Qu’est-ce que l’humilité ?

A première vue, la vertu d’humilité n’est pas particulièrement attrayante. Dérivé du mot humus (terre), l’humilité semble entrer en conflit avec notre évaluation actuelle de l’estime de soi et de la réalisation de soi.

Mais l’humilité n’a rien à voir avec la douceur ou la faiblesse. Et cela ne signifie pas non plus être effacé ou soumis. L’humilité est une attitude de modestie spirituelle qui vient de la compréhension de notre place dans l’ordre plus large des choses. Cela implique de ne pas prendre trop au sérieux nos désirs, nos succès ou nos échecs.

Au cours de la dernière décennie en particulier, les psychologues ont redécouvert l’importance de l’humilité. Ils ont établi des liens fascinants entre l’humilité et notre capacité à apprendre et à être des leaders efficaces, et notre volonté d’adopter un comportement prosocial.

Adopter un état d’esprit plus humble augmente notre bien-être psychologique global et assure notre fonctionnement social. Enfin et surtout, l’humilité est un antidote parfait à l’esprit égocentrique de notre époque.

L’humilité dans l’histoire

L’humilité est une valeur fondamentale dans de nombreux cadres éthiques et théologiques anciens. La forme confucéenne d’humilité, par exemple, est profondément orientée vers les autres dans l’esprit, valorisant constamment le bien social plutôt que la satisfaction de nos aspirations individuelles. Dans cette ancienne forme chinoise, l’humilité peut considérablement renforcer la cohésion sociale et notre sentiment d’appartenance.

Le philosophe grec Socrate soutenait que la sagesse consiste avant tout à savoir ce que nous ne savons pas. Il a enseigné une forme intellectuelle d’humilité qui reconnaît librement les lacunes de nos connaissances et qui cherche humblement à combler nos angles morts.

Aristote comprenait l’humilité comme une vertu morale, prise en sandwich entre les vices de l’arrogance et de la faiblesse morale. Comme Socrate, il croyait que l’humilité doit inclure une connaissance précise de soi et une reconnaissance généreuse des qualités des autres qui évite les distorsions et les extrêmes.

Une compréhension précise de nos forces et de nos faiblesses est toujours une caractéristique essentielle des définitions actuelles de l’humilité.

L’humilité chrétienne est liée à l’abnégation, à la honte et au péché et peut donc ne pas être du goût de tout le monde. Cependant, les anciens théologiens peuvent encore nous aider à éviter l’arrogance et la prétention. Ils nous rappellent que nous sommes membres d’une espèce qui est loin d’être parfaite et nous incitent à garder à l’esprit le rôle limité que nous avons chacun à jouer dans le destin de l’humanité dans son ensemble.

Au fil des siècles, l’importance de l’humilité en tant que vertu morale s’est estompée. Cependant, les études psychologiques sur l’humilité ont explosé au cours des deux dernières décennies (Worthington, Davis et Hook, 2017). Ce regain d’intérêt pour l’humilité est, en grande partie, une contre-réaction à ce que les auteurs de The Narcissism Epidemic , Jean Twenge et W. Keith Campbell (2009), ont décrit comme notre « âge du droit ».

Aujourd’hui, la réalisation de soi et l’amélioration de notre estime de soi sont nos aspirations les plus élevées. Précisément parce qu’elle fournit un antidote à de nombreuses tendances inquiétantes de notre époque, telles que l’arrogance, la cupidité et l’égocentrisme (qui ont toutes aussi des conséquences dévastatrices pour nos démocraties et notre planète), l’humilité connaît un renouveau bien nécessaire.

Qu’est-ce que l’humilité en psychologie ?

Nous pouvons comprendre l’humilité non seulement comme une vertu mais aussi comme un trait psychologique . À un niveau de base, l’humilité se rapporte à la mesure dans laquelle nous apprécions et promouvons nos intérêts au-dessus des autres.

