Les principales différences entre le bouddhisme et les autres religions

Le bouddhisme est l’une des «religions» les plus singulières à avoir jamais existé. Connu pour son approche pragmatique, le bouddhisme est aimé à peu près partout dans le monde. Essayons de comprendre pourquoi.

  • Il n’y a pas de Dieu tout-puissant dans le bouddhisme, personne pour distribuer des récompenses et des punitions.
  • Le bouddhisme n’est pas strictement une religion dans le contexte d’être une foi envers un être surnaturel.
  • Dans le bouddhisme, l’objectif ultime des disciples/pratiquants est l’éveil et/ou la libération du Samsara, plutôt que le paradis.
  • Un Bouddha n’est pas un sauveur qui sauve les autres par son salut personnel. Bien qu’un Bouddhiste se réfugie dans le Bouddha en tant que guide incomparable qui indique le chemin de la pureté, il ne promet jamais de retirer les impuretés de ceux qui sont sur le chemin.
  • La relation entre un Bouddha et ses disciples est celle d’un enseignant et d’un étudiant, pas d’un Dieu par rapport à un serviteur.
  • Le bouddhisme n’appelle pas une foi aveugle indiscutable de la part de tous les adeptes bouddhistes. Il met fortement l’accent sur l’autonomie, l’autodiscipline et l’effort individuel.
  • Les enseignements du Dharma sont universels et ne sont pas enracinés uniquement dans le bouddhisme.
  • Le concept de l’enfer dans le bouddhisme est très différent de celui des autres religions. Ce n’est pas un endroit pour la damnation éternelle telle que vue par les autres religions. Dans le bouddhisme, c’est juste l’un des six royaumes du Samsara (le pire des trois royaumes indésirables).
  • Il n’y a pas de concept de péché dans le bouddhisme – juste du karma.
  • Tous les êtres sensibles ont la nature, l’essence du Bouddha. On peut devenir un être éveillé (Bouddha) en temps voulu si l’on pratique avec diligence et atteint la pureté d’esprit.
  • Le karma est la pierre angulaire des doctrines bouddhistes et fait référence à un concept métaphysique important concernant l’action et ses conséquences. La loi du karma explique le problème de la souffrance, le mystère du soi-disant destin, et surtout l’inégalité de l’humanité.
  • Le bouddhisme accorde une grande importance à la compassion pour tous les êtres vivants, y compris les animaux. Le végétarisme est recommandé mais pas obligatoire.
  • Le bouddhisme va au-delà du bien et du mal. Il ne faut pas s’attacher aux bonnes actions ni à l’idée de faire le bien; autrement, c’est juste une autre forme d’envie.
  • Il n’y a pas de concept de guerre sainte dans le bouddhisme. Tuer brise un précepte moral clé dans le bouddhisme. Il est strictement interdit de tuer une autre personne au nom de la religion.
  • Les enseignements bouddhistes ne mentionnent ni le commencement ni la fin de l’existence. Il n’y a pratiquement pas de reconnaissance d’une cause première – par exemple, comment l’existence humaine a-t-elle commencé.
  • Le Bouddha est omniscient mais il n’est pas omnipotent. Le Bouddha ne prétend pas être un créateur de vies ou de l’Univers.
  • La tradition et la pratique de la méditation dans le bouddhisme sont importantes et fortes. Alors que toutes les religions enseignent des formes ou des variations de la méditation, seul le bouddhisme insiste sur la méditation Vipassana comme un outil puissant pour aider quelqu’un à rechercher la libération / l’éveil.
  • La doctrine de Sunyata ou de vacuité est unique au bouddhisme et ses nombreux aspects sont bien exposés dans les enseignements bouddhistes avancés. En résumé, cette doctrine affirme la nature transcendantale de la réalité ultime. Il déclare que le monde phénoménal est vide de toutes les limitations de la particularisation et que tous les concepts de dualisme sont abolis.
  • Le Samsara est un concept fondamental dans le bouddhisme et ce sont simplement les «cycles perpétuels de l’existence» ou les cycles sans fin de renaissance parmi les six domaines de l’existence. Ce modèle de renaissance cyclique ne prendra fin que lorsqu’un être sensible atteindra le Nirvana, c’est-à-dire un épuisement virtuel du karma, des traces habituelles, des souillures et des illusions. Toutes les autres religions prêchent un paradis, une terre et un enfer, mais cette perspective est très limitée par rapport au samsara bouddhiste où le paradis n’est qu’un des six domaines de l’existence et il a 28 niveaux/plans.

NE PARTEZ PAS SANS VOTRE EBOOK GRATUIT !

et recevez nos affirmations pour réinventer votre vie et la vivre à son plein potentiel.