Vos sentiments vous appartiennent

Nous grandissons en apprenant que les autres doivent être blâmés ou remerciés pour nos sentiments. Nous passons notre vie à regarder les autres pour décider comment nous devons nous sentir. Si je me sens contrarié, c’est parce que telle ou telle personne m’a fait quelque chose. Si je suis heureux, c’est parce que telle ou telle personne m’a fait me sentir ainsi.

Je ne suis pas d’accord avec ça. Je ne crois pas que quiconque ait le pouvoir de nous faire ressentir quoi que ce soit. Je crois que nous possédons complètement nos sentiments. Nous choisissons comment ressentir les événements.

Quand quelqu’un fait quelque chose, il est en votre pouvoir d’interpréter cette action comme quelque chose de nuisible, neutre ou même positif. Vous prenez ces actions et les étudiez en fonction de vos connaissances et expériences antérieures.

Vous, très rapidement et inconsciemment, décidez alors de ce qu’ils signifie. Imaginez que vous avez cru que ce type spécifique de comportement est négatif, vous sentirez une réaction négative en vous.

Mais une autre personne dont l’expérience de vie lui a appris que le même comportement est positif ressentirait une réaction positive à l’intérieur. Ce n’est donc pas le comportement, l’action ou l’événement en soi qui cause nos réactions, mais notre expérience et nos connaissances antérieures qui déterminent comment nous allons ressentir quelque chose.

Nous sommes tous nés sans idées préconçues. Si un bébé ne reçoit que de la maltraitance, il peut grandir en cherchant la violence comme une forme d’affection, ce qui est – bien sûr – une illustration extrême du processus.

On nous apprend à ressentir: “c’est bon, c’est mauvais”. Nous ressentons alors tout ce que nous avons appris à ressentir. Quand quelqu’un fait quelque chose qui devrait nous faire sentir d’une certaine manière, nous les rendons responsables de nos sentiments; nous les «blâmons» quand, en réalité, c’est nous qui interprétons leurs actions qui déclenchent nos sentiments.

La même action peut nous faire nous sentir bien aujourd’hui mais nous rendre triste d’ici quelques années si notre expérience de vie nous enseigne et si nous intégrons une perspective différente.

Regardez en arrière si vous voulez voir ce que je veux dire. N’y a-t-il pas quelque chose que vous considériez comme «mauvais» ou «négatif» et que vous trouvez «bon» ou «positif» aujourd’hui ?

Je vous encourage à prendre le contrôle de vos propres sentiments. Ils n’appartiennent qu’à vous. Personne d’autre n’a de pouvoir sur eux.

Imaginez que quelqu’un vous gifle. La façon dont vous l’interprétez vous appartient. On nous a appris à penser quelque chose comme “cette personne m’a blessé”. Ce que je propose, au contraire, est que vous commenciez à interpréter les événements de la façon suivante: “Je ressens … par l’action de cette personne”.

C’est vous qui ressentez; c’est vous qui interprétez; C’est votre décision. Prenez le pouvoir des autres. Ce pouvoir est à vous, seulement à vous.

Mais le mal est mauvais, pourriez-vous me dire. Et c’est bien l’objet de cet article. Quoi que fassent les autres, c’est à vous de le prendre de telle sorte que vous puissiez en tirer quelque chose de positif.

Même si vous pensez qu’une certaine action est mauvaise – peu importe que vous ayez raison ou non – vous pouvez choisir de la prendre comme une leçon ou comme un déclencheur pour faire quelque chose au lieu de simplement choisir de vous sentir blessé.

Assumez la responsabilité de vos sentiments et vous aurez le contrôle d’une grande partie de votre vie.

NE PARTEZ PAS SANS VOTRE EBOOK GRATUIT !

et recevez nos affirmations pour réinventer votre vie et la vivre à son plein potentiel.