Capturant notre orientation vers l’autre, il est étroitement lié à la modestie et à l’équité, mais aussi à notre intérêt pour la richesse et d’autres signes de statut et à notre inclination à l’autopromotion. Fondamentalement, cela implique également de nous voir avec précision – de ne pas penser à nous-mêmes plus haut (ou, d’ailleurs, plus bas) que ce qui est approprié.

Worthington et al. (2017) comprennent l’humilité comme composée de trois parties :

  • Perception de soi précise
  • Autoportrait modeste
  • Posture relationnelle tournée vers l’Autre

Ils notent que la croissance récente des études axées sur l’humilité coïncide avec la montée de la psychologie positive et la frustration face aux limites des vertus purement individualistes. Aux côtés de la compassion, du pardon, de l’altruisme, de la gratitude et de l’empathie, l’humilité appartient à « un ensemble de vertus qui unissent la société » (Worthington et al., 2017).

Worthington et al. (2017) divisent davantage l’humilité en humilité générale et en types d’humilité plus spécifiques. Ceux-ci incluent l’humilité intellectuelle, liée à une ouverture sur nos points de vue, nos croyances et nos opinions; et l’humilité culturelle, une capacité à reconnaître et à apprendre des réalisations d’autres cultures (Hazlett, 2012 ; Davis et al., 2015).

L’humilité comme force de caractère

On peut aussi comprendre l’humilité comme une force de caractère . En tant que tel, c’est une composante essentielle du caractère moral qui se manifeste dans la modestie, l’empathie, la reconnaissance et le respect des autres à un niveau plus profond, et la compréhension précise ainsi que la possession de nos limites (Harvey & Pauwels, 2004).

En tant que force de caractère, l’humilité peut être considérée comme le contraire de la fierté, de l’arrogance et d’un sentiment exagéré de notre importance et de nos talents. Il est basé sur une attitude fondamentalement bienveillante et compatissante envers les autres.

Enfin, nous pouvons également considérer l’humilité comme un état d’esprit spécifique. Après tout, c’est un aspect crucial de ce que Carol Dweck (2006) a décrit comme la « mentalité de croissance ».

Dans le cadre de Dweck, l’humilité implique non seulement d’admettre nos lacunes, mais de chercher activement à les surmonter. Il s’agit d’une volonté générale d’apprendre les meilleures pratiques des autres et d’apprendre de nos échecs (voir aussi Syed, 2015).

L’humilité est donc intimement liée à l’apprentissage et à l’apprentissage – une façon d’être qui englobe l’autocorrection et l’amélioration de soi constantes.

Pourquoi l’humilité est-elle importante ?

Les plus humbles d’entre nous possèdent un grand nombre d’avantages (Robson, 2020).

Un état d’esprit humble a des effets positifs significatifs sur nos compétences cognitives, interpersonnelles et de prise de décision . L’humilité est directement liée à notre capacité et à notre volonté d’apprendre. Les gens humbles sont de meilleurs apprenants et résolvent les problèmes.

Les étudiants humbles qui sont véritablement ouverts aux commentaires dépassent souvent leurs pairs naturellement plus talentueux qui ont une si haute opinion de leurs propres capacités qu’ils rejettent tous les conseils. Certaines études ont montré que l’humilité est plus importante comme indicateur de performance prédictif que le QI (Owens, Johnson et Mitchell, 2013 ; Krumrei-Manusco, Haggard, LaBouff et Rowatt, 2019).

De plus, l’humilité de nos dirigeants favorise la confiance, l’engagement, la pensée stratégique créative et stimule généralement les performances (Rego et al., 2017 ; Ou, Waldman et Peterson, 2020 ; Cojuharenco et Karelaia, 2020). L’humilité est également liée à une augmentation générale des émotions positives. De plus, l’humilité favorise le pardon de soi (Onody et al., 2020).

En outre, il y a des indications que l’humilité renforce diverses fonctions et liens sociaux. En raison de moins de stress et d’expériences négatives avec les autres, l’humilité pourrait être liée non seulement à une meilleure santé mentale, mais également à une meilleure santé physique (Worthington et al., 2017, p. 7).

Enfin, le manque d’humilité culturelle est associé à la xénophobie, la peur et la haine des étrangers. L’humilité, en revanche, est associée à la xénophilie, une attirance pour les cultures étrangères.

Ceux d’entre nous qui manquent d’humilité culturelle sont plus enclins à faire des suppositions sur les autres, à se sentir supérieurs à eux et à surévaluer considérablement nos connaissances et nos talents par rapport aux autres (Hook, Davis, Owen, Worthington et Utsey, 2013 ; Barbarino et Stürmer, 2016).

5 exemples concrets

Un célèbre trio de personnes vraiment humbles sont Gandhi , Nelson Mandela et Mère Teresa . Tous ont consacré héroïquement leurs énergies et leur temps au service de leurs idéaux et à travailler sans relâche pour améliorer les conditions de vie des autres.

Pourtant, ils sont restés modestes et sans prétention quant à leurs réalisations étonnantes et ne les ont jamais liés à leur propre personnalité. Ils ont humblement servi non pas leur ego, mais plutôt une plus grande cause extérieure.

Comment pratiquer l’humilité

Nous devons commencer par développer une compréhension précise de nos forces et de nos faiblesses .

Ensuite, nous devons posséder nos imperfections . Lorsque nous le faisons, nous n’avons plus à gaspiller notre énergie à les cacher des autres, mais nous pouvons plutôt chercher à apprendre à vivre avec eux de manière productive ou même à les surmonter.

Paradoxalement, une opinion obstinément basse de nous-mêmes est également en contradiction avec une humble opinion de nous-mêmes. Une estime de soi extrêmement basse , tout comme une surévaluation narcissique de nos talents, manque de justesse. C’est juste une forme inversée d’obsession de soi, une autre façon de se fixer sur soi plutôt que de diriger son attention vers les autres.

Bien que nous soyons le sujet dans notre monde, nous devons nous rappeler que nous sommes un objet dans celui de tous les autres. Nous ne sommes pas le centre de l’univers. Cela comprend l’ajustement de notre point de vue . Nos malheurs et nos désirs deviennent de plus en plus insignifiants à mesure que nous nous éloignons d’eux et que nous considérons la situation dans son ensemble. Notre temps sur cette planète est limité. Nos travaux et réalisations sont éphémères.

Nous faisons tous partie de structures plus grandes que nous -mêmes – couples, familles, communautés, nations, les organisations pour lesquelles nous travaillons, l’espèce humaine. Nous ne devons jamais oublier les nombreuses équipes dont nous faisons partie, petites et grandes. Parfois, il est de nature à privilégier les besoins de nos équipes sur nos désirs individuels.

Il faut rester curieux et ouvert à l’apprentissage. Nous pouvons apprendre de n’importe qui et de tout à tout moment. Nous pouvons apprendre des amis et de la famille, de nos enfants et des personnes qui maîtrisent des compétences spécifiques.

Nous avons beaucoup à apprendre des autres cultures et de nos ancêtres. Nous pouvons tirer de précieuses leçons des animaux et même des plantes.

L’humour est un outil puissant. Nous pouvons tous bénéficier de rire davantage de nous-mêmes et de nos imperfections.

4 conseils pour élever un enfant humble

Les enfants apprennent en copiant .

La façon la plus efficace d’enseigner l’humilité aux enfants est de la modéliser nous-mêmes. Nous pouvons leur montrer à quoi ressemble l’humilité en action au quotidien.

Tout en cherchant à favoriser une saine estime de soi, nous ne devons pas exagérer le sentiment d’importance des enfants . Et nous ne devrions pas non plus déformer leur vision de leurs propres talents. C’est un équilibre très délicat à trouver.

Nous pouvons approcher cet idéal en essayant de privilégier l’effort plutôt que les résultats et en favorisant un état d’esprit de croissance. Cela inclut de perfectionner la capacité des enfants à apprendre de l’échec et de leur apprendre à voir l’échec comme une partie naturelle de tout processus d’apprentissage significatif.

Nous pouvons montrer aux enfants d’autres façons de voir le monde et de penser les choses. Nos meilleurs outils sont les livres, les films et les œuvres d’art. En les exposant à des visions du monde radicalement différentes et en parlant des écarts qu’ils constatent avec un esprit ouvert, nous pouvons les alerter sur le fait que leur façon de voir le monde n’est pas la seule. Et le nôtre non plus.

Nous aussi, nous pouvons apprendre beaucoup des enfants à notre tour et devrions le leur dire quand nous le faisons.

Enfin, les exercices de gratitude fonctionnent aussi avec les enfants. Nous pouvons, pour commencer, leur demander simplement de nommer une chose pour laquelle ils ont été particulièrement reconnaissants aujourd’hui.

Techniques pour un leadership humble

Jim Collins, dans Good to Great (2001), a démontré que les leaders les plus remarquables sont aussi les plus humbles. Les meilleurs leaders allient volonté professionnelle et humilité personnelle. Ils sont souvent « effacés, calmes, réservés, voire timides » – privilégiant toujours les institutions qu’ils servent sur leur ego (Collins, 2001, p. 12).

Ces dirigeants croient au développement humain. Ils n’ont pas besoin de crédit et n’ont pas constamment besoin de montrer à quel point ils sont bons ou de saper les autres pour se sentir puissants. Au lieu de cela, ils essaient sans relâche de s’améliorer et d’apprendre de leurs échecs. En modelant l’humilité, ils créent une culture de travail humble dans leurs organisations.

Bradley Owens dit que les dirigeants humbles sont essentiellement transcendants. Les dirigeants humbles  » ont réussi à tempérer ou à apprivoiser l’ego et à adopter une perspective de leadership qui cherche à élever tout le monde  » (Aton, 2019). Ils sont enseignables, désireux d’apprendre, désireux de se voir avec précision et capables de louer ceux qui les entourent. Ils favorisent l’ espoir, l’efficacité, la résilience et l’optimisme de leurs effectifs (Owens, Yam, Bednar, Mao et Hart, 2019).

De plus, les dirigeants humbles « sont plus susceptibles de voir l’échec comme une simple partie du processus de développement. Étant donné que les dirigeants humbles n’essaient pas de conserver les apparences ou les postures de pouvoir, il est moins pénible et donc plus facile de récupérer lorsque les choses ne vont pas bien » (Aton, 2019).

L’importance de l’humilité dans les relations

Dans les relations également, la clé est de donner la priorité aux besoins de l’équipe, plutôt qu’aux désirs d’un seul partenaire.

Worthington et al. (2017) définissent l’humilité relationnelle comme notre « aptitude et notre capacité à prioriser les besoins de la relation. Cela nécessite d’être sympathique à l’autre personne dans la relation et de chercher à prendre en compte ses besoins fondamentaux », ainsi que de « façonner notre comportement pour élever l’agenda de l’autre personne ».

L’humilité dans les relations peut être transformationnelle lorsque nous allons au-delà de nos préférences égoïstes et considérons non seulement le bien-être de notre partenaire, mais le bien-être du partenariat. L’humilité relationnelle renforce la confiance, l’engagement et la persévérance (Worthington et al., 2017, p. 12).

Des étapes simples pour devenir la meilleure version de vous-même.

Découvrez les étapes simples mais puissantes pour devenir la meilleure version de vous-même

Rejoignez plus de 2500 personnes

qui ont pris leur vie en main

DÉCLENCHEZ LE CHANGEMENT POUR UNE VIE PROFONDÉMENT ÉPANOUISSANTE

Embrassez l’authenticité, surmontez les obstacles et devenez la meilleure version de vous-même en travaillant sur chacune des sept sphères de la vie.

Recevez chaque jour une affirmation positive et un contenu exclusif pour réfléchir, rêver et évoluer.

Service 100% gratuit. Vous pourrez vous désabonner à tout moment