nous emmener ailleurs avec l’esprit.

Une ampoule de cent watts peut éclairer une pièce mais un laser de cent watts pourrait percer une tôle à grande distance, grâce à la puissance de mise au point, car son énergie est cohérente.

Les deux plus grandes menaces à votre capacité à rester concentré sont: les
distractions.
Notre esprit a souvent tendance à errer.

Après quelques instants de concentration, surtout si ce à quoi nous avons affaire ne nous concerne pas profondément, notre esprit est traversé par d’autres pensées, parfois étrangères et parfois même opposées à ce que nous avions jusqu’à un instant auparavant.

À l’origine de la distraction, il y a souvent une émotion.

Une pensée rappelle une émotion qui, à son tour, amène l’esprit à une autre pensée et ainsi de suite.

De cette façon, nous pouvons nous retrouver très loin de l’endroit où nous devrions ou voudrions être.

Lorsque nous réalisons que l’esprit est parti ailleurs et que nous sommes devenus distraits, nous le ramenons calmement à son travail, nous retournons nous concentrer sur notre objectif, sans tension et sans colère.

Si nous nous jugeons négativement en nous disant que nous ne sommes pas assez bons pour maintenir la concentration, nous créons plus de tension et aggravons la situation.

Bien sûr, il est également possible de former l’esprit à maintenir la concentration.

Il y a plusieurs façons de procéder.

La méditation est à la fois la plus simple et la plus puissante.

Il y a aussi des distractions extérieures, dues au bruit, aux autres ou aux nombreuses échéances de nos journées de travail (et aussi de repos).

Il est important de vous mettre le plus loin possible dans une situation externe «faible bruit» afin de vous concentrer sur l’atteinte de votre objectif de manière harmonieuse (non obsessionnelle!).

Personnellement, je ne suis pas un grand fan de télévision et j’ai tendance à le garder beaucoup plus éteint qu’à cause de sa puissance presque hypnotique.

Je connais des gens qui ne peuvent pas rester à la maison s’ils n’ont pas le son de la télévision dans leurs oreilles.

Demandez-moi si ces gens se concentrent sur leurs objectifs….

Comment réduire l’impact des distractions, à la fois «internes» (émotionnelles) et «externes» (bruit, interférences)?

Tout d’abord en choisissant un endroit plus adapté et en veillant à ne pas créer de turbulence et de bruit nous-mêmes.

Ensuite, nous pouvons simplement demander aux autres de respecter notre désir de plus de silence.

Malheureusement dans ce cas il n’y a pas de symétrie, puisque notre silence ne perturbe pas leur bruit, alors que leur bruit perturbe notre silence.

Un bon entraînement mental, cependant, est l’arme gagnante.
Il existe de nombreux cours de méditation et de concentration sur le marché.
Mon conseil est d’apprendre et de pratiquer: vous ne pouvez que gagner des bénéfices.
Manque d’engagement.
Ce qui anime vos énergies, physiques et mentales, c’est votre VOLONTÉ.

Si vous remarquez que vous avez emprunté d’autres chemins, que pendant un certain temps (jours, semaines) vous avez perdu de vue votre objectif, alors vous savez qu’il y a un DANGER à éviter: le sentiment de culpabilité.

Il est très facile à ce stade de tomber dans la culpabilité et l’apitoiement sur soi, comme lorsque nous nous disons: “pauvre moi, je n’y arriverai jamais, je suis trop distrait, je savais que je ne pouvais pas, c’est ma faute, non J’aurais dû »et ainsi de suite.

N’oubliez pas qu’il n’est pas vrai que “l’esprit ment”: ce n’est JAMAIS vrai!

Donc, si vous remarquez que depuis un certain temps vous n’avez pas pensé à atteindre votre objectif, demandez-vous si c’est vraiment ce que vous VOULEZ ou plutôt ce que vous pensez que “VOUS DEVRIEZ VOULOIR”!

Ce n’est pas un détail mais une question de fond, dont nous avons déjà parlé.

Soyez à l’écoute de vos passions authentiques et tirez la force de votre monde intérieur pour opérer vos transformations.

Si vous faites cela, vos objectifs seront plus proches de vous et non l’inverse.
Essayez-le et vous verrez.

Sixième session Affirmations de pleine conscience

Bienvenue à la sixième session du cours de visualisation positive.
Dans cette session, nous traiterons des affirmations de pleine conscience.

Activer la pleine conscience signifie que notre esprit est concentré dans le temps présent, c’est-à-dire qu’il est totalement occupé à traiter les perceptions et les sensations qui découlent de l’expérience concrète immédiate que nous faisons en tout temps.

Cela ne signifie pas que la pleine conscience nous détache de l’expérience que nous avons eue dans le passé ou qu’elle ne nous prépare pas de manière constructive à l’expérience que nous aurons à l’avenir.

La présence mentale signifie seulement que nous faisons face au temps présent avec notre potentiel de traitement maximal, avec la plus grande participation possible aux choses qui se produisent ici et maintenant.

Avant de continuer, essayons de nous plonger dans le sens de la pleine conscience, en nous concentrant sur ce qui est normalement appelé “ici et maintenant”.

Prenons une personne très effrayée: où sera sa concentration mentale?

Pour essayer de répondre à cette question, on peut se poser une question: peut-on avoir peur de mourir … hier?

Évidemment, ce n’est pas possible: cela n’aurait aucun sens d’avoir peur d’un événement passé.

La peur fait donc référence à des événements qui, selon nous, pourraient se produire dans le futur.

Avoir peur signifie projeter l’esprit dans un temps futur.

Nous avons donc établi qu’une personne effrayée est une personne dont l’esprit est concentré dans un temps futur.

Considérons maintenant un cas similaire mais différent: imaginez une personne souffrant d’un fort ressentiment.

Où est votre esprit concentré?

Dans ce cas également, pour clarifier nos idées, nous nous posons une question: “pouvons-nous avoir un ressentiment pour ce qu’une personne va nous faire … demain?”.

Bien sûr, cela est impossible; le ressentiment naît de ce que quelqu’un nous a fait dans le passé.

Le ressentiment projette donc notre esprit dans le passé.

Nous pouvons donc conclure que c’est une personne effrayée, c’est une personne dont l’esprit est projeté dans le futur tandis qu’une personne rancunière est une personne dont l’esprit est projeté dans le passé.

Comme si cela ne suffisait pas, il existe également un autre mécanisme qui complique la situation, étant donné que, selon toute probabilité, une personne effrayée l’est en raison d’une expérience douloureuse qu’elle a vécue dans le passé.

Cela déclenche une dynamique de «dialogue» entre l’expérience passée et l’expérience de la personne qui espère vivre dans le futur.

“Je n’aurais pas peur si cette chose ne m’était pas arrivée dans le passé mais, puisque cette chose est arrivée, j’ai peur que cela puisse se reproduire.”

Comme vous pouvez le voir, c’est une sorte de cercle vicieux entre passé et futur qui amène la personne à osciller en permanence entre ces deux dimensions temporelles.

L’esprit est tellement occupé à traiter la peur de l’avenir et les ressentiments du passé qu’il ne trouve pas assez d’énergie pour se concentrer sur ce qui se passe réellement dans le temps présent.

Pourquoi est-il si important de se concentrer dans le temps présent?
Il est très facile de répondre à cette question: le présent est la seule fois qui existe!
Tout ce qui se passe se produit au présent.

Les choses qui se sont produites dans votre passé se sont produites dans votre temps présent de ce moment et aussi les choses qui se produiront dans le futur se produiront dans votre temps présent de ce moment.

Cela signifie que le moment de pouvoir est le présent et que seul votre présent changera votre vie.

