L’ignorance : une bénédiction méconnue

Aussi étrange que cela puisse paraître, dans certains cas, l’ignorance peut être une bénédiction. La plupart des plus grandes découvertes, réussites ou avancées au monde ont vu le jour parce que quelqu’un ne savait pas que cela ne pouvait pas être fait.



L’étendue de ce que nous pouvons accomplir est seulement limité par la portée de notre détermination. La plupart de nos limites sont auto-imposées. Pendant des milliers d’années, les gens ont cru qu’il était impossible pour un être humain de courir 1600 mètres en moins de quatre minutes. Mais en 1954, Roger Bannister a brisé cette croyance.

De toute l’histoire, personne n’avait jamais été en mesure de courir cette distance en moins quatre minutes. Pourtant, dans l’année après que Roger Bannister a brisé cette croyance, 37 autres coureurs l’ont fait. Et l’année d’après, 300 autres coureurs ont fait la même chose! Aujourd’hui, des lycéens courent cette distance en moins de quatre minutes.

La plupart des plus grandes réalisations de l’homme ont été qualifiées d’impossibles à un moment donné. Mais quelqu’un ne savait pas que c’était impossible, est allé de l’avant et l’a fait. Maintenant, cette chose extraordinaire à l’époque est considérée comme évidente.

Si nous voulons faire quelque chose de significatif avec nos vies, l’art de l’ignorance sélective doit être appris et maîtrisé. Autrement dit, nous devons apprendre à ignorer toutes les raisons pour lesquelles il est impossible de faire quelque chose qui n’a jamais été faite auparavant. Nous devons apprendre à ignorer les limites et les excuses.

Redevenez l’enfant que vous étiez quand vous vouliez savoir comment faire ces choses qui semblaient impossibles pour vos parents.

Le Dr Martin Seligman, de l’Université de Pennsylvanie a introduit la notion “d’impuissance acquise.” Il a démontré comment une seule tentative manquée peut créer en nous la conviction que nous ne pourrons jamais atteindre cet objectif.

En 1895, Albert Einstein passait les examens d’entrée pour la prestigieuse Ecole Polytechnique Fédérale de Zurich… mais a échoué. Qu’est-ce que le monde aurait perdu si Einstein avait pris cet échec comme un signe qu’il n’était pas été assez intelligent pour poursuivre ses recherches.

Nous pouvons toujours apprendre de nos échecs. Cependant, nous devons bien sélectionner ce que nous choisissons d’apprendre. Au lieu d’apprendre que les échecs sont des signes de l’incompétence personnelle, nous devrions apprendre de ce qui a mal tourné et comment nous pouvons le changer dans les futures tentatives.

Le cerveau est un outil merveilleux, mais il a besoin de quelqu’un à la barre pour le diriger. S’il court librement, il peut faire des ravages. Bien guidé, il peut produire des merveilles. Voilà pourquoi nous devons apprendre à maîtriser l’art de l’ignorance sélective.

La vraie connaissance est de connaître l’étendue de son ignorance – Confucius


Vous avez apprécié cet article ? N'hésitez pas à le partager sur Twitter ou Facebook en utilisant les boutons de partage sur votre gauche !


Un commentaire Ajoutez les votres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *