Commencez par manger votre dessert !

#, Développement personnel - 05/09/2017

Quand nous étions petits, nos parents nous priaient de manger nos légumes avant d’avoir le dessert. Il y avait une explication logique à cela… si nous mangions notre dessert avant, nous ne finirions pas notre repas. Quel enfant aurait envie de manger des légumes après un délicieux dessert ?



Dès l’enfance, on nous enseigne que les bonnes choses ne peuvent pas nous arriver. Que nous devons travailler dur, souffrir, affronter des difficultés, résoudre des problèmes et peut-être, oui peut-être, un jour, nous pourrions éventuellement obtenir ce que nous voulons.

La vraie question est pourquoi les choses devraient se passer de cette façon ? Pourquoi acceptons-nous de ne rien obtenir sans peine ?

Notre société a tendance à accepter ce genre de croyance comme un axiome, quelque chose qui n’a jamais été prouvé, mais qui est considéré comme évident.

De la même manière, beaucoup de gens croient que la douleur est une partie inévitable de la vie. Que nous devons apprendre les choses “à la dure”.

Si je vous disais que le bonheur est un état naturel, que vous méritez d’avoir une vie extraordinaire, pleine de joie et de succès, me croiriez-vous ?

Malheureusement une grande majorité de personnes ne le croient pas car on leur à répété qu’elles devaient travailler dur pour “gagner leur vie”. Qu’elles devaient “mériter les bonnes choses” et que si quelque chose semble vraiment bien, c’est sûrement “trop beau pour être vrai”.

Tous ces axiomes deviennent rapidement des faits qui sont pris pour acquis. Ils servent de point de départ pour déduire et inférer d’autres “vérités”. Plus tard, ces “vérités” deviennent des croyances limitantes qui sont profondément enracinées dans notre esprit subconscient. Ils continueront à saboter nos chances de succès au cours de notre vie.

Laissez-moi vous expliquer pourquoi nous avons tendance à croire que les bonnes choses ne peuvent pas nous arriver. Commençons par jeter un oeil à la façon dont fonctionne notre esprit.

Quand nous avons besoin de traiter l’information, ou de prendre une décision, sur un sujet particulier, nous avons deux façons de le faire.

  • La première consiste à traiter analytiquement toutes les données que nous avons et tirer une conclusion. Cela nécessite beaucoup d’effort mental et d’énergie.
  • La seconde, plus facile, est d’utiliser un “raccourci” mental qui nous permet de résoudre des problèmes rapidement et efficacement, sans entrer dans la phase du traitement de l’information.

Lorsque nous sommes confrontés à une situation ambiguë ou que nous n’avons pas le temps ou les données suffisantes pour arriver à une conclusion certaine, notre esprit, comme un ordinateur, scanne rapidement notre cerveau pour trouver la meilleure réponse possible. C’est ce que nous appelons les «règles de base», des suppositions éclairées, le bon sens.

Souvent, nous avons tendance à fonder nos décisions sur certains points de référence, nos “ancres”.

Par exemple, si je vous demandai si la population de l’Autriche était supérieure ou inférieure à 10 millions, vous pourriez dire “8 millions” ou “12 millions”. Vous utiliseriez le nombre de 10 millions comme une ancre. De la même façon, si je vous demandais quelle est la vitesse maximale atteinte par un cycliste, vous prendriez comme “ancre” votre propre expérience en multipliant par 2 ou par 3 en fonction de votre niveau. Mais très peu d’entre vous dirait 268km/h. Pourquoi ? car nous sommes plus doué à la réflexion relative que nous le sommes pour la pensée absolue.
Nous utilisons des ancres, en essayant d’estimer combien de temps il nous faudra pour se rendre d’un point A à un point B, pour se forger une opinion sur le caractère ou les actions d’une autre personne, pour négocier notre salaire, une maison ou une voiture et même prédire l’issue d’une situation ou d’un événement.

Une fois que nous avons choisi notre ancre, nous avons tendance à regarder de manière sélective les informations qui justifient notre choix initial. Beaucoup de recherches confirment que, lorsque nous devons prendre des décisions sur la base de nouvelles informations, nous ajusterons notre opinion originale que très légèrement.

Qu’est-ce que cela a à voir avec la pensée négative ?

Tout ! Les croyances négatives sont formées de la même manière. Une croyance négative, perçue comme vraie par notre esprit subconscient, sert d’ancrage pour former des croyances négatives similaires.

Prenons, par exemple, une phrase comme “on n’obtient rien sans peine”. Cette seule phrase peut être la raison principale derrière laquelle la plupart des gens ont du mal à perdre du poids. Ils sont venus à croire que perdre quelques kilos signifie mourir de faim avec un régime alimentaire drastique, se torturer à soulever des poids dans un gymnase, passer par une chirurgie douloureuse et devoir renoncer à la majorité des aliments qu’elles aiment. La perte de poids est presque devenu synonyme de douleur et de souffrance. Alors qu’en réalité il y a beaucoup de gens qui perdent du poids sans avoir à changer radicalement leur mode de vie ou renoncer à la nourriture qu’ils aiment.

Prenons un autre exemple, si vous croyez que “les personnes riches obtiennent leur fortune par le mensonge, la tricherie et le vol”, ou que “Les personnes riches sont égoïstes, malhonnêtes et cupides”, vous allez probablement arriver à une conclusion que si vous devenez riches, les gens vont vous rejeter, parce que vous avez réussi.

Il peut y avoir une partie de vous qui veut gagner de l’argent et réussir, mais une autre partie qui pense que cela vous serait dommageable et tout faire pour saboter votre succès.

Imaginez démarrer votre voiture et, après 300 mètres, vous arrêter subitement, repartir à nouveau … puis s’arrêter… Vous n’irez probablement pas très loin en faisant cela. Sans compter les efforts et le temps que vous allez perdre. C’est exactement ce que les croyances limitantes font sur nous.

Si votre hypothèse initiale est “Je ne peux pas le faire”, selon toute probabilité, vous ne pourrez pas faire de votre mieux pour atteindre votre objectif. Vous êtes également susceptible de renoncer à beaucoup plus tôt que si votre hypothèse initiale était: “Bien sûr, je peux le faire !”.

Prenez quelques minutes pour analyser votre système de croyances actuel. Y at-il «ancres» négatives qui ont été imposées par vos parents, les enseignants, les amis, les médias ou la société de masse ? Est-ce qu’elles continuent de saboter vos chances de réussite ?

Si oui, il est peut-être temps de remettre en question ces croyances. Rappelez-vous, si votre «ancres» ne vous aident pas à atteindre vos objectifs, il est temps de les changer !

Vous le savez
Le secret de la loi d'attraction

Vous avez apprécié cet article ? N'hésitez pas à le partager sur Twitter ou Facebook en utilisant les boutons de partage sur votre gauche !


Partagez cet article !

Réagissez à cet article

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cultivez votre plein potentiel
Inscrivez-vous dès aujourd'hui pour recevoir, chaque semaine, les meilleurs articles d'InstantsPrésents
Je m'abonne gratuitement
Ce service est gratuit et vous pouvez annuler votre inscription à tout moment.
close-link
INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT POUR
RECEVOIR GRATUITEMENT NOS
RESSOURCES INSPIRANTES
JE M'ABONNE !
close-link

Error: Please enter a valid email address

Error: Invalid email

Error: Please enter your first name

Error: Please enter your last name

Error: Please enter a username

Error: Please enter a password

Error: Please confirm your password

Error: Password and password confirmation do not match