Le présent est le temps qui «contient» à la fois les menaces et les opportunités de la vie.
Le passé n’existe plus et l’avenir n’existe pas encore.

Le seul temps réel est le présent, qui contient sous forme d’effets, de conséquences, les événements survenus dans le passé et sous forme de potentialité, de tendances, d’opportunités, les événements qui se produiront dans le futur.

Le grand avantage de concentrer notre esprit sur le temps présent est que le temps présent est le «lieu» d’opportunités, car ce n’est que dans le temps présent que je perçois et agis, c’est seulement «maintenant» que je peux nouvelle adresse à ma vie.

Un autre avantage de concentrer l’esprit dans le présent (le temps présent et le lieu présent) est que je détourne nécessairement mon esprit du passé du futur.

En d’autres termes, focaliser l’esprit dans le présent me permet de “me libérer” à la fois des peurs et des ressentiments.

Avant d’examiner quelques déclarations qui nous aident à nous concentrer dans le temps présent, voyons ensemble un exercice simple.

Faites cet exercice lorsque vous avez dix ou quinze minutes de silence, pendant lesquelles vous savez que personne ne vous dérangera.

Asseyez-vous confortablement, inspirez et expirez profondément deux ou trois fois pour éliminer un peu de tension et concentrez votre attention sur un objet placé devant vous, tout objet qui n’est pas particulièrement important pour vous (évitez, par exemple, un portrait ou photographie de quelqu’un).

Au lieu de cela, concentrez votre attention sur un objet commun tel qu’un cendrier, un pot de fleurs ou un objet décoratif.

Commencez à regarder cet objet comme si vous ne l’aviez jamais vu auparavant; observez sa forme et sa couleur.

Essayez de créer une représentation tridimensionnelle de cet objet dans votre esprit en imaginant que vous le contournez ou que l’objet tourne lentement pour que vous puissiez l’observer de toutes les directions.

À ce stade, essayez d’imaginer la perception physique et tactile de votre main touchant l’objet: quelle sensation donnerait l’objet si vous le touchiez physiquement?

Vos perceptions tactiles vous enverraient-elles le signal d’un objet rugueux ou lisse?
Cet objet vous donnerait-il une sensation de chaleur ou de froid?

Par exemple, si vous utilisez une fleur pour cet exercice, vous pouvez également essayer d’imaginer la perception olfactive: que ressentiriez-vous si vous pouviez la sentir?

Gardez votre attention concentrée sur cet objet avec un esprit calme.

Lorsque vous remarquez que votre attention vagabonde et que vous pensez déjà à autre chose, renvoyez simplement votre attention à l’objet qui essaie d’en percevoir tous les aspects.

Cet exercice vous aidera sûrement à développer votre capacité à vous concentrer au présent.

Vous pouvez également constater que, par le simple fait de pouvoir vous concentrer dans le temps présent, vous vous sentez plus paisible et plus «centré».

C’est le résultat naturel du fait que vous avez suspendu le dialogue mental qui vous a amené à osciller continuellement entre passé et futur.

Passons maintenant aux affirmations de pleine conscience.

Les affirmations, en général, seront d’autant plus efficaces que vous en connaîtrez le contenu au fur et à mesure que vous les formulerez.

Mon conseil est de travailler sur une seule déclaration à la fois.
Lisez la première déclaration deux ou trois fois.

Fermez les yeux et répétez cette déclaration à haute voix deux ou trois fois de plus, puis mentalement deux ou trois fois.

En répétant ces affirmations, essayez de faire attention à l’humeur qui se produit en vous. Essayez d’évoquer profondément le sens que ces mots ont pour vous et laissez leur charge positive imprégner profondément votre conscience et votre humeur.

Si une déclaration spécifique ne produit pas en vous une humeur créative, positive et détendue, laissez-la simplement passer et passez à la déclaration suivante. Voici comment nous pouvons travailler avec les déclarations de pleine conscience: asseyez-vous tranquillement dans un endroit calme, fermez les yeux et concentrez votre attention sur la perception interne qui donne votre souffle.

Prenez conscience de votre poitrine en expansion qui se contracte au rythme de votre respiration; sentir comment l’air entre et sort par les narines (il vaut mieux respirer avec le nez qu’avec la bouche).

La première déclaration est:

“Je suis profondément conscient de ma respiration en ce moment.”

C’est très simple, il n’y a pas d’arguments ou de concepts à élaborer; il s’agit simplement de concentrer son attention sur la respiration, d’oublier tout le reste.

La conscience de la respiration est très importante car la respiration représente l’échange continu qui a lieu entre notre corps et l’environnement.

De plus, la respiration est une manifestation de la vie et de son fonctionnement continu dans notre corps pour la maintenir en vie.

Une autre manifestation du travail de la vie dans notre corps est le rythme cardiaque.

Concentrez votre attention sur la perception du rythme cardiaque dans la poitrine ou sentez le pouls du cœur se refléter dans les mains ou les jambes.

Encore une fois, il formule une déclaration de pleine conscience:
“Je suis profondément conscient de mon rythme cardiaque en ce moment.”

La concentration de l’esprit sur le présent passe par la perception physique; vous pouvez faire de nouvelles déclarations similaires aux deux que nous avons déjà vues.

Voici quelques autres exemples:

“Je suis profondément conscient de l’état d’esprit dans lequel je me trouve en ce moment”.

“Je suis profondément conscient de ma position dans l’espace en ce moment.”

“Je suis prêt à laisser derrière moi et les épisodes douloureux du passé parce que j’ai découvert que mon pouvoir réside dans le temps présent.”

Une fois que vous vous serez familiarisé avec les déclarations de pleine conscience, il vous sera très facile de faire de nouvelles déclarations.

Apprendre de ses erreurs

Nous avons atteint la dernière session de notre cours d’affirmation positive et j’espère que ce que nous avons vu jusqu’à présent vous a servi et que vous l’avez apprécié.

Cette session est consacrée à un sujet très important, peut-être le plus important de tout le cours, à savoir APPRENDRE DE VOS PROPRES ERREURS.

Contrairement à la croyance populaire, les personnes dites “réussies” connaissent un certain nombre d ‘”échecs” similaires à ceux des autres personnes dites “normales” (sinon plus).

Pourquoi réussissent-ils alors?

Simple: parce qu’ils apprennent de leurs erreurs et qu’ils n’abandonnent pas!

Le succès ne consiste pas à atteindre la renommée ou la richesse, mais à atteindre ses vrais objectifs dans la vie. Bien sûr, un certain degré de bien-être économique est toujours associé à un succès authentique, tout comme un certain degré de satisfaction personnelle et d’estime de soi.

Imaginez deux personnes qui ont dans leur propre expérience le même nombre de succès et d’échecs, c’est-à-dire de situations dans lesquelles ils ont atteint ou échoué à atteindre leurs objectifs.

Comment ces personnes regrouperont-elles leurs dix expériences? Il y a deux possibilités:

La personne A, réaliste, se considère intelligente (5 coups sûrs), mais pense qu’il devra travailler davantage pour éviter d’autres échecs. Il mûrit une croyance au succès.

La personne B, pessimiste, se considère comme un échec car elle ne prend en compte que ses cinq échecs. Il mûrit une croyance d’échec.

Quelle sera l’expérience subjective de ces personnes?
Quel est leur niveau d’énergie?
De quelle capacité devront-ils faire face à de nouveaux défis ou simplement aux événements normaux de la vie?

Voyons à nouveau ce qui se passe dans les deux cas:

La personne A, qui a acquis une croyance réussie, sera ouverte à de nouvelles expériences et à de nouveaux apprentissages; il essaiera de comprendre les raisons des échecs et d’en tirer le meilleur parti afin de ne pas répéter deux fois la même erreur.

