À qui la faute ?

Je ne suis pas à l’abri de la colère. Aucun de nous ne l’est. Comme toutes les pensées et les émotions, la colère découle de nos tendances passées, de notre karma ainsi que des causes et conditions actuelles.

L’effet néfaste de la colère

Après avoir étudié les enseignements bouddhistes, je comprends à quel point la colère est préjudiciable pour moi-même et pour ceux qui sont l’objet de cette émotion destructrice. Sur le plan pratique, être envahi par la colère n’est jamais une expérience agréable.

Nous ne sommes jamais heureux, mais toujours alourdis par ce fardeau de contrariété, de ressentiment et parfois de rage. Ces émotions indésirables nous dévorent. Elles ont maintes et maintes fois été associés au développement de maladies cardiaques et de plusieurs autres pathologies graves. La colère peut nous amener à faire du mal aux autres que ce soit avec nos paroles ou nos actes.

Les émotions négatives et les actions négatives qui en résultent sont précisément ce qui nous maintient dans un cycle continu de souffrance. Nous avons tous entendu l’adage suivant : “On récolte ce que l’on sème“. C’est l’essence du karma. Le karma n’est pas une destination prédéfini, ce sont les résultats de nos actions antérieures.

Personnellement, et malgré certaines expériences dont je me serai volontiers passé, je reste convaincu que le karma est une loi fondamentale de l’univers. Par conséquent, la question est de savoir comment réagir lorsque la colère monte. Suis-je entraîné dans son flux puissant ou suis-je déterminé à mettre en pratique des solutions alternatives ?

Les enseignements bouddhistes nous disent de ne pas supprimer la colère, ni d’y succomber. Nous pouvons simplement observer quand elle surgit et la laisser passer comme n’importe quel nuage le fait dans le ciel.

Les émotions comme la colère ne sont pas notre vraie nature. Ce ne sont que des phénomènes temporaires et passagers. Ils ne semblent «solides» et «réels» que si nous nous accrochons à eux. Naturellement, c’est beaucoup plus facile à dire qu’à faire ! Cela demande énormément de détermination et de pratique, mais quoi de plus important dans ce voyage toujours aussi fugace appelé la vie ?

Des modèles inspirants

Il y a beaucoup d’injustices dans ce monde. On pourrait facilement croire qu’une prisonnière politique comme Aung San Suu Kyi a le «droit» d’être en colère. Mais elle ne l’est pas parce qu’elle voit la colère d’une manière totalement différente des autres personnes moyenne.

Elle comprend le mal que la colère engendre pour soi et pour les autres. Elle comprend la vraie nature de la réalité, sa qualité peu substantielle et l’interdépendance de tout ce qui se passe dans le monde. Il n’y a jamais une seule cause pour quoi que ce soit qui se passe dans la vie. C’est toujours un mélange complexe de causes et de conditions qui se combinent pour produire un résultat. Ainsi, il n’ya pas de personne, d’entreprise ou de pays à blâmer. Même lorsque nous nous sentons victimes, nous faisons également partie de l’équation.

Ces modèles inspirants pour nous tous défendent sans relâche la vérité, la justice et la non-violence, mais ils le font avec leur cœur bon qui ne nourrit ni la colère ni la haine. Ce n’est pas facile d’atteindre ce niveau de sagesse. Le dalaï-lama a souvent parlé de la persistance avec laquelle il entraînait son esprit à surmonter la colère depuis son plus jeune âge. Ce n’est pas une tâche facile, mais elle est possible.

Entraîner l’esprit à être libre de colère

Il y a des moments où je me sens en colère contre le monde. Des moments où je me sens en colère contre les responsables qui, dans leur ignorance, autorisent l’utilisation de produits chimiques. Il y a des moments de colère envers ceux qui, pire encore, encouragent réellement l’utilisation de produits chimiques. Je ne suis pas à l’abri de la colère. Si même le dalaï-lama doit s’entraîner religieusement, la colère surgira sans doute dans un esprit comme le mien, encore et encore. La question est la suivante : qu’est-ce que je fais de la colère quand elle s’invite dans ma vie ?

Je ne suis pas un saint. La colère me ronge de temps en temps, mais j’ai maintenant des modèles, la prise de conscience et les outils pour la libérer. Je sais par expérience qu’il faut beaucoup de temps pour que l’on se libère de la colère. Nous avons tous besoin de suivre notre propre processus, à notre propre rythme.

NE PARTEZ PAS SANS VOTRE EBOOK GRATUIT !

et recevez nos affirmations pour réinventer votre vie et la vivre à son plein potentiel.