Cette attitude «d’intégrer» l’expérience pour pouvoir en tirer un apprentissage est représentée par la ligne pointillée verte.

Au contraire, la personne B, qui a cru à la faillite, ne reconnaît pas les expériences de réussite comme les siennes, les attribuant au hasard ou ne les prenant même pas en considération.

Cette attitude de refus signifie que la personne n’apprend aucune des leçons qui pourraient l’aider à répéter ses succès.

En d’autres termes: la personne A prévoit de nouveaux succès, tandis que la personne B prévoit d’autres échecs.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là.

Comment les histoires personnelles de A et B évolueront-elles au fil du temps?

La personne A fait face à dix succès et dix échecs dans sa vie.

Puisqu’il a formé une croyance au succès dans son esprit (comme cela pourrait être par exemple: “Si une autre personne parvient à le faire, alors moi aussi je peux réussir!”) Les échecs ne diminuent son niveau d’énergie que pendant une courte période, étant donné que cette personne les étudie et les utilise comme des enseignements qui lui permettront de ne plus répéter la même erreur.

Armée de ces enseignements, cette personne change de comportement et fait face à de nouveaux défis avec une force renouvelée.

Son niveau d’énergie global est élevé et l’âge ne conduit pas à une baisse sérieuse, même s’il n’y a probablement plus de vigueur des vingt ans.

Une telle personne pourra faire face à plusieurs défaites et les surmonter, ayant à chaque fois plus de force et de détermination pour apprendre et intégrer de nouvelles expériences de vie.

Voici une biographie résumée d’un personnage bien connu:

à 31 ans, il a échoué en tant qu’homme d’affaires
à 32 ans, il a été rejeté lors d’une élection
à 34 ans, un autre échec
à 35 ans, sa femme bien-aimée est décédée
à 36 ans, il a eu une dépression mentale
à 38 ans, il a perdu une autre élection
à 43, il n’a pas pu être élu au Congrès
à 46, il a essayé et a été rejeté à nouveau
à 48, la même expérience
à 55 il n’a pas pu être élu sénateur
à 56, il a perdu la course à la vice-présidence
à 58 il n’avait pas de siège sénatorial.
à 60 il a été élu président des États-Unis.

Le personnage en question est Abraham Lincoln; serait-il devenu président s’il avait considéré l’échec de ses élections?

La situation est très différente en ce qui concerne le caractère B, comme le montre l’illustration suivante.

Cette personne a développé une croyance négative qui ne lui a pas permis de tirer des leçons de ses échecs, qui ont été interprétés non pas comme des leçons à tirer mais comme des confirmations de la croyance négative, qui s’est renforcée.

Le niveau d’énergie global de cette personne diminue progressivement et les améliorations ne sont pas durables.

Ayant moins d’énergie disponible pour faire face aux expériences de vie, cette personne développera progressivement une plus grande aversion au changement.

Chaque nouveauté sera vécue comme un effort et un sacrifice supplémentaires et non comme un cadeau, un défi et une opportunité d’apprentissage.

Bien sûr, ce sont deux cas extrêmes, alors que la plupart des gens sont en quelque sorte placés entre ces deux situations.

L’être humain étant une entité complexe, composée de corps, d’esprit et d’esprit, il a la possibilité et tous les outils pour reprogrammer son esprit, afin d’actualiser et d’améliorer ses croyances et son attitude.

J’espère que les informations que vous avez reçues ont été utiles et que vous avez grandement bénéficié de tous les points de vue.

Je vous souhaite un VRAI succès dans toutes vos entreprises. 

Je serai heureux de recevoir vos commentaires à ce sujet.

NE PARTEZ PAS SANS VOTRE EBOOK GRATUIT !

et recevez nos affirmations pour réinventer votre vie et la vivre à son plein potentiel.